menu
menu
seacher

China International Import Expo (CIIE) : les PME françaises sauront-elles prendre le coche ?

2019-04-16 LE 9 Kavian Royai

La Chine annonce la tenue en novembre 2019 de la deuxième édition de son Exposition internationale de l’importation : un gigantesque forum dédié au commerce et à l’importation de produits étrangers en Chine, où les pays du monde entier sont invités à s’exposer. Si la France y participait l’année dernière, trop peu d’entreprises ont été présentes à l’événement.

Dès qu’on parle de la France, le vin est le produit exportable qui vient aussitôt à l’esprit. Pourtant une seule compagnie était présente pour représenter les vins et spiritueux français lors de la 1ère édition de la China International Import Expo (CIIE), une immense foire dédiée à l’importation de produits étrangers en Chine. Lancée à l’initiative du gouvernement chinois, elle s’est tenue en novembre dernier à Shanghai. Certes, il ne s’agissait pas de n’importe quelle compagnie : la France International Wine Award (FIWA), qui organise un concours de vin annuel et qui était donc bien placée pour présenter via sa plateforme quelques meilleurs crus aux consommateurs chinois. Pourtant si le vin français s’exporte déjà très bien en Chine, une seule structure présente sur place dans un événement d’une telle ampleur, comparée aux 38 000 vignerons que compte l’hexagone : l’idée paraît absurde. « La France n’avait pas pris en considération ce forum. Devant l’absence de candidat, c’est finalement la Chambre de Commerce et de l’Industrie d’Île de France qui nous a appelé pour y participer », explique Zhang Li, PDG du FIWA. Une assertion qu’on confirme du côté de ladite chambre et qui témoigne paradoxalement d’une étrange attitude française face à l’initiative chinoise.

La CIIE : un geste en faveur d’un meilleur équilibre commercial

La CIIE était une idée chère au président chinois Xi Jinping. Face aux plaintes récurrentes de certains pays étrangers de voir leur balance commerciale se creuser avec la Chine, le gouvernement chinois avait entre autres proposé d’augmenter la visibilité des entreprises étrangères sur le marché chinois via cette immense foire. Une initiative qui permettrait aussi à l’économie chinoise de monter en gamme en proposant aux consommateurs chinois plus de produits de meilleure qualité. Le problème de la balance commerciale figurait également dans l’agenda des négociations lors du déplacement du président Emmanuel Macron en Chine en janvier 2018. Négociations qui avaient d’ailleurs débloqué l’exportation de bœuf français en Chine cette année-là, et dont la première tonne était arrivée dans les assiettes chinoises justement… lors de la première édition de la CIIE. Le forum était l’occasion de proposer des assouplissements au niveau fiscal et administratif afin de permettre à ceux qui décrocheraient des contrats de commencer rapidement leur entrée sur le marché chinois.

@ DU Yang / CNS

Retours d’expériences favorables

Malgré cela, seules 70 entreprises étaient présentes lors de la dernière CIIE, essentiellement des grands groupes français déjà rompus au marché chinois : Airbus, Peugeot Citroën, Schneider Electric, Lesaffre, l’Oréal... À l’heure où le marché chinois demeure le défi incontournable pour toute bonne activité qui cherche à s’internationaliser, le stand français brillait par l’absence de ses PME.

Manque de communication des autorités chinoises ? Absence de relais dans les administrations ou les grands médias français (pas particulièrement laudateurs de l’initiative) ? « Tout le monde n’a pas la possibilité de se payer un aller-retour pour Shanghai, ni 3 000 € pour un espace de 9 m2, estime une source à la Chambre de Commerce. Une solution serait que les PME se regroupent et se fassent représenter sur des espaces communs. »

Pourtant les retours sur le forum sont encourageants. Repartie avec des contrats en poche, Mme Zhang du FIWA espère bien retourner à la 2ème édition de la CIIE de Shanghai avec un stand encore plus grand. Mais il ne suffit pas d’être présent, il faut être aussi bien préparé. Le FIWA est en effet le seul concours viticole français de niveau international avec un département spécial pour l’Asie et qui a tenu un de ses concours à Pékin même. Il fait déjà toute sa communication en chinois et était donc particulièrement crédible auprès des acheteurs chinois.

Du côté des grandes compagnies, l’Oréal est aussi positif : avec près de 600 m2 d’espace d’exposition, peut-être le plus gros stand du « quartier » des biens de consommation lors de la première édition, le groupe n’a pas hésité à revendiquer à son stand la quasi-intégralité des visiteurs de l’événement et une visibilité enviable avec plus de 7 000 reportages dans les médias du monde.

L’expo 2019

La CIIE a été officiellement présentée à Paris le 29 janvier dernier en présence du vice-ministre du Commerce chinois Wang Bingnan et de Jean-Pierre Raffarin, représentant spécial du ministre des Affaires étrangères français Jean-Yves Le Drian pour la Chine. La 2ème édition de la CIIE se tiendra du 5 au 10 novembre 2019 à Shanghai. Avec 400 000 m2 de surface d’exposition, le tout nouveau Centre national des expositions de Shanghai est l’un des plus grands du monde. La réservation d’espace doit se faire avant le 30 avril 2019. Cette année aussi, une remise de -20 % aura été accordée aux heureux chanceux qui auront su s’y prendre pour réserver avant le 31 janvier. Pensez-y pour l’édition 2020.

A lire aussi:

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter de Chine-info !

Commentaires

Rentrez votre adresse e-mail pour laisser un commentaire.