menu
menu
seacher

La Chinese Tech : Bilibili s'allie avec BBC, Huawei banni par la Suède et la reconnaissance faciale dans la tourmente...

2020-10-22 Chine-info Hu Wenyan

Chaque semaine, la rédaction vous propose un focus sur les dernières actualités de la tech chinoise, en passant à la loupe les géants du Net que de jeunes pousses technologiques.

Les tops de la semaine

Alibaba débourse 3 milliards d’euros pour prendre contrôle de la filière chinoise d’Auchan

En Chine, les géants d’e-commerce s’attaquent à la grande distribution. Dans le sillage de ses concurrents JD et Suning, qui ont respectivement tendu la main à Walmart et Carrefour, Alibaba entre également dans l’arène. Selon un communiqué publié le 19 octobre, le géant d’e-commerce décaisse 3 milliards d'euros pour doubler sa participation à 72 % d'SunArt, société créée en 2000 par le français Auchan avec le taïwanais Ruentex. Le groupe fondé par Jack Ma reprend la main sur un réseau de 484 hypermarchés, couvrant 232 villes à travers la Chine. Ce rachat clôt les activités d’Auchan dans l'empire du Milieu, trois années après la signature d’une alliance avec Alibaba, qui vise aujourd’hui la première place sur le marché du commerce de proximité.

Bilibili s'allie avec BBC, s'attaquant à la production de documentaires

Affiche de The Green Planet, DR.

Le 19 octobre, la plateforme de vidéos Bilibili et BBC ont signé un accord de coopération stratégique, notamment dans le domaine de production de documentaires. Leurs prochains projets : The Green Planet et The Mating Game. La série télévisée britannique The Watch sera bientôt disponible sur Bilibili. Fort de 83 millions d’amateurs de documentaires, Bilibili devient aujourd’hui le N°1 tant dans la production que dans la diffusion de documentaires. La plateforme travaille avec les plus grands du milieu, comme CCTV, National Geographic, Discovery Channel, NHK et Arte… Récemment, l’entreprise chinoise et l’européen Arte ont coproduit le long métrage documentaire The Deep Med.

Le Pakistan lève l'interdiction à l’encontre de TikTok

TikTok peut pousser un soupir de soulagement. Le 19 octobre, le Pakistan a annoncé qu'il lèverait l'interdiction de cette application de vidéos courtes, après avoir reçu l’assurance que les contenus « immoraux » seraient bloqués. Dix jours après l'instauration de ce bannissement, l’Autorité des télécommunications du Pakistan a toutefois averti que l'application chinoise serait définitivement interdite si elle échouait à modérer les contenus publiés sur la plateforme. Durant la première moitié de 2020, TikTok avait déjà supprimé plus de 6 millions de vidéos au Pakistan. Mais c’est en Inde et aux États-Unis où l'application chinoise avait supprimé le plus grand nombre de vidéos.

Les flops de la semaine

Cryptomonnaie : son fondateur arrêté, l’exchange OKEx suspend les retraits d'argent

La nouvelle a fait l’effet d’une bombe dans le monde des cryptomonnaies : le 16 octobre, l'une des plus grandes plateformes d’échanges, OKEx, a suspendu temporairement les retraits de Bitcoin et de toutes les autres cryptomonnaies. L’entreprise a fait savoir que l’un des détenteurs de ses clés privées coopérait avec la police dans le cadre d’une enquête, ce qui provoque la suspension des retraits. Selon le média chinois Caixin, il s’agit bien du fondateur d’OKEx, Xu Mingxing, qui avait été arrêté par la police moins d’une semaine avant cette annonce. Si le motif de l’enquête n'est pas dévoilé, des professionnels du milieu ont signalé que les autorités serraient depuis un moment la tour de vis des activités susceptibles d'être liées au blanchiment d’argent. Selon les dernières informations, les retraits d'argents ont été rétablis le 21 octobre à partir de 20h en Chine.

5G : la Suède bannit les chinois Huawei et ZTE

Après le Royaume-Unis, la Suède va fermer la porte à Huawei et ZTE. Dans un communiqué publié le 20 octobre, l'Autorité suédoise des télécoms a précisé que les équipements déjà installés devraient également être retirés d’ici le 1er janvier 2025. Nouveau coup dur pour Huawei, mais la décision de la patrie d’Ericsson est loin d’être une surprise. Le bannissement est en effet la conséquence d'une nouvelle loi adoptée au début de l'année et de l'évaluation des autorités militaires et du renseignement visant à « garantir que l'utilisation des fréquences ne mettent pas en danger la sécurité de la Suède ». La Chine mettra-t-elle en œuvre des mesures de rétorsion contre la Suède ? Une question décisive pour Ericsson, qui a d’ailleurs annoncé le 21 octobre son très bon chiffre d’affaires du troisième trimestre, en progression de 7 %, grâce surtout aux contrats de 5G signés en Chine (Caixin).

Autres news

Rapport : 78 % des internautes ruraux préfèrent Wechat Pay à d’autres applications de paiement mobile

Les villages chinois accélèrent la transformation numérique. C’est ce que révèle le « Rapport sur la digitalisation à la campagne en 2020 », publié le 16 octobre par Wechat et l’Université du peuple de Chine. Si 78 % des villageois choisissent le Wechat Pay, le taux s’élève à 83 % dans les villes-districts (县城 un centre urbain entouré de zones rurales), un chiffre supérieur à celui de 76 % concernant les villes. Depuis ces deux dernières années, le nombre de commerces dans les villages adoptant le Wechat Pay a grimpé de 65 %. Les internautes de zones rurales paient en moyenne 2 650 yuans (336 euros) par mois via Wechat Pay. Selon les rédacteurs du rapport, la transformation numérique, notamment la généralisation de l’usage de Wechat Pay, joue un rôle essentiel dans la lutte contre la pauvreté dans les coins les plus reculés en Chine.

Face aux usages débridés de la reconnaissance faciale, une professeure de droit sonne l’alarme

Alors que la Chine prépare sa loi sur la protection des données personnelles, les usages, souvent sans aucune contrainte, de la reconnaissance faciale, provoquent des débats enflammés. Lao Dongyan, professeure de droit à l’Université de Tsinghua, a refusé d'utiliser le système de reconnaissance faciale installé dans son quartier d’habitation. Forte de ses expertises en droit, elle sonne l’alerte contre les risques de la reconnaissance faciale auprès de ses voisins, et du grand public, trouvant un fort écho dans la société. Selon le « Rapport sur l’application de la reconnaissance faciale » publié par l’organisme officiel Personal Information Protection Task Force on APPs, plus de 60 % des personnes interrogées sont convaincues que le recours massif à la reconnaissance faciale est abusif, tandis que 30 % se révèlent victimes du vol des informations personnelles à cause de cette technologie.

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter de Chine-info !

Commentaires

Rentrez votre adresse e-mail pour laisser un commentaire.