menu
menu
seacher

La Chinese Tech : le succès mondial du jeu chinois « Genshin Impact », les déboires de Huawei en Belgique, les failles de cybersécurité en cas de vol de smartphone en Chine...

2020-10-15 Chine-info Hu Wenyan

Chaque semaine, la rédaction vous propose un focus sur les dernières actualités de la tech chinoise, en passant à la loupe les géants du Net que de jeunes pousses technologiques.

Tencent : Huya rachète Douyu, créant un géant du streaming de jeux vidéos

Le 12 octobre, Douyu et Huya, les deux plus grandes plateformes chinoises de streaming de jeux vidéo, ont confirmé leur projet de fusion, proposé début août par leur principal actionnaire en commun Tencent. Selon l’accord, Huya rachète la totalité des actions de son ancien adversaire Douyu, qui va se retirer du Nasdaq, pour créer une nouvelle entité valorisée à plus de 10 milliards de dollars. Mais cette annonce ne signifie pas que tous les obstacles sont levés, loin s'en faut. Il y a d’abord de nombreux bisbilles juridiques, qui existaient déjà entre les deux sociétés concurrentes, à régler. Les streamers s’inquiètent déjà d’une baisse de rémunération suite à l'annonce. Cela risque sans doute de déclencher une « fuite de cerveaux » vers les autres acteurs du marché comme Bilibili ou Kuaishou.

Le jeu vidéo chinois Genshin Impact connaît un succès inédit à l'international

© Compte officiel Twitter

Disponible depuis le 28 septembre sur smartphone, PC et console, le jeu Genshin Impact développé par le chinois miHoYo a généré, rien qu’en deux semaines, près de 90 millions de dollars grâce aux achats in-game. Selon le média chinois Gamelook, la Chine demeure son marché principal, contribuant à hauteur de 40 % des recettes, suivie par le Japon (27 %), les États-unis (13 %), la Corée du sud (7 %) et l’Allemagne (1,5 %). Il remporte également un succès critique, en récoltant de bonnes notes notamment aux États-Unis : 9/10 et 9,25/10 sur les sites spécialisés IGN et Game Informer. Une première tant pour les jeux gratuits que pour les jeux chinois. Pourtant, au sein des joueurs chinois, Genshin Impact, qui se serait inspiré du jeu japonais The Legend of Zelda : Breath of the Wild, fait face à des critiques virulentes, surtout pour son manque d'originalité.

Fintech : Lufax accélère son IPO aux États-Unis

Le 8 octobre, le gendarme des marchés financiers américains SEC a annoncé que Lufax, l’une des plus grandes plates-formes d’emprunt bancaire et de gestion de patrimoine en Chine, avait déposé une demande d’entrée en bourse aux États-Unis. La société détenue par le groupe d’assurance Ping An vise une levée de fonds estimés entre 2 et 3 milliards de dollars, soit la plus grosse IPO en 2020 pour une entreprise chinoise aux États-Unis. Fondée en 2011, Lufax construit son modèle économique notamment sur la gestion de patrimoines pour les clients fortunés. En juin 2020, la plateforme comptait 44,7 millions d’utilisateurs, dont 12,8 millions d’actifs.

5G : Nokia et Ericsson profitent des déboirs de Huawei en Belgique

Officiellement, Bruxelles ne ferme pas la porte à Huawei. Mais sur le terrain, le géant de télécom chinois subit plusieurs coups durs. Selon Reuter, la filiale belge du français Orange et l'opérateur Proximus, dont l'État belge est l'actionnaire majoritaire, vont remplacer progressivement leurs équipements de Huawei par des produits des fabricants européens Nokia et Ericsson dans le cadre du déploiement de la 5G. Telenet, le troisième grand opérateur belge, est le dernier opérateur à n'avoir pas encore décidé quel fournisseur il utilisera pour construire ses réseaux 5G. Banni aux États-Unis, Huawei serait en passe de perdre la bataille en Europe. Fin septembre, l'opérateur britannique BT a déjà choisi Nokia pour remplacer Huawei comme fournisseur de matériel pour le déploiement de sa 5G au Royaume-Uni.

Pakistan interdit TikTok à cause des contenus « immoraux »

Après les États-Unis et l’Inde, Pakistan bannit à son tour la pépite chinoise TikTok sur son territoire. La nouvelle est tombée le 8 octobre. Selon l’agence de télécommunication du pays, différentes communautés de la société ont porté plainte contre les contenus « immoraux » publiés sur la plateforme. Ce n’est pas la première fois que les autorités pakistanaises ont signalé son mécontentement auprès de l’entreprise chinoise, qui a déjà supprimé mi-juillet plus de 3,7 millions de vidéos, à la demande du gouvernement. Une situation qui n’est pas sans rappeler la mésaventure de TikTok en Inde, qui avait interdit temporairement l’application au début de 2019 à cause des vidéos à caractères « pornographiques» et «inappropriées ».

La protection des données personnelles mise à l'épreuve en cas de vol du smartphone en Chine

Les Chinois n’ont jamais aussi dépendu de leur smartphone, pour le meilleur et pour le pire. En cas de vol, les conséquences se révéleraient désastreuses. C’est le cas d’un ingénieur en sécurité informatique, qui a raconté sa mésaventure dans un blog, pointant du doigt les failles de China Telecom, Alipay, Wechat, Meituan et FinanceSN, dans la protection des données personnelles. Partagé par des milliers de personnes, cet article a sonné l’alerte sur la cybersécurité, provoquant l’ire chez les internautes chinois. Selon le média Caixin, plusieurs plateformes financières lui ont déjà remboursé les virements réalisés par le voleur. Mais cela est loin d’être un cas isolé. Déjà en septembre 2019, la police de Shanghai a arrêté un groupe criminel, spécialisé en transfert d’argent à l’appui des informations personnelles volées.

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter de Chine-info !

Commentaires

Rentrez votre adresse e-mail pour laisser un commentaire.