menu
menu
seacher

[Excusif] Covid-19 : comment se rendre en Chine ?

2020-09-15 Chine-info Camille-Yihua Chen

Sans autorisation spéciale, il est quasiment impossible d’aller en Chine. La preuve par l’exemple.

En Chine, la situation épidémique est parfaitement sous contrôle : plus aucune augmentation du nombre de cas transmis localement depuis un certain temps, ce qui, comparé à ce qui se passe à l’étranger, tient de l’exploit vu l’importance de la population du pays. Toutefois, la prudence reste toujours de mise car, depuis quelques mois, des cas dits « importés » font souvent la Une. Ainsi par exemple le 28 août, Shanghai a signalé « trois nouveaux cas importés de COVID-19 ». Deux d’entre eux concernent des membres de l'équipage d'un navire venant des Philippines, et pour le 3e il s’agit d’un ressortissant chinois qui travaille en Inde.

C’est la raison pour laquelle, afin d’éviter l’explosion d’une 2e vague de l’épidémie, la Chine a décidé de contrôler de façon drastique toute personne qui entre sur son territoire, qu’elle soit Chinoise ou étrangère.

Obtention de visa

Pour les étrangers, se rendre en Chine est d’autant plus difficile qu’il faut au préalable obtenir un visa d’entrée. En temps normal, en ce qui concerne les Français, le demandeur doit commencer par remplir un formulaire de demande en ligne, qui compte 8 pages. Il doit ensuite choisir, sur un calendrier électronique, une date de rendez-vous avec le Centre des visas situé au 25 rue de Bassano dans le 8e arrondissement de Paris. Le jour du rendez-vous, il doit apporter un dossier complet comportant une copie imprimée du formulaire dûment rempli, une photo d’identité aux normes requises et un passeport en cours de validité, et après acceptation du dossier il doit payer sur place les frais d’obtention de visa. Après quoi, il lui faudra attendre 7 jours avant de retourner au Centre pour récupérer son visa.

Mais depuis la crise sanitaire, les choses se sont considérablement compliquées pour les étrangers. Ceux qui voulaient aller en Chine fin août, par exemple, n’ont même pas pu obtenir de rendez-vous pour le dépôt de leur dossier,tout simplement parce qu’aucune date ne leur a été proposée. Le message que voulait envoyer le consulat chinois est clair : sans autorisation spéciale, impossible d’obtenir son visa. C’est pourquoi, sauf exception, les Français – hommes d’affaires, avocats, enseignants... – et ceux d’origine chinoise qui souhaitent se rendre en Chine dans le cadre de leur travail doivent encore, jusqu’à nouvel ordre, rester en France.

L’exception, ou plutôt l’une des exceptions, concerne essentiellement le cas où l’un des deux parents du demandeur est hospitalisé en Chine. Dans ce cas précis, il faut, avant de remplir le formulaire de demande de visa, envoyer au consulat chinois une demande spéciale en fournissant un certificat médical dûment signé par le médecin traitant avec le tampon de l’hôpital concerné. Le tout doit être envoyé à une adresse dédiée : pariscentre@visaforcuina.org.

Plusieurs Français d’origine chinoise ont ainsi pu obtenir facilement leur visa en faisant valoir des raisons humanitaires. Et cela fonctionne systématiquement : en Chine, la protection des parents âgés et malades est un devoir non négociable. En règle générale, le demandeur obtient une date de rendez-vous dans les 24 heures.

Un visa de trois mois

Avant la crise, les Français répondant à un certain nombre de critères pouvaient prétendre à un visa de 2 à 5 ans, avec un nombre d’entrées illimité. Mais aujourd’hui, non seulement leur ancien visa en cours de validité n’est plus valable, mais surtout plus aucun visa d’une durée supérieure à 3 mois et à multiples entrées n’est délivré.

Et du fait de la dégradation de la situation épidémique en France depuis début septembre, un retour à la normale devrait se faire attendre...

Camille-Yihua CHEN est auteure, spécialiste des questions économiques et rédactrice en chef ajointe à Mandarin TV.

Photo © Jérôme Behuet/Unsplash

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter de Chine-info !

Commentaires

Rentrez votre adresse e-mail pour laisser un commentaire.