menu
menu
seacher

Le PHEIC n'est pas une désignation de panique

2020-01-31

Photo:Xinhua

C'est le moment d'appeler au renforcement des activités de préparation à l'échelle internationale et à une plus grande confiance, lorsque l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a reconnu l'épidémie du nouveau coronavirus comme une urgence de santé publique de portée internationale (Public Health Emergency of International Concern, PHEIC).

Le PHEIC n'est pas synonyme de panique. Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS, a souligné que l'organisation n'était pas favorable à l'imposition des restrictions aux voyages ou au commerce à la Chine. L'annonce de l'OMS constitue un nouveau point de départ pour la collaboration internationale dans la lutte contre cette épidémie.

Il reste tant de choses à découvrir sur le nouveau virus. La source de l'épidémie et l'ampleur de sa propagation restent encore inconnues. La désignation PHEIC pourra influencer l'économie mondiale. Mais, dans un contexte d'épidémie, la confiance est plus précieuse que l'or. Tant que la communauté internationale reste soudée, avec la prévention et les traitements scientifiques, et des politiques précises, la pneumonie est évitable, contrôlable et curable.

C'est sur la base de cette confiance que l'OMS ne recommande pas de réactions excessives telles que les restrictions au commerce et aux voyages.

La Chine est actuellement engagée dans une bataille ardue. Ses mesures rapides, fortes et intelligentes, ont montré que la découverte précoce, le diagnostic, le traitement et la quarantaine sont les méthodes les plus efficaces pour maîtriser l'épidémie.

Depuis le début de l'épidémie, le gouvernement chinois a accordé une importance primordiale aux mesures de prévention et de contrôle et travaille avec la communauté internationale dans un esprit d'ouverture, de transparence et de coordination scientifique.

Le monde est impressionné par l'engagement des plus hautes autorités de la Chine, l'efficacité de la mobilisation nationale en réponse à l'épidémie, les actions visant à limiter les transmissions, dont le confinement de Wuhan, une ville ayant onze millions d'habitants et centre de l'épidémie.

Le virus peut franchir les frontières dans un monde intégré, mais c'est l'intégration et la collaboration sans frontières qui nous permettent de l'arrêter.

Après avoir identifié l'agent pathogène en peu de temps, la Chine a partagé la séquence génétique du nouveau coronavirus en temps opportun avec l'OMS et les pays et régions concernés. La Chine invite des experts de l'OMS à mener des études sur le terrain à Wuhan. Le gouvernement attache une grande importance à la sécurité de tous les étrangers en Chine.

Des progrès sont faits chaque jour. Le développement d'un vaccin, l'amélioration du diagnostic et des traitements sont accélérés. Plus de patients se sont rétablis et sont sortis de l'hôpital. La Chine est prête à partager cette expérience avec le monde.

Zhong Nanshan, expert chinois renommé dans le domaine des maladies respiratoires, a déclaré mardi que l'épidémie en Chine atteindrait son pic dans une semaine ou dans environ 10 jours, puis il n'y aurait pas d'augmentations à grande échelle.

En première ligne, la Chine s'est renforcée pour faire face à la question la plus difficile. Ses efforts ne visent pas seulement à protéger son peuple, mais aussi ceux du monde entier.

Comme l'a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, la désignation PHEIC n'est pas un vote de défiance à l'égard de la Chine. La plus grande préoccupation est "la possibilité de voir le virus se propager dans des pays dont les systèmes de santé sont plus faibles".

Il est temps de tester la force, la sagesse et la solidarité de la communauté internationale comme le monde l'a fait lorsqu'il s'agissait de lutter contre les virus tels que ceux de la grippe porcine, de la poliomyélite, d'Ebola et le virus Zika.

Face à un défi extraordinaire que représente l'épidémie, le monde a besoin d'une confiance extraordinaire. Dans la lutte commune pour la sécurité sanitaire mondiale, aucun sacrifice n'est vain.

A lire aussi:

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter de Chine-info !

Commentaires

Rentrez votre adresse e-mail pour laisser un commentaire.