menu
menu
seacher

RCEP : signature du plus grand accord commercial de la région Asie-Pacifique

2020-11-16 Xinhua

Huit ans après sa création, un méga-accord de libre-échange impliquant 15 pays d'Asie-Pacifique a été officiellement signé dimanche, un geste opportun et inspirant qui non seulement créera un nouvel élan pour la coopération régionale mais facilitera la reprise économique mondiale post-pandémique.

Les dix membres de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) et ses cinq partenaires de libre-échange, à savoir la Chine, le Japon, la Corée du Sud, l'Australie et la Nouvelle-Zélande, ont respectivement signé le Partenariat économique régional global (RCEP) par liaison vidéo, s'engageant ainsi à réduire les barrières commerciales et à promouvoir les relations au sein de la région.

Le RCEP, de loin le plus grand accord de libre-échange au monde, intervient à un moment critique et plein d'incertitudes. Le monde voit une montée du protectionnisme et de l'unilatéralisme, tandis que l'intimidation commerciale et économique de certains pays constitue une grave menace pour la coopération internationale ainsi que pour la volonté mondiale de construire une économie mondiale ouverte.

Pire encore, l'économie mondiale, en raison de la pandémie de COVID-19, lutte pour se sortir de ce qui pourrait être la plus grande récession depuis la Grande Dépression des années 1930. En octobre dernier, le Fonds monétaire international a envisagé une forte baisse de 4,4 % de la croissance mondiale pour 2020 et a averti que "la sortie de cette calamité serait probablement longue, inégale et très incertaine".

Dans des circonstances aussi volatiles, la conclusion de ce méga-accord commercial est une reconfirmation du soutien et de l'engagement des 15 signataires en faveur du multilatéralisme et du libre-échange.

Depuis le lancement des négociations en 2012, les membres du RCEP ont redoublé d'efforts pour parvenir à un consensus et surmonter les différends, en essayant de forger un partenariat économique et commercial global, de grande qualité et mutuellement bénéfique entre les économies à croissance rapide de la région. Même l'apparition soudaine du coronavirus n'a pas arrêté le cours des choses.

La Chine a toujours joué un rôle actif et important dans le processus de négociation, et elle est prête à continuer à travailler avec toutes les parties pour mettre en œuvre l'accord commercial afin de libérer davantage le potentiel d'un marché asiatique plus intégré et de mieux profiter aux industries et aux populations locales.

En vertu du pacte commercial, le RCEP supprimera progressivement 90 % des droits de douane sur les importations entre les signataires et établira des règles communes pour le commerce électronique, le commerce traditionnel et la propriété intellectuelle, ce qui stimulera largement les investissements, intégrera davantage les chaînes industrielles et d'approvisionnement, protégera mieux les investisseurs et facilitera la circulation des biens, des fonds et des personnes dans la région.

Le RCEP est également une puissante démonstration de la volonté collective des 15 pays de rejeter le protectionnisme commercial, de renforcer la coopération multilatérale, de consolider leurs liens commerciaux déjà étroits et d'accélérer l'intégration et le développement de l'économie régionale.

La détermination des pays du RCEP offre une lueur d'espoir au milieu d'un hiver agonisant pour l'économie mondiale. Grâce à leurs efforts conjoints, ils ont largement maîtrisé la pandémie et sont sur la voie de la reprise grâce à une reprise ordonnée du travail et de la production.

Parallèlement, la Chine, qui stimule fortement le commerce et l'économie de la région, fait également tout son possible pour atténuer l'impact de la pandémie de coronavirus sur les économies de la région. Au cours des dix premiers mois, les échanges commerciaux de la Chine avec les partenaires de l'ASEAN se sont élevés à 3 790 milliards de yuans (574 milliards de dollars), soit une augmentation de 7 % par rapport à l'année précédente. Comme l'ont prévu certaines agences internationales, l'Asie de l'Est devrait être la seule région à afficher une croissance positive en 2020.

Si Pékin cherche à promouvoir un développement de qualité en Chine, elle est également déterminée à ouvrir davantage son marché au monde et à partager ses opportunités de développement avec le reste de la planète. Des événements hors ligne tels que l'Exposition internationale d'importation de la Chine (CIIE) et la Foire internationale du commerce des services organisés par la Chine ont renouvelé la confiance des investisseurs dans la reprise de l'économie chinoise et la sincérité du pays à tenir ses promesses d'ouverture.

L'arrivée opportune du pacte constitue désormais un nouveau point de départ pour l'approfondissement de la coopération économique en Asie-Pacifique. Tous les signataires doivent profiter de cette nouvelle dynamique et étendre leur coopération pratique dans divers domaines. Alors que le monde amortit l'impact de la pandémie, une région Asie-Pacifique plus ouverte et plus développée aidera grandement à sortir l'économie mondiale de la stagnation.

Photo © CNS

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter de Chine-info !

Commentaires

Rentrez votre adresse e-mail pour laisser un commentaire.