menu
menu
seacher

Ce que la pratique chinoise apporte au monde

2019-11-07 La Chine au présent ZHANG HUI

La foule acclame les dirigeants chinois au défilé organisé en grande pompe sur la place Tian’anmen à Beijing, à l’occasion de la Fête nationale 2019. Le thème choisi pour cette formation était « Longue vie à la patrie ».

La ferveur patriotique au cours des célébrations du 70e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine (RPC), s’est affichée de manière flagrante parmi les Chinois. Des dizaines de milliers de personnes ont assisté au grand rassemblement de la Fête nationale sur la place Tian’anmen et entonné des chants exaltant la naissance de la Chine nouvelle. Ce patriotisme trouve ses racines dans les changements colossaux que le développement du pays a opérés à tous les échelons de la société au cours des sept dernières décennies, celui-ci a donné à la population un sentiment croissant de satisfaction. Dans le même temps, la saga du développement du pays a attiré de plus en plus d’attention.

Des changements d’envergure

« Ma visite à la grande exposition s’est révélée être une expérience émouvante. Elle dépeint un voyage de 70 ans que mène le pays et ses nombreuses réalisations, notamment le premier tracteur et la première voiture fabriqué dans le pays. Tout cela m’arrête un instant et me fait réfléchir. Mais cette reconstitution de la salle d’examen du concours d’entrée aux universités de 1977 m’a beaucoup impressionné », raconte le ministre des Finances Liu Kun, lors d’une conférence de presse organisée le 24 septembre, à propos de l’Exposition des réalisations en commémoration du 70e anniversaire de la fondation de la RPC. La réaction de Liu Kun est compréhensible : il y a 42 ans, il a passé l’examen dans une salle similaire de la province du Fujian, dans le sud-est de la Chine.

De fait, la Chine compte aujourd’hui 519 000 établissements scolaires de différents types et de différents niveaux, où 16,7 millions d’enseignants à temps plein dispensent des cours à 276 millions d’élèves. La durée moyenne de scolarité a, elle, atteint 13,6 ans. Il s’agit du plus large système éducatif au monde.

À l’instar du niveau d’instruction, la santé des Chinois s’est améliorée au cours des sept dernières décennies. L’espérance de vie est ainsi passée de 35 à 77 ans et les principaux indicateurs de santé sont supérieurs au niveau moyen des pays à revenu moyen et élevé, selon Ma Xiaowei, président de la Commission nationale de la santé.

Selon Ning Jizhe, vice-président de la Commission nationale du développement et de la réforme et directeur général du Bureau national des statistiques, le PIB de la Chine est passé de 67,91 milliards de yuans en 1952 à 90 030 milliards de yuans en 2018, ce qui représente une multiplication par 174 en termes réels. La même année, le revenu disponible par habitant des Chinois a augmenté de 59,2 fois par rapport à celui de 1949, et les dépenses de consommation par habitant de 28,5 fois en termes réels par rapport à 1956. Mais si ces données en disent long sur le développement économique remarquable du pays, le facteur humain et social est également à prendre en compte.

Dans le défilé pour célébrer le 70e anniversaire de la fondation de la RPC, on remarquait des représentants de différents milieux sociaux, entre autres, des livreurs express sur leurs scooters.au cours des dernières années, ces travailleurs sont devenus un élément indispensable de la vie quotidienne dans la capitale. Leur apparition sur la place Tian’anmen à cette occasion a suscité une ovation enthousiaste.

« En adhérant à des idéaux et à des convictions fermes et en travaillant sans relâche pour que le travail soit accompli, chaque personne peut mener une vie extraordinaire et chaque travail ordinaire peut donner des résultats extraordinaires », a déclaré le président chinois Xi Jinping lors de la cérémonie de remise des médailles et titres honorifiques nationaux au Grand Palais du Peuple à Beijing, le 29 septembre dernier.

Progrès social

« La Chine a un système de gouvernance qui place la population au premier plan de ses priorités », a déclaré Jallow Ebrima, journaliste pour Gambia Radio & Television Services. « C’est un développement centré sur l’être humain. Je pense que la définition que donne la Chine des droits de l’homme est la meilleure, car satisfaire les besoins fondamentaux des populations en matière de soins, de logement, d’alimentation et de vêtements signifie le respect de ces droits. En Occident, on parle beaucoup de titres, de liberté personnelle et de liberté d’expression, mais les droits fondamentaux des citoyens ne sont pas bien garantis. L’approche de la Chine est donc la meilleure, car elle garantit à ses citoyens de disposer de tout ce dont ils ont besoin », poursuit Ebrima. Ayant visité de nombreux endroits en Chine, il a été témoin de la trajectoire de développement du pays, et de ce que la population en a tiré. « C’est le genre de gouvernance que nous voulons », conclut-il.

Le concept de développement de la Chine axé sur la population a produit des résultats concrets qui se reflètent dans tous les aspects de la gouvernance et de la vie du pays. Peu de temps après la fondation de la RPC, plus de 80 % de la population était analphabète et le nombre d’inscriptions dans l’enseignement primaire était inférieur à 20 %. En 2017, le taux national d’inscription dans l’enseignement primaire était passé à 99,91 % et le taux de consolidation de la scolarité obligatoire de neuf ans a atteint 93,8 %, ce qui équivaut aux moyennes les plus élevée des pays à hauts revenus et les dépasse souvent. La même année, les inscriptions dans les établissements d’enseignement supérieur chinois ont grimpé à 74,46 %.

Sur le plan de la lutte contre la pauvreté, la Chine a également obtenu des résultats remarquables, surtout depuis la réforme et l’ouverture du pays, avec plus de 700 millions de personnes qui sont sorties de la pauvreté. « La réduction de la pauvreté est un sujet qui intéresse beaucoup les partis politiques étrangers, indique Luan Jianzhang, directeur général du bureau de recherche relevant du Département international du Comité central du Parti communiste chinois (PCC). Ils veulent s’inspirer des pratiques et des expériences de la Chine, car la lutte contre la pauvreté constitue un défi de taille pour de nombreux pays en développement. »

Hlengiwe Buhle Mkhize, membre du Comité exécutif national sud-africain et responsable du Congrès national africain de la province du Cap-Oriental, qui s’est rendue en Chine en 2018, a fait part à La Chine au présent de son impression que toutes les personnes pauvres du pays recevaient une assistance à tous points de vue. Citant des mesures et des projets ciblés de réduction de la pauvreté, elle a déclaré : « La leçon essentielle que nous avons apprise de la Chine est d’investir directement dans les familles et les communautés pauvres, et de ne tolérer aucun détournement de fonds. »

Le président Xi Jinping a souligné dans son discours, prononcé lors de la célébration du 70e anniversaire de la fondation de la RPC, toute l’importance de garantir le statut du peuple, appelant à des efforts constants pour satisfaire ses aspirations à une vie meilleure, avant de conclue en lançant : « Vive le grand peuple chinois ! ».

Aux yeux de Jallow Ebrima, le concept de développement centré sur le peuple est donc ce que son pays devrait appliquer, afin que la population puisse avoir pleinement accès à l’éducation et aux infrastructures. Et d’affirmer : « Chaque pays doit choisir sa voie de développement en fonction de sa situation réelle. Le succès de la Chine confirme bien cela. »

Développement pacifique

« Nous devons être fidèles à la voie du développement pacifique, poursuivre une stratégie d’ouverture mutuellement bénéfique et continuer à travailler avec différents pays pour contribuer à la construction d’une communauté de destin pour l’humanité », a déclaré Xi Jinping lors du 70e anniversaire de la RPC. Après le rassemblement, de nombreux dirigeants étrangers et responsables d’organisations internationales ont exprimé leurs félicitations. Cependant, dans le même temps, certains médias occidentaux ont interprété le défilé militaire de la Fête nationale comme un moyen de faire étalage de la puissance militaire de la Chine, colportant ainsi la théorie de la menace chinoise et introduisant l’idée qu’il faudrait contenir la Chine.

À ce sujet, le président russe Vladimir Poutine a livré une analyse marquante lors de la 16e conférence annuelle du Club de Valdai, organisée à Sotchi, en Russie : « La Chine ne sera pas contenue. Si certains tentent de le faire, ils comprendront que cela est impossible et ils en subiront sans aucun doute les conséquences. » Au cours des 70 dernières années, certains médias occidentaux ont constamment mis en doute le chemin et le développement de la Chine. La Chine a néanmoins progressivement acquis une grande et forte dynamique de développement tout en se rapprochant sur le devant de la scène mondiale.

Depuis 1949, la Chine a toujours poursuivi une politique étrangère indépendante et pacifique.

Le concept de construction d’une communauté de destin pour l’humanité, tel que proposé par Xi Jinping, aborde la question de la relation d’une Chine montante par rapport au monde, et fournit une solution chinoise sur le type de relations internationales et l’ordre que le monde devrait promouvoir.

Le président Xi a souligné que pour construire un monde ouvert, inclusif, propre et beau, doté d’une paix durable, d’une sécurité commune et d’une prospérité partagée, la communauté internationale devait promouvoir les échanges, la sécurité, la croissance et les échanges entre civilisations, ainsi que la création d’un écosystème sain. À cette fin, l’objectif du travail diplomatique de la Chine est de faire avancer la construction d’une communauté de destin pour l’humanité en pratiquant un développement pacifique, en promouvant le développement commun, en défendant un système commercial multilatéral et en participant à la gouvernance économique mondiale.

Par ailleurs, l’initiative « la Ceinture et la Route », par le biais de projets de construction communs, permet d’instaurer de la confiance, de l’équité et des bénéfices mutuels le long de son tracé. Une vision confirmée par Massimo D’Alema, ancien premier ministre italien, dans une interview à La Chine au présent. « L’initiative ‘‘La Ceinture et la Route’’ peut aider à promouvoir une nouvelle vision de la mondialisation, plus juste et plus humaine, qui favorise la réduction de la pauvreté et des inégalités, la coopération entre pays pour lutter contre le changement climatique, ainsi que la promotion des échanges gagnant-gagnant et de la coopération entre les différents peuples, cultures et civilisations. »

Pour illustrer cette approche, le pont Padma, au Bangladesh, est un projet important de l’initiative « la Ceinture et la Route ». La construction consiste en un pont rail-route polyvalent qui, une fois terminé, permettra de faciliter considérablement les déplacements des populations locales. « La construction du pont a grandement contribué au développement économique du Bangladesh et à la croissance du PIB à hauteur d’environ 1 %. Notre peuple accueille favorablement les projets de l’initiative ‘‘la Ceinture et la Route’’ car ils apporteront davantage d’investissements, favoriseront la production, stimuleront la croissance économique et créeront de nombreux emplois », a ainsi détaillé le journaliste bangladais Md Enamul Hassan, qui attribue encore la popularité de l’initiative à son principe de coopération gagnant-gagnant.

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter de Chine-info !

Commentaires

Rentrez votre adresse e-mail pour laisser un commentaire.