menu
menu
seacher

La Chinese Tech : l’ambition live-streaming de Baidu, la montée en puissance des start-up agricoles, le nouveau produit financier de ByteDance

2020-11-19 Chine-info Hu Wenyan

Chaque semaine, la rédaction vous propose un focus sur les dernières actualités de la tech chinoise, en passant à la loupe les géants du Net que de jeunes pousses technologiques.

Baidu débourse 3,6 milliards de dollars pour s'offrir le service de live-streaming YY

Le 17 novembre, le moteur de recherche Baidu a annoncé avoir racheté la plateforme de streaming en direct YY, à hauteur de 3,6 milliards de dollars. Il s'agit du plus gros rachat du géant d’Internet, qui ne cesse d’ailleurs de perdre du terrain sur le marché chinois. Depuis 2016, année zéro du streaming en Chine, les plateformes n’ont cessé de se multiplier pour arriver à une situation de concurrence effrénée telle que l’on connaît aujourd’hui. YY, Douyu et Huya, les deux derniers s’étant alliés récemment, demeurent les acteurs les plus solides du secteur. Pour Baidu, l’opération financière a pour objectif de diversifier ses ressources et de repenser son modèle économique, basé aujourd'hui principalement sur les recettes publicitaires.

La start-up agritech chinoise XAG lève 150 millions d’euros pour ses fermes sans personnel

En Chine, les investisseurs s'engouffrent dans les technologies agricoles, sur fond de vieillissement de la population et d’exode rural. Le 16 novembre, la start-up agritech XAG (en chinois, Jifei Keji) a annoncé avoir levé un fonds à hauteur de 1,2 milliards de yuans (150 millions d’euros), investi majoritairement par le chinois Baidu Capital et le japonais Softbank Vision Fund. Selon Peng Bin, fondateur de XAG spécialisé en drones agricoles, ils vont investir davantage dans l'innovation, pour construire des fermes sans personnel. Sous l’impulsion du gouvernement chinois, les entreprises agritech n’ont jamais autant séduit le marché. FJDynamics, une autre start-up agritech chinoise, fondée en 2017, a réussi début novembre à lever 400 millions de yuans (51 millions d’euros) et s'apprête bientôt à entrer en bourse à Shenzhen.

Malgré la régulation, ByteDance avance ses pions dans les services financiers

Après avoir acquis trois licences financières, ByteDance, maison mère de TikTok, s’attaque aux prêts en ligne, talonnant ses adversaires vétérans comme Alibaba, Tencent et JD. Selon le média chinois Tech Xingqiu, Douyin, l’entreprise sœur de TikTok sur le marché chinois, est en train de tester son nouveau service de micro-crédit, Fangxinhua, afin de construire son propre univers d’e-commerce. Force est de constater que les autorités chinoises n’ont de cesse de resserrer l’étau sur les ambitions financières des géants de la tech. En témoignent de nouveaux règlements concernant les emprunts en ligne publiés le 2 novembre par les gendarmes financiers, qui auraient bloqué l’IPO du géant de la fintech Ant Group. Mais selon les experts du milieu, ByteDance pourrait très bien faire de son retard dans le développement de produits financiers un atout : sans fardeau, il s'adapterait plus facilement aux nouvelles normes de régulation.

Les « Netflix » chinois s'apprêtent également à augmenter leur prix d’abonnement

Simple coïncidence ou effet de contagion ? Peu après que Netflix ait annoncé une hausse du prix d'abonnement aux États-Unis, les plateformes chinoises de streaming, telles que iQiyi (Baidu) et Tencent Video, s’apprêtent également à augmenter leurs prix. Si iQiyi a augmenté ses prix à partir du 13 novembre, de presque 25 %, Tencent Video envisage de faire de même, considérant trop bon marché son abonnement mensuel actuellement fixé à 20 yuans (2,6 euros). Derrière ces nouvelles mesures se cache à peine la dure réalité financière de ses entreprises, notamment dans le cas de iQiyi. Fondée en 2010, la plateforme connue pour la production de web-séries de haute qualité demeure toujours déficitaire. Selon son rapport financier du troisième trimestre publié le 16 novembre, malgré ses 100 millions d’abonnés, elle enregistre une perte nette de 1,16 milliards de yuans (150 millions d’euros).

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter de Chine-info !

Commentaires

Rentrez votre adresse e-mail pour laisser un commentaire.