menu
menu
seacher

Carte UnionPay, ou comment les Chinois utilisent le yuan en France

2014-09-18 14:24:59 Chine-info.com

Encore inconnues du grand public français, qui ne jure que par Visa, MasterCard ou Americain Express, les cartes estampillées UnionPay sont ultra populaires en Chine avec un taux de notoriété de 100 %. De plus, dans dix-sept banques chinoises parmi les plus importantes du pays –  ICBC, Bank of China, Banque agricole, Banque de construction, Banque de communication… –, les clients accros à la carte bancaire sont plus de 96 % à privilégier celles qui arborent le logo rouge-bleu-vert d’UnionPay1.

Fondé en 2002, UnionPay – ou China UnionPay – est un groupement de réseaux chinois de cartes bancaires qui compte 165 membres en Chine et 200 à l’étranger. Deuxième émetteur de cartes au niveau mondial derrière MasterCard, avec 4,3 milliards d’unités en circulation, UnionPay, qui truste son marché domestique, ne cesse de déployer ses tentacules vers les continents suivants: Asie, Europe, Amériques, Océanie et Afrique. Selon les dernières statistiques, les cartes UnionPay sont dorénavant acceptées dans plus de 141 pays et territoires, ce qui, pour une marque née il y a à peine douze ans, est une incontestable réussite. A titre de comparaison, MasterCard, son concurrent américain créé en 1994, revendique une implantation dans 210 pays vingt ans après sa création.

C’est à la suite d’un partenariat conclu en décembre 2005 avec le Crédit Agricole, deuxième groupe bancaire français derrière BNP Paribas2 , qu’UnionPay est venu s’implanter sur le sol hexagonal. Depuis avril 2006, ses cartes sont utilisables via les réseaux de trois groupes bancaires français : Crédit Agricole, BPCE (groupe issu de la fusion de la Caisse nationale des Caisses d'épargne et de la Banque fédérale des Banques populaires), et Société Générale. Aujourd’hui en France, les touristes chinois titulaires de cartes UnionPay peuvent effectuer des retraits dans plus de 30 000 distributeurs automatiques de billets (DAB). Ils peuvent aussi régler leurs achats dans plusieurs milliers d’établissements commerciaux3  -- principalement des boutiques de luxe ou duty free – Galeries Lafayette, Le Printemps, Hermès, Sephora, LVMH, BENLUX, Cartier, Paris Look –, et des hôtels de prestige tels le Shangri-la, le Peninsula, le Mandarin Oriental, Le Meurice, ou encore l’Hôtel Fouquet's Barrière, situés pour la plupart à Paris.

Malgré leur succès grandissant en France, les cartes UnionPay, nous l’avons vu, n’y sont utilisables, pour l’instant, que dans les grandes enseignes et les hôtels de luxe. Et encore : certains magasins Marionnaud éloignés du centre de Paris ne les acceptent pas. De même,  plusieurs hôtels 5 étoiles les refusent, tels le Paris Marriott Hôtel Champs-Elysées, passé sous pavillon chinois en juin 2014, ou l’hôtel Napoléon, situé à deux pas de l’Arc de Triomphe, ainsi qu’un très grand nombre d’hôtels 4 étoiles, du The Westin à l’hôtel Brighton en passant par le Saint James Albbany, tous situés à deux pas du Musée du Louvre. En outre, dans les palaces où il est généralement demandé aux clients, à leur arrivée, de bloquer une somme d’argent au titre de la garantie (ou de la pré-autorisation), la carte UnionPay ne fonctionne pas (encore) pour un tel usage, mais uniquement pour le débit (paiement à la sortie). De sorte que, pour l’instant, certains palaces demandent aux détenteurs de cartes UnionPay de payer la garantie soit en espèces, soit avec une carte Visa ou une MasterCard ; d’autres, de régler à l’avance leurs frais de  séjour (chambre, consommation sur place...), quitte à leur rembourser l’éventuel trop-perçu à leur départ. Seul le Peninsula Paris fait exception : le tout nouveau joyau de la Ville Lumière ouvert le 1er août 2014 accepte la carte chinoise tant pour le dépôt de garantie que pour le débit. Autant de situations différentes qui montrent combien de chemin doit encore parcourir UnionPay avant d’égaler Visa ou MasterCard en termes d’acceptabilité.

Carte UnionPay siglée Visa, ou comment déjouer les contraintes

Pour autant, ce serait une erreur de croire que les touristes chinois ne disposent en France que de deux moyens de paiement en yuan : cartes UnionPay et argent liquide. Certes, beaucoup jonglent entre les deux selon les circonstances. « A Paris, nous payons par carte UnionPay quand nous faisons nos courses dans un grand magasin de produits de luxe, et en espèces quand nous sommes chez un petit commerçant », racontent trois touristes chinoises. « En revanche, lorsque nous visitons Nice, nous réglons tout en espèces, pour éviter les mauvaises surprises », ajoutent-elles. Mais il existe une troisième solution : utiliser une carte UnionPay affichant le sigle Visa ou le sigle MasterCard. C’est là un moyen de paiement très pratique pour les Chinois en voyage à l’étranger, car il fonctionne partout où fonctionnent Visa ou MasterCard. « Un jour, nous avons reçu un Chinois muni d’une carte 100 % UnionPay et d’une carte UnionPay avec le logo de Visa. La première a été refusée par notre terminal de paiement, mais la seconde a parfaitement fonctionné », se souvient un réceptionniste du Bristol, un des plus prestigieux palaces de France.  « Du moment que le logo de Visa ou celui de MasterCard figurent sur la carte UnionPay, nous l’acceptons sans problème », affirme, pour sa part, un employé d’un hôtel 2 étoiles à Lille.

C’est donc grâce au système de carte co-brandée fondé sur les partenariats qu’UnionPay a conclus avec Visa et avec MasterCard que les touristes chinois peuvent régler leurs achats quasiment partout en France – que ce soit dans les magasins de produits de luxe, dans les hôtels haut de gamme, dans les hôtels ordinaires, ou chez les commerçants... Bref, là où s’affichent les marques d'acceptation Visa et MasterCard. Bien entendu, le paiement fonctionne également sur Internet, de sorte qu’il est désormais possible, par exemple, de réserver depuis la Chine une chambre dans un gite rural situé en Provence. Seul inconvénient pour les touristes chinois : quand ils paient avec leur carte UnionPay siglée Visa ou MasterCard, les transactions passent par le réseau de l’une ou l’autre des deux marques américaines, si bien que les montants réglés en euro seront convertis d’abord en dollar, puis en yuan. Résultat : ils déboursent deux fois les frais de change, avec un surcoût de 1 à 3 % supérieur aux transactions empruntant directement le réseau UnionPay.

Mais quel que soit le moyen de paiement choisi – argent liquide, carte UnionPay, carte UnionPay siglée Visa ou MasterCard –, les dépenses effectuées par les touristes chinois ont incontestablement contribué à améliorer la santé économique du secteur touristique français.  Sachant qu’en 2013, 1,7 million de Chinois ont visité la France et que chacun a dépensé en moyenne 5 400 euros pendant son séjour, la recette générée par les seuls visiteurs venus de l’Empire du Milieu peut être évaluée à 9,18 milliards d’euros (75,6 milliards de yuans). Soit près de 12 % du total des recettes enregistrées (77 milliards d’euros)  par un secteur qui pèse 7 % du PIB français. Et dans l’afflux de yuans vers l’Hexagone par le biais du tourisme, les cartes UnionPay ont joué – et continueront de jouer – un rôle clé : la majorité des touristes chinois en sont titulaires.

 

1.  http://corporate.unionpay.com.

2.  « Classement des banques françaises 2014 », http://www.culturebanque.com/classement-banques-francaises-2014/.

3.  http://www.moneticien.com/veille-monetique/france-credit-agricole-et-union-pay/.

4.Les statistiques concernant la recette du tourisme en France de l’année 2013 ne sont pas connus à ce jour.

Sponsorisé

Le 9 magazine

Top 5 box-office en Chine

Newsletter

Geben Sie hier Ihre E-Mail-Adresse ein, um unseren Newsletter zu erhalten!