menu
menu
seacher

Les Chinois croient aussi aux extra-terrestres

2020-09-16 Le 9 Kavian Royai

La Chine a ses propres programmes de recherche de vie extraterrestre. Et ses communautés de fans d’ufologie aussi.

Selon un sondage de l’institut Leger effectué en 2018, 68 % des Russes croient aux extraterrestres. Ils sont talonnés de très près par les Mexicains et les Chinois. Les Danois y croiraient le moins avec 28 % de sondés répondant positivement. L’intérêt des Chinois ne s’est pas démenti à en croire la récente déclaration de l’observatoire du FAST (le 2e plus gros radiotéléscope au monde achevé en 2016) de se lancer dès septembre dans la recherche active de « formes d’intelligence extraterrestre » (Science & Technology Daily), dans un pendant chinois au programme américain SETI. Il faut préciser que ce radiotélescope géant d’un demi-kilomètre de diamètre a été précisément construit dans cette optique. Contrairement aux nombreux commentaires des internautes chinois peu rassurés par l’idée, les scientifiques chinois – comme Zhang Tongjie de l’Université normale de Pékin –, sont persuadés que la coopération avec les Aliens permettra de sauver l’humanité dans un futur plus ou moins proche (36kr.com)...

Et la vie sur Mars ?

La Chine, les États-Unis et l’Europe ont tous prévu dans leur programme d’exploration martienne un échantillonnage du sol martien dans un but précis : y trouver de la vie – ou du moins des traces – même passée. Ces échantillons devront revenir sur Terre dans la décennie 2030, lors d’une prochaine mission chargée de les récupérer sur Mars ; ce retour se fera par des moyens robotisés. Cela se fera certainement de manière indépendante côté chinois, et en coopération, pour la NASA et l’ ESA.

Selon Jim Green, le directeur scientifique de la NASA depuis 2018, l’humanité est très proche de trouver des formes de vie extra-terrestre. Une découverte qui pourrait bien survenir dans les 2 années qui viennent et pour laquelle Mars semble être le meilleur prospect, a-t-il livré au quotidien britannique The Telegraph. Pour le scientifique, ce sera un séisme dans le monde des idées, une sorte de révolution copernicienne pour laquelle « l’humanité n’est pas préparée ». Même s’il ne s’agira très probablement que de petits organismes microbiens…

Organismes extra-terrestres et contamination

Qui dit organisme microscopique dit contamination possible. Depuis les premières missions Apollo, la NASA a eu soin de mettre en quarantaine les astronautes et de stériliser les modules qui revenaient de la Lune – pour finalement s’apercevoir qu’il n’y avait pas de contamination possible, la Lune n’étant habitée de nulle vie connue. En revanche, il y a un consensus sur le fait que Mars ait pu abriter, sinon abrite peut-être des formes de vie. Et depuis Apollo, des découvertes ont été faites en biologie sur certains organismes, comme l’ourson d’eau : cet animal microscopique capable de survivre à des environnements extrêmes, voire même à un voyage intersidéral accroché à la coque d’un vaisseau... Dans ce cas, un retour sur Terre d’échantillons martiens comporte bien un risque.

Le Comittee on Space Research (COSPAR) basé à Paris est l’organisme international chargé d’élaborer des « Règles de protection planétaires » pour éviter les contaminations interplanétaires. Censées être appliquées depuis 1984 par les principales nations spatiales, Chine comprise, elles concernent autant les microbes extraterrestres venant sur Terre, que d’éventuels organismes terriens faisant le voyage vers un autre astre, susceptible d’être contaminé par nous. Le hic, c’est que l’organisation est non- gouvernementale et n’a « ni les armes ni les balles pour faire appliquer ces choses », selon son ancien président Roger Bonnet, (Astrobiology Magazine, printemps 2007). Les agences spatiales demeurent donc elles-mêmes responsables de la mise en œuvre des règles de protection, et force est de constater que toutes ne sont pas transparentes sur leurs procédures de protection. En espérant que les leçons du Covid-19 auront été retenues d’ici 2030 pour qu’une pandémie martienne ne nous terrasse pas...

Photo : Centre d’études sur les extra-terrestres fondé par deux villageois du Hunan affirmant en avoir aperçu © Capture d’écran

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter de Chine-info !

Commentaires

Rentrez votre adresse e-mail pour laisser un commentaire.