menu
menu
seacher

La Chine, redoutable compétiteur spatial

2020-09-15 Le 9 Kavian Royai

Dans le domaine des technologies spatiales, la Chine revient de loin. Elle a pourtant su en quelques années s’imposer comme une grande puissance spatiale avec de nombreux accomplissements à son actif.

• Technologie de lanceurs : Aller dans l’espace demande d’abord des fusées. Depuis la première fusée Longue Marche 1 lancée en 1970 (retirée en 1971), la Chine a réussi depuis peu à s’imposer comme un concurrent de taille aux fusées européennes Ariane, qui elles-mêmes profitaient jusqu’alors des errements de la politique spatiale américaine autour de sa navette spatiale mise à l’arrêt en 2011. Aujourd’hui la Chine est dans la course pour la conception de lanceurs entièrement réutilisables qui feront baisser les coûts de production, avec sa Longue Marche 8, un lanceur très inspiré du Falcon 9 de SpaceX.

• Satellites : La Chine est désormais la plateforme incontournable pour permettre aux pays pauvres ou en voie de développement d’avoir « pied » dans l’espace. Pakistan, Algérie, Nigéria, Bolivie, Venezuela, Laos… ils sont désormais très nombreux à lancer leurs satellites depuis la Chine. La Chine elle-même n’est pas en reste puisqu’à part détenir la 2e flotte mondiale de satellites, elle est déjà le premier lanceur au monde avec 40 lancements prévus cette année. Elle dispose en outre depuis juillet dernier de son propre « GPS maison » un réseau de satellites de positionnement chinois.

• Exploration spatiale : La Chine est allée deux fois sur la Lune en 2013 et 2018 en y envoyant deux rovers Yutu 1 et 2 (« Lapin de Jade »), qui lui ont permis de tester ses technologies avant de faire le grand saut vers Mars. Elle a créé ainsi une grande première en réussissant à envoyer Yutu 2 sur la face cachée de la Lune en janvier 2018 (cf. Le 9 n°14 février 2018), la partie jamais explorée de l’astre. Pour l’aider dans l’exploration, la Chine utilise aussi ses ressources terrestres au maximum : en plus de posséder « FAST », le 2e plus gros radiotélescope au monde achevé en 2016, la Chine s’est rapidement dotée de deux bases de simulation de la vie martienne dans le Gansu et le Qinghai, ses provinces de l’ouest à la géologie si proche de Mars. Original : ces centres scientifiques sont aussi... des parcs d’attractions visitables par les touristes !

Photo : lancement de la première mission d’exploration martienne chinoise, baptisée Tianwen 1 (« Question au ciel 1 »), le 23 juillet 2020 © Luo Yunfei/CNS

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter de Chine-info !

Commentaires

Rentrez votre adresse e-mail pour laisser un commentaire.