menu
menu
seacher

Développer l’industrie pour réduire la pauvreté

2019-07-05 La Chine au présent HUANG CHENGWEI

Début mai, des agriculteurs s’occupent des champs de pivoines en fleurs dans le parc industriel de médecine traditionnelle chinoise du bourg de Jinniu, dans le district de Lujiang (province de l’Anhui).

Depuis toujours, nous tentons de répondre, en théorie comme en pratique, à la grande question suivante : comment lutter contre la pauvreté par le biais du développement industriel ? Réduire la pauvreté via le secteur industriel est une approche axée sur le marché, qui se base sur les ressources propres aux régions concernées pour procéder à la planification, la sélection et le développement des industries. Portée par des politiques connexes, elle se concentre sur la rentabilité économique aux fins d’aider les pauvres à en finir avec la misère et à augmenter leurs revenus, tout en favorisant la croissance des zones défavorisées. L’objectif consiste à appuyer, cultiver et développer des industries spécifiques aptes à conforter l’emploi et l’accroissement des revenus des personnes démunies, ainsi que le progrès économique des zones touchées par la pauvreté, pour que les fruits récoltés à travers la réduction de la pauvreté soient durables, et non temporaires.

À l’heure actuelle, la Chine doit encore résoudre de nombreux problèmes pour parvenir à se débarrasser définitivement de la pauvreté : quelles industries développer pour venir en aide aux populations et régions appauvries et comment ? Comment faire pour qu’elles permettent aux ménages pauvres d’« échapper » à leurs piètres conditions ? Ces épineuses questions, si elles sont laissées en suspens, limitent l’efficacité de la lutte contre la pauvreté. La pratique a démontré, aussi bien en Chine qu’à l’étranger, que la mesure la plus indispensable (mais aussi la plus délicate) pour réduire durablement la pauvreté n’est autre que le développement industriel. Parmi les multiples problèmes qui persistent dans la réduction de la pauvreté par l’industrie, le plus commun et le plus souvent négligé est le manque de cohésion au sein des populations pauvres. Par conséquent, afin d’optimiser la réduction de la pauvreté par l’industrie, nous devons mettre en place des mécanismes innovants, donner aux ménages pauvres les moyens de gagner leur vie à long terme en s’impliquant dans le développement industriel, afin de se débarrasser de la pauvreté pour de bon.

Réduire la pauvreté par l’industrie : une stratégie clé

En novembre 2015, le Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et le Conseil des affaires d’État ont émis la Décision pour gagner la bataille décisive contre la pauvreté, qui définit le programme d’actions pour la lutte contre la pauvreté. Dans ce texte, la réduction de la pauvreté par l’industrie s’inscrit dans le cadre des « cinq mesures » (à savoir, réduire la pauvreté par le développement, réduire la pauvreté par le déplacement des populations dans des régions plus favorables, réduire la pauvreté par la compensation écologique, réduire la pauvreté par l’éducation et réduire la pauvreté par la garantie des minima sociaux) et nécessite d’élaborer un plan de développement des industries caractéristiques dans les régions défavorisées.

En juin 2018, le Comité central du PCC et le Conseil des affaires d’État ont publié les Directives sur les actions pour gagner la lutte décisive contre la pauvreté dans les trois ans à venir, selon lesquelles il fallait « accroître les efforts de réduction de la pauvreté par l’industrie » et « renforcer les mesures d’assistance ciblée pour les villages, foyers et individus démunis ».

Réduire la pauvreté par l’industrie est synonyme de « ticket de sortie » de la pauvreté dans les « cinq mesures ». En effet, les divers procédés de réduction de la pauvreté, tels que le déplacement des populations pauvres, la compensation écologique et l’éducation, sont toutes étroitement liées au développement industriel, ce qui témoigne de l’importance de ce dernier dans la lutte contre la pauvreté.

Prenons l’exemple du déplacement des populations pauvres. Celles-ci doivent non seulement être relogées, mais aussi vivre par la suite une existence stable. Et la clé de cette « stabilité » réside justement dans la nécessité de combiner la mesure de déplacement des populations démunies au développement des industries à fort potentiel autour des sites de réinstallation, pour garantir l’emploi aux ménages relocalisés.

Pour ce qui est de la réduction de la pauvreté par la compensation écologique, d’une part, il s’agit de rémunérer des missions écologiques d’intérêt public ; d’autre part, il s’agit de donner aux agriculteurs de nouvelles opportunités professionnelles lorsque ceux-ci sont contraints de renoncer à leur métier pour des raisons de protection de l’environnement. Ces opportunités doivent justement découler du développement industriel.

Quant à la réduction de la pauvreté par l’éducation, celle-ci vise principalement à assurer l’instruction des enfants issus de familles pauvres pour mettre fin à la transmission intergénérationnelle de la pauvreté et éliminer durablement la pauvreté. Mais pour les familles pauvres dont les enfants ne sont pas scolarisés, la formation professionnelle constitue également un volet important de la réduction de la pauvreté par l’éducation. Les formations proposées doivent être en phase avec les industries choisies pour la réduction de la pauvreté, prendre la forme d’un apprentissage « sur le terrain », ou bien proposer un emploi à la clé.

De toute évidence, seul le développement industriel continu est apte à offrir aux ménages pauvres des moyens de subsistance stables et à long terme. Par la suite, grâce au développement des capacités de ces ménages, l’objectif de réduction ciblée de la pauvreté pourra être atteint, sans réapparition de la misère.

Dans une usine du district de Poyang (province du Jiangxi), des employés peignent des jouets en plastique qui seront exportés vers des pays d’Asie du Sud-Est.

Établir des mécanismes innovants

Établir des mécanismes innovants constitue la garantie fondamentale de l’efficacité accrue de la réduction de la pauvreté par l’industrie. On peut employer l’expression d’« effet au profit des pauvres » du secteur industriel pour désigner l’ampleur des bienfaits que les industries apportent aux pauvres. Parmi tous les groupes bénéficiaires, plus le degré de bénéfices apportés aux personnes les plus miséreuses est élevé, plus l’effet au profit des pauvres de telle ou telle industrie, quelle qu’elle soit, sera puissant en matière de réduction de la pauvreté.

Or, il n’est pas rare que les mesures de réduction de la pauvreté par l’industrie débouchent sur une situation à l’opposé du résultat escompté, c’est-à-dire que les personnes vivant dans la misère, dépourvues de richesses et de compétences, peinent à tirer leur épingle du jeu, alors que les habitants d’un rang social plus élevé se taillent la part du lion. Par conséquent, la clé du succès de la lutte contre la pauvreté réside dans son effet au profit des pauvres. En d’autres termes, il s’agit du facteur le plus important à prendre en compte pour évaluer l’efficacité de la réduction de la pauvreté par l’industrie.

Toutefois, l’effet au profit des pauvres que doit générer la réduction de la pauvreté par l’industrie n’est pas naturel. Pour atteindre cet objectif, il faut mettre en place et renforcer continuellement certains leviers d’assistance, comme des mécanismes de partage et des mécanismes de liaison des intérêts entre les ménages pauvres et les différents acteurs du développement industriel.

À l’heure actuelle, une panoplie de modèles (par exemple des systèmes d’actionnariat, de coopérative, de cession des droits d’exploitation des terres et d’assistance personnalisée) ont été adoptés aux quatre coins du pays. Dans l’ensemble, les populations pauvres ont tiré profit du développement des diverses industries et d’assez bons résultats de réduction de la pauvreté ont été obtenus.

En 2019, les familles pauvres des villages défavorisés du district de Lingyun à Baise (Guangxi) ont été relogées à proximité d’une école, afin de combiner deux stratégies de lutte contre la pauvreté : le déplacement des populations pauvres vers des zones plus favorables et le renforcement de l’éducation.

Inciter les paysans à s’engager dans le développement

La participation des paysans au développement industriel constitue la condition fondamentale pour établir des mécanismes innovants. La réduction de la pauvreté par l’industrie dépendra des deux facteurs suivants : d’une, les mécanismes de partage et de liaison des responsabilités des diverses parties impliquées dans la réduction de la pauvreté via le secteur industriel ainsi que le développement intrinsèque de chaque industrie ; de deux, la cohésion des ménages pauvres. Il s’agit là d’associer l’aide à autrui et le développement personnel.

Par l’expression « réponse quant aux moyens de subsistance », l’on entend les réactions des paysans pauvres (dans les dimensions sensible, mentale et comportementale), actives ou passives, face aux « chocs » de l’environnement extérieur (qu’il s’agisse d’impacts négatifs causés par une catastrophe naturelle ou d’impacts positifs tels que les initiatives de réduction de la pauvreté par l’industrie).

Si les projets de réduction de la pauvreté par l’industrie sont présentés en détails aux paysans, et s’ils sont cohérents ou en phase avec la volonté de ceux-ci de développer leurs capacités et de faire fructifier leur capital en termes de moyens de subsistance (capital naturel, capital matériel, capital humain, capital social et capital financier), alors ces paysans réagiront positivement, le mécanisme de réduction de la pauvreté industrielle jouera un rôle renforcé et l’effet au profit des pauvres émanant de l’industrie s’intensifiera petit à petit.

Par conséquent, pour favoriser l’établissement de mécanismes innovants de lutte contre la pauvreté, nous devons commencer par tenir compte des caractéristiques et de la volonté des paysans, pour que ces derniers participent activement aux projets de réduction de la pauvreté par l’industrie.

La pratique a montré qu’il est nécessaire d’accroître continuellement l’efficacité de la réduction de la pauvreté par l’industrie en vue de consolider les résultats déjà obtenus et de permettre aux ménages pauvres de sortir une bonne fois pour toutes de leurs âpres conditions de vie. Dernièrement, nous sommes entrés dans la phase où se joue la bataille ultime contre la pauvreté. Dès lors, les parties concernées doivent accorder plus d’attention au développement sain des industries permettant de réduire la pauvreté. En guidant les paysans pauvres à s’engager dans la réduction de la pauvreté via le développement industriel, il y a lieu d’établir de nouveaux mécanismes innovants, en cherchant à rendre l’effet de l’industrie plus profitable aux pauvres à long terme. Il faut que l’industrie serve de base à l’augmentation stable des revenus des populations pauvres ainsi qu’à la consolidation des résultats obtenus au fil de la lutte contre la pauvreté.

HUANG CHENGWEI : chercheur et directeur du Centre national d’éducation et de communication pour la réduction de la pauvreté, relevant du Bureau du groupe dirigeant de la lutte contre la pauvreté et du développement du Conseil des affaires d’État

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter de Chine-info !

Commentaires

Rentrez votre adresse e-mail pour laisser un commentaire.