menu
menu
seacher

Congés payés et tourisme en Chine, le Covid-19 a changé la donne

2020-09-07 Le 9 Sacha Halter

Les Chinois ont découvert les congés payés depuis moins de 20 ans. Un acquis social plus généreux qu’on ne le croit, qui leur a permis de découvrir les joies des vacances. Pendant cet été 2020, le Covid-19 a cependant mis à l’épreuve le modèle du « tourisme de masse à la chinoise ».

Conséquences de la crise du Covid-19 : les touristes chinois ont été moins nombreux cet été. Depuis 20 ans, ils avaient pourtant découvert les vacances, profitant d’un système de congés payés de plus en plus généreux. Une aubaine pour le secteur du tourisme en Chine. Mais la crise du Covid-19 a poussé les Chinois à changer leurs habitudes. Les exténuants voyages de groupes n’ont plus le vent en poupe.

Congés annuels et « semaines d’or »

Symboles du mode de vie à la française, nos deux premières semaines de congés payés ont été acquises au terme des grèves de 1936. En Chine, les deux premières semaines de congés payés datent de… 1999 ! Leur fonctionnement est aussi un vrai casse-tête. Ils se combinent avec les jours fériés, pour former les fameuses « semaines d’or » (huangjin zhou 黄金周). La Chine compte en effet 11 jours fériés, tous chômés et indemnisés. En 1999, le gouvernement a ajouté des jours de congés à la suite des jours fériés, pour former ainsi des « semaines pleines » avec le week-end : les trois « semaines d’or ». Une pour le Nouvel An chinois, une pour la fête du Travail et une pour la fête nationale. En 2008, la semaine d’or du 1er mai a été décomposée et répartie sur d’autres périodes de fête : celle des Bateaux Dragons et celle de la fête de la Lune.

En plus des 11 jours fériés, les Chinois ont donc obtenu 15 jours de congés annuels grâce aux semaines d’or. Puis, en 2007, le Conseil des Affaires de l’État a aussi ajouté un autre système de congés payés, les « congés annuels », (nianxiujia 年休假 ), basés sur l’ancienneté et qui s’appliquent à toutes les professions : 5 jours ouvrés pour les Chinois qui ont entre 1 et 10 ans de durée travaillée, 10 jours pour ceux qui ont cumulé entre 10 et 20 ans, et 15 jours pour ceux qui ont travaillé plus de 20 ans. En comptant les deux systèmes, « semaines d’or » et « congés annuels », les Chinois bénéficient donc d’une période comprise entre 20 et 30 jours de congés par an. Comme le prévoit le droit du travail en Chine, les « semaines d’or » sont obligatoirement rémunérées. Si le montant diffère en fonction des entreprises et des conventions collectives, il existe une règle intangible : la rémunération ne peut être inférieure à 70 % du salaire perçu, ni au salaire minimum en vigueur dans la province. Les indemnités perçues lors des congés payés sont quant à elles versées à taux plein. Dans la pratique, beaucoup de Chinois préfèrent utiliser les semaines d’or pour faire des heures supplémentaires, fortement majorées dans cette période : 200 à 300 % du salaire normalement perçu ! Il est également vrai que beaucoup de Chinois préfèrent mettre de l’argent de côté plutôt que de partir en vacances à cause de leurs faibles salaires.

Derrière les congés, le tourisme intérieur

Le système des congés payés chinois vise avant tout à stimuler l’économie du pays. Avec des rémunérations limitées, l’absence de choix sur la date des vacances et avec leur étalement dans l’année grâce aux jours fériés, les congés payés poussent les Chinois à voyager en Chine plutôt qu’à l’étranger. Les semaines d’or ont d’ailleurs fait exploser le tourisme intérieur. D’après le média chinois ce.cn, en 1999, lors de la toute première semaine d’or de la fête nationale, 28 millions de Chinois avaient profité de l’occasion pour voyager dans leur pays. En 2019, pour la même occasion, ils étaient 788 millions. Le plus souvent, les semaines d’or sont aussi l’occasion de retrouver sa famille, restée à la campagne. Lors de leur création en 1999, il fallait subir de longues périodes de voyages en train. Les choses changent avec l’avion, le TGV et le rééquilibrage territorial de la Chine qui rapproche les familles. Les Chinois commencent à vraiment profiter de leurs congés pour se faire plaisir. En choisissant leurs périodes de congés, les Occidentaux ont pu vivre leurs vacances comme de vraies aventures. La figure du voyageur libre a traversé l’histoire des congés payés en Europe et aux États-Unis. De l’ouvrier qui prend le train pour découvrir la mer dans les années 1930, jusqu’au récit autobiographique du road trip de Jack Kerouac, en passant par les périples en famille sur l’autoroute du soleil pour rejoindre la Côte d’Azur, les Occidentaux profitent généralement des vacances pour « lâcher prise ». Les Chinois au contraire, doivent composer avec le manque de temps, les longues distances, l’afflux de population. Ils voyagent la plupart du temps par le biais de plateformes Internet, qui planifient pour eux les moindres détails. Hôtel, nourriture, trajet, visites. Sur les réseaux sociaux, beaucoup considèrent les voyages organisés comme une fatalité, avec toutefois son lot d’avantages. C’est le cas de « Yu Wing Rui Shao », sur Zhihu.com : « Voyager avec une agence est plus rentable, vous avez affaire à des professionnels qui ont déjà tout calculé pour vous. Ils connaissent les meilleurs endroits à visiter et c’est aussi plus sécurisé. » Même son de cloche pour « Fenzi » : « Les agences permettent d’épargner les démarches administratives comme les visas, elles permettent aussi de ne pas être perdu avec les soucis de traduction, surtout si vous êtes moins à l’aise avec les langues locales. » On l’aura compris, les congés payés chinois poussent à la recherche de l’efficacité, plutôt qu’à l’envie de se « déconnecter ».

Les choses pourraient bien avoir changé avec le Covid-19. En mars, le média Jiemian.com, publiait déjà les résultats d’une enquête menée en partenariat entre ctrip.com et l’Académie chinoise du tourisme. Dans un sondage réalisé auprès de 15 000 personnes, 45 % affirmaient désormais vouloir voyager sans passer par une agence de voyage. 90 % affirmaient vouloir voyager en Chine plutôt qu’à l’étranger. Interviewée en juillet En Chine, les deux premières semaines de congés payés datent de… 1999 ! par le média cqcb.com, Madame Dan, responsable d’une agence de voyage à Chongqing était assez pessimiste : « Les gens sont moins nombreux cette saison. Ils sont partagés entre l’envie de voyager et la peur du virus. Ce qui est sûr, c’est que beaucoup de gens privilégient les voyages en petit comité. »

Les agences de voyages ont rouvert leurs portes à partir du 14 juillet (Xinhua). Sur ctrip.com, l’une des plus importantes plateformes du pays, les clients ont privilégié Pékin, Shanghai ou encore l’île de Sanya, connue pour ses plages de sable chaud. Pour les provinces intérieures, les Chinois ont préféré le Yunnan, le Sichuan et le Guizhou (Global Times). Mais une tendance nouvelle s’est aussi dégagée. Les Chinois voulaient voyager en milieu rural. Sur la plateforme de voyages mafengwo.cn, la recherche du mot clé « voyage à la campagne » (乡村游) a augmenté de 184 % au cours du mois de juillet (Xinhua). Après de longues périodes d’isolement, beaucoup désiraient aussi profiter des congés pour retrouver leurs proches. Selon Wang Xiaosong, président de l’agence de voyages lvmama.com, interviewé par Xinhua, plus de 40 % des réservations sur sa plateforme ont concerné des voyages de visites à la famille. Nombreux sont aussi ceux qui ont décidé de ne pas faire de tourisme cet été, faisant baisser les prix des voyages. La tendance est-elle vraiment confirmée ? Pour le savoir, rendez-vous aux deux prochaines semaines d’or : pour la fête nationale au 1er octobre et pour le Nouvel An chinois de 2021.

Photo : la station balnéaire de Sanya à Hainan. © LUO Yunfei/CNS


Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter de Chine-info !

Commentaires

Rentrez votre adresse e-mail pour laisser un commentaire.