menu
menu
seacher

Être femme en Chine

2019-03-08 Le 9

À l’occasion de la journée internationale de la femme le 8 mars 2019, chine-info revient sur la situation générale de la femme en Chine.

Un recul global de la condition de la femme dans le monde

« En terme d’équité, l’une des lignes de fracture devenue particulièrement visible en 2017 est celle de l’égalité des sexes. Dans le monde, les écarts sur la santé, l’éducation, la politique et au travail se sont élargis pour la première fois depuis le début de nos recherches en 2006, et alors qu’une succession d’affaires notoires ont pu attester de niveaux de harcèlement sexuel endémiques continus. » C’est le triste constat du « Global Risks Report 2018 » publié en janvier 2018 par le Forum économique mondial (ou Forum de Davos). Pour celui-ci, cette fracture demeure un facteur d’instabilité sociale à ne pas négliger. Selon les chiffres de l’organisation, la grande majorité des pays se trouvent autour d’une moyenne à 68 % en terme de parité des sexes (100 % étant la parité parfaite). Que ce soit du côté de l’égalité ou de l’inégalité, plus on s’écarte de cette moyenne, moins on compte de pays; en revanche les écarts dans ces pays s’agrandissent exponentiellement. La Chine, avec une population de 703,3 millions de femmes (2016), ne se trouve que légèrement au dessous de la moyenne mondiale, devant la Hongrie, la Corée du Sud ou le Japon. Pourtant, elle est déjà reléguée à la 100ème place sur les 144 pays étudiés par le Forum. Une position qui a pu étonner certains médias, dont le britannique Financial Times dans sa version chinoise.

Et en Chine?

Le parti communiste chinois a naturellement (l'égalité homme-femme ayant toujours été une revendication des systèmes communistes) et depuis ses débuts, toujours mis un point d’honneur à revendiquer l’égalité homme-femme. Celui-ci avait, dès son ascension au pouvoir en 1949, reconnu le 8 mars comme journée internationale de la femme (là où il a fallut attendre 1977 aux Nations Unies et 1982... en France). Depuis, ce jour est férié pour les femmes chinoises et les textes réglementaires leur octroient aujourd’hui une demi-journée de congé. Dans les faits, beaucoup de Chinoises ne le savent pas et la plupart des entreprises ne font pas chômer leurs salariées... Au contraire, c’est souvent même l’occasion d’organiser toutes sortes de promotions commerciales en lien avec la journée de la femme et parfois de faire quelques heures supplémentaires. Malgré les efforts du gouvernement, et malgré la relative égalité apparente au visiteur qui traverse la Chine, la défense du droit des femmes demeure une lutte permanente, aussi bien au niveau social que politique.

Le gouvernement chinois s’est doté depuis 1995 d’un plan d’action politique concret avec des objectifs chiffrés destiné à réduire les inégalités homme-femme : c’est le « Programme pour le développement des femmes chinoises » (zhongguo funü fazhan gangyao). Fin 2017, le Bureau des statistiques chinoises publiait son rapport à mi-parcours concernant le plan « 2011-2020 ». Un rapport optimiste, avec des améliorations certaines en terme de santé, d’éducation, de travail, mais qui, replacé dans son contexte global et historique, ne masque pas les efforts qui restent à fournir.

En quelques chiffres

Source : Bureau national des statistiques chinois, Xinhua, ONU

80 millions de Chinoises ont bénéficié d’une assurance maternité en 2016, une hausse de 49 % par rapport à 2010. La mortalité en couches baisse, malgré la mise en place de la politique des deux enfants et l’augmentation de la fréquence des naissances à un âge avancé. 99,8 % des mères accouchent en hôpital ou en présence d’un professionnel, soit une hausse de 2 % par rapport à 2010. Ceci est dû à l’augmentation des contrôles pré- et post-nataux, ainsi qu’à une meilleure prise en charge des examens de santé, notamment du cancer. Les Chinoises restent malheureusement très touchées par le cancer des poumons. Parmi les causes révélées par le Département national de l’hygiène : la pollution atmosphérique, la cigarette (active ou subie) mais aussi malheureusement, les fumées de cuisine, comme celle des fritures à l’huile, ou celle du charbon, principal combustible dans les cuisines des campagnes.

La proportion des femmes recevant une formation supérieure a augmenté, avec un taux de scolarisation en hausse de 16,2% par rapport à 2010.

Travail

43,1 % de la population active est féminine en 2016 (contre 45 % en 2008). Selon un sondage récent, 22 % d’entre elles estiment qu’il existe des discriminations fortes au travail.

1/3 des cadres dirigeants en entreprise sont des femmes.

Aujourd’hui la Chine manque encore cruellement de « décideuses ». Les Chinoises sont en revanche très présentes dans les assemblées locales, comme les comités de quartier des villes où elles occupent 48 à 50% des assemblées.

Violence

Le kidnapping de femme et d’enfant demeure un problème en Chine. De 2001 à 2016 la police a tiré au clair plus de 16 000 cas d’esclavage de femmes (contre 12000 en 2005).

Les étudiantes chinoises se mobilisent avec #MeToo pour lutter contre le harcèlement dans les écoles d'élite

Le mouvement mondial #MeToo* (en chinois #Woyeshi) est arrivé d’abord sur les campus chinois en 2017 suite à une série d'allégations médiatisées au sein d’une université pékinoise. L’enquête menée a abouti à congédier le professeur concerné. La culture relativement conservatrice de la société chinoise a pendant longtemps fait des agressions et du harcèlement sexuels un sujet tabou. Le défaut d'activisme et le système judiciaire ne favorisent que peu la libération de la parole des victimes. Une enquête déjà menée en 2016 par le Centre d'éducation sexuelle de Guangzhou et le cabinet Beijing Impact, a pourtant révélé que plus de 69 % des étudiants chinois (dont 25 % d’hommes) avaient pu subir une forme de harcèlement sexuel, quand moins de 4 % seulement l'avaient signalé.

* Le mouvement #MeToo est né à la suite d'accusations d'agressions sexuelles à l'encontre du producteur américain Harvey Weinstein en octobre 2017 pour dénoncer le harcèlement dans le milieu professionnel.

Article publié dans le numéro 4 du 9, mars 2018

Sponsorisé

Newsletter

Geben Sie hier Ihre E-Mail-Adresse ein, um unseren Newsletter zu erhalten!