menu
menu
seacher

Remède au Covid-19 : où en est la Chine ?

2020-05-11 Le 9

Un vaccin

Deux vaccins inactivés expérimentaux au Covid-19 ont été approuvés pour des essais cliniques en Chine, selon Xinhua. Ce sont les premiers de la sorte à pouvoir être testés. Les vaccins inactivés contiennent des agents infectieux (ou une toxine produite par ceux-ci) qui ont été tués grâce à un produit chimique ou par la chaleur. Un 3e vaccin mis au point plus tôt par l’équipe du major-général Chen Wei, une scientifique et militaire à qui le président Xi Jinping a confié la coordination de la lutte contre le virus à Wuhan, est entré aussi en phase 2. Il s’agit du 1er vaccin au monde à atteindre un stade aussi avancé selon l’OMS. Le stade 2 permet d’organiser des essais cliniques de plus grande ampleur sur un plus grand nombre de volontaires. Des premiers tests concluants avaient déjà été opérés en mars dernier à Wuhan. Ce 3e vaccin est un vaccin à vecteur adénoviral (vaccins qui ne contiennent qu'une partie ciblée des gènes pathogènes originaux et ne peuvent donc pas déclencher une infection).

Un possible médicament antiviral

De son côté l’Université Tsinghua, l’une des meilleures universités chinoises, a également découvert certaines fonctions géniques de la chauve-souris frugivore qui permettent d’inhiber les nombreux virus dont elle est souvent porteuse. D’après eux, le MTHFD1 serait le gène principal responsable de la production de purine, qui à son tour est un élément essentiel de la réplication du Sars-CoV-2, tant chez les chauves-souris que chez l'homme. Peu actif chez la chauve-souris, il le serait bien plus chez l’homme. Ce gène MTHFD1 pourrait être une cible valable pour le développement de médicaments antiviraux. En outre, l’étude estime que le carolacton, une substance produite par certaines bactéries, qui a la particularité de pouvoir inhiber la formation de membranes bactériennes, pourrait constituer une molécule candidate à un éventuel médicament.

Et la chloroquine ?

Les Chinois aussi s’interrogent sur la solution du désormais fameux docteur Didier Raoult, surnommé le « Zhong Nanshan français » par les Chinois (Zhong Nanshan est l’un des grands spécialistes chinois des maladies respiratoires). La Fondation méditerranée infection cite deux études en Chine : la première ne concluant pas à une efficacité de l’hydroxychloroquine suite à une expérimentation sur 15 patients avec groupe contrôle ; la deuxième est concluante après expérimentation sur 31 patients (et groupe contrôle). L’organisme reste critique : « D’abord, ces études ne rapportent ni la même durée de traitement, ni la même posologie. Ensuite, les deux études chinoises ne donnent pas de précisions concernant les autres traitements utilisés dans le cadre du protocole. »

Photo © ZHANG Yuwei / Xinhua

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter de Chine-info !

Commentaires

Rentrez votre adresse e-mail pour laisser un commentaire.