menu
menu
seacher

L’Est et l’Ouest de la Chine, unis pour la lutte contre la pauvreté

2020-03-17 La Chine au présent TAN WEIPING

Le mécanisme de collaboration Est-Ouest pour la lutte contre la pauvreté représente un volet important dans la politique nationale chinoise pour la lutte contre la pauvreté et pour le développement. Ce mécanisme vise à promouvoir la complémentarité et le développement commun des régions côtières développées de l’Est et des régions les moins développées de l’Ouest.

Cette politique remonte à 1996, année où le Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et le Conseil des affaires d’État ont formulé la Décision visant à résoudre au plus vite les problèmes de la nourriture et de l’habillement de la population en milieu rural. Cette décision a donné le coup d’envoi à une collaboration pour la lutte contre la pauvreté, en vertu de laquelle les zones cotières développées à l’est soutiennent les régions les moins développées à l’ouest. Elle a clairement identifié neuf provinces et municipalités relevant directement de l’autorité centrale, plus quatre villes ayant un plan de développement indépendant (Dalian, Qingdao, Ningbo, Shenzhen) à l’est, ainsi que dix provinces, régions autonomes et municipalités à l’ouest, vouées à œuvrer ensemble. Cette configuration a été établie en accord avec le stade de développement socio-économique de l’époque. Cet arrangement institutionnel avait alors pour objectif de satisfaire au plus tôt les besoins essentiels des populations dans les régions pauvres de l’Ouest, de combler progressivement le fossé de développement entre l’Est et l’Ouest du pays, et d’encourager le développement coordonné des régions au niveau économique.

Une coopération diversifiée

Sur les 20 ans qui se sont écoulés entre 1996 et 2016, ces neuf provinces et municipalités de l’Est ont alloué des aides financières d’un montant total de 13,27 milliards de yuans à dix provinces, régions autonomes et municipalités de l’Ouest. En outre, elles leur ont prêté main forte pour la construction de 21 500 km de routes dans les campagnes ainsi que de 1 690 centres de santé publique.

Depuis le XVIIIe Congrès du PCC en 2012, le Comité central du PCC, avec le camarade Xi Jinping comme noyau dirigeant, place la lutte décisive pour éradiquer la pauvreté au premier plan dans la gouvernance du pays, en mettant en œuvre la stratégie d’assistance ciblée aux démunis et d’éradication précise de la pauvreté. Depuis lors, la collaboration Est-Ouest pour la lutte contre la pauvreté n’a cessé de se renforcer. En 2016, l’autorité centrale a revu les jumelages déterminés entre les régions de l’Est et de l’Ouest, pour inclure l’intégralité des 30 départements autonomes peuplés de minorités ethniques dans ce système. Le gouvernement a également clarifié les tâches de collaboration pour garantir le développement coordonné entre les deux municipalités Beijing et Tianjin avec les trois villes de Zhangjiakou, Chengde et Baoding (dans la province du Hebei). En outre, l’initiative « Œuvrer main dans la main pour construire une société de moyenne aisance » a été lancée, avec d’un côté, 267 districts (villes, arrondissements) économiquement forts à l’est, et de l’autre, 406 districts pauvres à l’ouest. En 2018, les neuf provinces et municipalités à l’est ont investi 17,7 milliards de yuans pour aider financièrement leurs paires à l’ouest, soit trois fois plus que l’année précédente.

Outre ces investissements monétaires, la coopération Est-Ouest pour la lutte contre la pauvreté contribue au développement économique des régions les moins avancées et des régions à forte concentration de minorités ethniques du Centre et de l’Ouest sous d’autres formes diverses et variées, notamment via la santé, l’industrie, l’emploi, l’éducation, la formation et la mobilisation des forces sociales. La finalité consiste à favoriser un développement régional coordonné, conjoint et commun. Cette coopération s’appuie sur la situation réelle des deux parties en ce qui concerne l’assistance. Elle est en effet menée en fonction des conditions locales et au cas par cas, en vue d’atteindre une vive complémentarité, une coopération à long terme, un développement commun et des résultats gagnant-gagnant.

Le modèle unique de la collaboration Fujian-Ningxia

Comme exemple typique de collaboration pour la lutte contre la pauvreté, nous pouvons évoquer la relation entre le Fujian et le Ningxia. En mai 1996, la province du Fujian et la région autonome hui du Ningxia ont décidé de nouer des liens pour combattre ensemble la pauvreté. Depuis plus de 20 ans, les deux parties ont toujours adhéré aux principes suivants : « avantages complémentaires, bénéfices mutuels, coopération à long terme et développement commun ». D’un point de vue concret, elles ont progressivement mis en place un mécanisme de coopération se caractérisant par « une orientation définie par le Parti et les gouvernements, le jumelage de villes et districts, une coopération interservices, la participation des entreprises, la mobilisation de la société ». Les talents, les fonds, les technologies, les expériences et les éléments du marché dont bénéficie le Fujian sont réimplantés au Ningxia afin de renforcer fondamentalement la capacité de développement des zones pauvres, pour une lutte efficace contre la pauvreté. C’est ainsi qu’un modèle unique de collaboration Fujian-Ningxia a vu le jour. Parmi les mesures prises pour aider ceux dans le besoin, figurent notamment :

Fixer des réunions conjointes et augmenter les investissements monétaires. Des réunions conjointes rassemblant les principaux responsables des comités du Parti et des gouvernements du Fujian et du Ningxia ont lieu chaque année, à tour de rôle dans la province ou la région autonome. Elles permettent de faire le bilan des travaux entrepris conjointement, de convenir de l’orientation, du contenu et des points clés de la collaboration pour la lutte contre la pauvreté, et de conclure divers accords de coopération. Grâce au mécanisme des réunions conjointes, la collaboration pour la lutte contre la pauvreté a toujours été menée en tenant compte du contexte de développement global des deux parties, afin de parvenir véritablement à une situation de complémentarité. Lors de la 23e Conférence conjointe sur la collaboration Fujian-Ningxia en matière d’éducation et d’entraide pour la réduction de la pauvreté, qui s’est tenue en avril 2019, la province et la région autonome ont signé 13 accords de coopération interservices et ratifié 34 projets de coopération industrielle, en prévoyant d’investir 13,12 milliards de yuans. Le Fujian s’est encore engagé à octroyer 350 millions de yuans en soutien au Ningxia.

Se concentrer sur le secteur industriel pour contribuer à la lutte contre la pauvreté. Le Fujian et le Ningxia s’en tiennent au principe d’une coopération orientée vers le marché. Pour ce faire, ils s’activent pour amener les entreprises du Fujian à investir et à se développer au Ningxia, et pour pousser la population pauvre vers une sortie définitive de la pauvreté, notamment à travers la co-construction de parcs industriels, la création de plates-formes de coopération d’entreprises et l’exécution de projets de développement industriel. Il s’agit d’une nouvelle voie d’entraide bilatérale, marquée par la coopération interentreprises, la réduction de la pauvreté par le développement industriel et le lancement de nouveaux projets. En 2016, grâce à l’aide du gouvernement provincial, on comptait plus de 5 600 entreprises et hommes d’affaires du Fujian installés au Ningxia, et 260 projets d’investissement (d’une valeur totale supérieure à 43 milliards de yuans) déployés dans cette région. Neuf districts et autres divisions administratives de Xihaigu ont bénéficié de formations pour se lancer et faire prospérer des industries spécialisées prometteuses. Grâce à cette opération, le revenu moyen des ménages pauvres a grimpé à environ 6 000 yuans par an.

Mener une collaboration pour la réduction de la pauvreté autour de l’éducation, pour consolider la formation de talents. Le Fujian a bâti 236 établissements scolaires au Ningxia et formé 7 251 enseignants, en plus des 953 professeurs répartis en 15 groupes qu’il a envoyés sur place. Les échanges universitaires et la coopération en matière de formation du personnel se sont intensifiés entre des établissements d’enseignement supérieur du Fujian et du Ningxia. Ils ont conjointement mis en œuvre des programmes de formation professionnelle, afin de soutenir le transfert de la main-d’œuvre des zones rurales défavorisées vers les zones urbaines. Ainsi, un grand nombre de travailleurs ruraux ont pu trouver un emploi au Fujian. En 2016, le Ningxia avait déjà établi cinq grandes bases de services de main-d’œuvre et trois agences de placement à Fuzhou (province du Fujian). Cette année-là, 90 000 salariés originaires du Ningxia ont été accueillis dans les divers secteurs d’activité du Fujian ; et plus de 40 000 actifs ont régulièrement été engagés dans le cadre de missions aux quatre coins de la province. En contrepartie de ces prestations, le Fujian débourse chaque année un total de plus d’un milliard de yuans.

Exploiter pleinement les ressources et plates-formes de l’autre partie pour approfondir la coopération d’entreprises. En s’appuyant sur des plates-formes telles que le Foire internationale pour l’investissement et le commerce de Chine à Xiamen, le Forum des deux rives du détroit de Taiwan, l’Exposition Chine—États arabes et le Festival des baies de goji au Ningxia, ont été organisées des visites et inspections d’importantes figures du gouvernement et du monde des affaires, tout en recherchant des possibilités d’entraide économique, à dessein de favoriser l’interconnexion industrielle des deux parties, faire valoir leurs avantages complémentaires et stimuler leur développement commun. Fin 2015, il existait déjà au Ning-xia huit associations d’entrepreneurs créées par des hommes d’affaires du Fujian. Comptant plus de 4 000 entreprises membres et gérant un bassin de 30 000 travailleurs locaux, ces associations représentent un investissement total de près de 80 milliards de yuans et un chiffre d’affaires annuel dépassant 20 milliards de yuans.

Lutter contre la pauvreté via diverses mesures favorables à la santé. Pour l’heure, le Fujian a aidé le Ningxia à construire 315 hôpitaux pour les mères et les enfants, centres de formation du personnel soignant et centres de santé publique. Par ailleurs, il a envoyé là-bas 311 professionnels de la santé et techniciens spécialisés dans la médecine pour contribuer à la formation d’une multitude d’équipes compétentes dans les hôpitaux des zones défavorisées. La province a également mis en place des projets pour le bien-être social.

Dans la collaboration Est-Ouest pour la lutte contre la pauvreté, depuis toujours, la Chine s’en tient au thème qu’elle a clairement défini : œuvrer main dans la main pour construire une société de moyenne aisance. La priorité a été donnée à la qualité de l’éradication de la pauvreté, pour que le pays puisse atteindre définitivement son objectif dénommé « le double dispositif et la triple garantie » (c’est-à-dire, faire en sorte que la population pauvre dans les zones rurales ait de quoi se nourrir et se vêtir, et jouisse d’un accès garanti à l’enseignement obligatoire, aux soins médicaux de base et au logement). La Chine pousse ses citoyens à développer leurs compétences personnelles. Ces actions aident les régions et les personnes pauvres à instaurer des mécanismes efficaces pour lutter durablement contre la pauvreté et promouvoir le développement. Depuis toujours, la Chine mobilise et cristallise la large participation de toutes les forces sociales, diversifie les formes d’implication, et conjugue les efforts de chacun en vue d’accroître la collaboration Est-Ouest pour la lutte contre la pauvreté.

TAN WEIPING : Directeur général adjoint du Centre international de la réduction de la pauvreté

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter de Chine-info !

Commentaires

Rentrez votre adresse e-mail pour laisser un commentaire.