menu
menu
seacher

L'Internet du Milieu : « fànquān » ou la « culture des fans » à la chinoise

2020-06-24 Chine-info Hu Wenyan

Chaque semaine, la rédaction décortique pour vous un phénomène social ou culturel à travers le jargon de l’Internet chinois. Au menu cette semaine : fànquān (饭圈), ou la « culture des fans » à la chinoise.

Composé de « fàn » ( « riz ») homophone de « fan » (admirateur), et de « quān » qui signifie communauté ou réseau, l’expression 饭圈 fànquān est une hybridation sémantico-phonétique qui désigne la communauté des fans en Chine – essentiellement du monde du divertissement – source principale du cyberlangage chinois avec la généralisation de l’utilisation des abréviations avec des lettres alphabétiques telles que kswl pour « 磕死我了 » (kesiwole) qui veut dire « je kiffe trop ».

Si l’on osait, on dirait que pour comprendre la jeunesse chinoise, il faudrait commencer par appréhender la culture de la Fanquan, une sous-culture devenue mainstream dans l’empire du Milieu. Si la « culture des fans » n'a rien de révolutionnaire, à l’ère du numérique et des réseaux sociaux, elle prend pourtant une autre tournure, au moins en Chine : les fans prennent de plus en plus de pouvoir dans la fabrication des célébrités et de l'opinion publique, rien que par la génération d’un trafic massif sur Internet. Pour faire la promotion de leur « idol », ils sont prêts à tout, même d'acheter de l’espace publicitaire dans les transports en commun ou de la délation concernant des personnes ou des sites internet trop critiques envers leur idole. Des méthodes jugées radicales de plus en plus remise en cause par le grand public.

Alors que les émissions chinoises de concours de talents ou de télé-réalité battent leur plein depuis 2018, un modèle économique s’est également construit sur le pouvoir d’achat de la communauté des fans, dont une majorité de jeunes femmes urbaines issues d’un milieu aisé.

Considéré comme un beau gosse au sourire angélique, Xiao Zhan, un des acteurs principaux dans The Untamed, est un archétype d’un « idol » à la chinoise. S’il est très populaire auprès de la génération Z en Chine et suivi par une des communautés de fans des plus loyaux, beaucoup de ses détracteurs le jugent trop « efféminé », à l'instar des stars masculines dites « viande fraîche » (小鲜肉 xiao xian rou), surnom utilisé en Chine pour décrire les acteurs « jeunes et beaux de 12 à 25 ans, gentils et purs, n'ayant pas beaucoup d'expériences amoureuses ».

Pourtant Xiao Zhan est en passe de devenir une persona non grata dans l’industrie du divertissement chinois, à la suite du blocage du site américain AO3 en Chine, l’un des plus grands sites d'hébergement de fanfictions, dénoncé en début d’année par les fans de l’acteur pour des écrits à caractère LGBT sur lui. Les utilisateurs chinois de ce site ainsi que des militants anti-Fanquan se sont rassemblés pour protester contre les fans « fanatiques » de Xiao Zhan et l’acteur lui-même.

Derrière ces mobilisations collectives sur Internet se cacherait peut-être un fossé générationnel sans précédent. Selon le chercheur Li Songwei spécialisé en psychologie des fans, si la génération X, qui a grandi dans les années 80, se révolte contre le collectivisme très pesant et vénère surtout des idoles à contre-courants, la génération Z, peu soumise à la pression matérielle et sociale, se fiche de l’esprit rebelle et préfère surtout la douceur et la beauté chez leurs idoles, souvent à l’allure soignée et ingénue (GQ).

Si la Fanquan, jugée anti-intellectuelle par certains critiques culturels, se trouve sous le feu des critiques à la suite de l’affaire Xiao Zhan, des voix s'élèvent pourtant pour prendre sa défense, comme celle de la chercheuse de la « culture des fans » Yang Ling, elle-même fan d’une star. Pour elle, les idoles ne sont pas là que pour remplir un vide intellectuel, elles inspirent également à leurs fans de saisir pleinement la beauté et le sens de la vie. « Les fans cherchent avant tout du bonheur, de la reconnaissance et de l’appartenance. Les idoles ne servent que d'intermédiaire », analyse-t-elle sur le site ifeng.com.

Photo © Compte officiel Weibo Studio de Xiao Zhan

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter de Chine-info !

Commentaires

Rentrez votre adresse e-mail pour laisser un commentaire.