Suivez-nous | français

Sonia Bressler

[Sonia Bressler] Le sens de l’avenir

Sonia Bressler 2017-11-06 03:20:31

Crédit photos: CNS

L’actualité a changé de camp, les journaux du monde entier ont tourné leurs caméras hors de Chine. Le 19ème congrès du Parti Communiste Chinois a fermé ses portes. Tous ont évoqué la réélection de Xi Jinping à la tête du pays (le 25 octobre dernier), mais qu’ont-ils souligné d’autre ? Son entrée dans le « Panthéon du communisme1 » ?

Quand on travaille sur le langage, les mots sont comme des obsessions. Depuis

ma dissertation en terminale sur « qu’est-ce que dire ? » je n’ai jamais lâché ce sujet... Cela fait maintenant plus de vingt-ans que j’interroge les mots et leur percussion par la technologie. Écrire une chronique sur ce 19ème Congrès, c’est le regarder sous cet angle (celui du langage). Derrière la guerre médiatique des mots, il y a l’avenir commun de notre humanité qui se joue. Et à ce niveau, je ne plaisante plus. Les mots ont un sens, leur faire dire autre chose signifie qu’une orientation est donnée. À quelles fins ? Faire de la Chine un ennemi ? Cela a-t-il encore un sens ? Réveillez-vous…

Et si on arrêtait de détourner le sens de mots ?

Que signifie donc cette expression de « entrer de son vivant au Panthéon du communisme » ? Si nous reprenons juste les mots « Panthéon » et « communisme » nous allons découvrir un détournement manifeste de sens.

Panthéon, étymologiquement provient du grec, il est composé de deux mots : πᾶν qui signifie « tout » et θεός qui signifie « dieu ». Le Panthéon est donc logiquement le lieu de tous les dieux. Par extension, le Panthéon désigne le lieu où sont enterrés tous les individus2 illustres. Quand au mot « communisme » il provient du latin et signifie « commun », « universel ». Il recouvre un ensemble de doctrines politiques issues du socialisme et du marxisme opposées au capitalisme.

Pourquoi ces détours par l’étymologie, me direz-vous ? Et bien c’est assez simple, juste pour démontrer le brouillage médiatique du sens des mots. Faire entrer, de son vivant, une personne dans un lieu pour défunts qui prône l’universel n’a aucun sens… si ce n’est celui d’attirer l’attention du lecteur, de l’internaute, sur une seule chose : l’aspect négatif de cette actualité. En une phrase, le président de la première économie mondiale (paradoxe dans le monde capitaliste) et le communisme entrent dans un Panthéon. C’est donc bien qu’ils doivent être morts….

Le langage est une chose fascinante. Peu à peu, en occident, nous avons perdu le sens des mots, leurs liens avec l’histoire, il reste uniquement leurs liens au sensationnel, à l’effet provoqué, à l’attention détournée…

Il ne s’agit pas là d’une phrase prise au hasard dans la presse française. Il y a eu une déferlante d’expressions qu’il convient de souligner et de questionner. Nous pouvons noter : « grand-messe3 » , « marxisme à la sauce chinoise4 », « régime5 », « un bon gros penda6 », « aucun espoir de libéralisation7 », « les délégués écoutaient religieusement8 »… N’est-ce pas là un racisme déguisé ?

Si nous continuons, nous devons interroger le mot « timonier ». Nous dirons que les premiers à avoir employé ce mot, c’est le journal Le Monde pour qualifier Xi Jinping lors de son discours à Davos en janvier 20179. Depuis, l’expression a été reprise par Le Figaro : « Xi Jinping, timonier d’une Chine fragilisée par sa dette »10, puis par Libération11 puis par Le Nouvel Obs qui cependant pense à mettre des guillemets à l’expression « Grand Timonier »12.

Savez-vous ce que signifie le mot timonier ? Ce mot se joue de nos habitudes mentales, de nos ancrages historiques. « Le Grand Timonier » est relié, dans nos imaginaires comme nos inconscients, à Mao Zedong (毛泽东). Nous imaginons immédiatement un homme fort, un homme dur, qui dirige de main de fer son pays dans une direction unique.

Mais revenons au mot « timonier », il désigne « le matelot qui manoeuvre le timon ». Ce marin, comme le souligne le Centre National des Ressources Textuelles et Lexicales13, était placé sous les ordres d’un pilote. Depuis la modernisation de la marine, le timonier désigne le « marin spécialisé qui s’occupe de la direction d’un navire, de la surveillance de la route, de la veille, des signaux et de la transmission des ordres ». Nous pourrions en effet faire référence à la capacité de Xi Jinping (习近平) de manoeuvrer la Chine, de la piloter pour trouver l’équilibre en mettant en place le projet OBOR « One Belt - One Road ». Son horizon premier est 2020 puis 2050 pour

faire de la Chine un pays où le « socialisme chinois » permettra à tous les citoyens de vivre convenablement. C’est ce qu’il exprime par cette phrase dans son discours d’ouverture « Nous unirons le peuple chinois de tous les groupes ethniques et le mènerons à une victoire décisive dans la construction d'une société modérément prospère sous tous les aspects et dans les efforts visant à assurer le succès du socialisme à la chinoise pour une nouvelle ère ». En ce sens, parce qu’il donne un cap, il est un timonier.

Cependant, laisser planer la comparaison avec Mao indique une volonté de brouiller ce message, en laissant entendre un pouvoir qui dure. C’est encore induire le lecteur en erreur. Il serait intéressant de se souvenir que Xi Jinping a été élu en 2013, pour un mandat de cinq ans14. Il vient d’être réélu pour cinq ans, soit jusqu’en 2022. Pour mémoire, Mao a dirigé le parti communiste pendant trente-trois ans.

Ici vous pouvez me rétorquer que la comparaison est basée sur le fait que Xi Jinping est le seul président (après Mao) à voir de son vivant sa pensée entrer dans la charte du Parti. Mardi 24 octobre, c’est donc « la pensée de Xi Jinping, du socialisme aux caractéristiques chinoises pour une nouvelle ère » qui a fait son entrée dans la charte du Parti communiste chinois (PCC). Qu’est-ce que cela signifie ? Qui a pris le temps de se poser cette question en suspendant toute forme de jugement ?

Une pensée pour orienter

Au début de son premier mandat, Xi Jinping lançait « Amis de la presse, la Chine doit en savoir plus sur le monde, tout comme le monde doit en savoir plus sur la Chine. J’espère que vous continuerez vos efforts pour contribuer à l’approfondissement de la compréhension mutuelle entre la Chine et les pays du monde ». J’aimerais que l’on me cite les journalistes qui prennent le temps de comprendre la Chine, sans a priori.

Pour la comprendre, il faut déconstruire sa pensée, prendre le temps d’en découvrir le flux, les particularités régionales (politique, économique, gustative, humaine, législative, etc.). C’est s’interroger sur comment diriger un pays qui compte plus d’un milliard de personnes, cinquante-six ethnies, différentes religions, cultures, dont les dimensions donnent le vertige. Pour que cela fonctionne, on comprend mieux la nécessité d’un gouvernement central duquel partent les orientations. Ces dernières sont inspirées par toutes les particularités interrogées et questionnées localement.

On comprend mieux dès lors qu’il faille « s’assurer du rôle dirigeant du parti dans tous les domaines et tous les recoins du pays ». Cependant, comme le souligne Xi Jinping « l'aspiration du peuple à une vie meilleure doit rester au centre de nos efforts ». Il poursuit : « cette société doit profiter à chacun d'entre nous ; dans la voie vers la prospérité commune, personne ne doit être laissé en arrière ». C’est cela le socialisme chinois de la nouvelle ère.

Évidemment, en tant qu’occidentaux, nous entendons des mots, nous ne visualisons pas les efforts entrepris pour relier les régions entre elles pour les décloisonner et permettre à tous les citoyens d’accéder à l’éducation, à des soins, etc..

Sa pensée « est la dernière réalisation dans l'adaptation du marxisme au contexte chinois, une cristallisation de l'expérience pratique et de la sagesse collective du Parti et du peuple ». Là nous retrouvons le lien avec la pensée de Mao Zedong pour lequel « le fondement de la théorie c’est la pratique ». En citant cette phrase, je souris et viens contredire les journalistes qui ont affirmé que nous ne nous souvenons d’aucune maxime de Mao.

J’ai indiqué en inter-titre « une pensée pour orienter ». N’est-ce pas là le rôle de toute pensée (politique) ? Ordonner la cité, protéger ses citoyens ? Finalement, que se passe-t-il quand nous parlons de la Chine ?

Nos modèles se bouleversent. Qu’en est-il donc de tout ce que nous avons appris sur le communisme et ses échecs ? Nos souvenirs, nos habitudes de pensée ne se trouvent-ils pas confrontées à une réalité bien différente ? Nous sommes face à un

modèle qui avance avec un objectif collectif, bien loin de nos habitudes individualistes (perdues dans l’instatanéité répétée). Une pensée qui oriente, c’est une pensée qui affirme le sens, qui dessine un horizon stable et équilibré pour les futures générations.

Sonia Bressler

1 Je fais ici référence au titre de l’article de Challenge établi à partir d’une dépêche de l’AFP en date du 24 octobre 2017- consultable en ligne ici https://www.challenges.fr/monde/en-chine-xi-jinping-eleve-au-pantheoncommuniste_508410

2 Je dis ici « individu » mais je devrais dire « homme » car évidemment et notamment en France, notre histoire ne connaît que des hommes illustres… « Aux grands hommes la patrie reconnaissante » pouvons-nous lire sur le fronton de notre Panthéon parisien. Sur « 76 grands hommes » seules 4 sont des femmes : Sophie Berthelot, Marie Curie, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Germaine Tillion.

3 Voir notamment l’article du Point du 20 octobre 2017 - première phrase : « Comme tous les cinq ans, la grand-messe du Parti communiste chinois (PCC) bat son plein, à grand renfort de propagande. », accessible ici http://www.lepoint.fr/monde/chine-ton-rouge-nationalisme-palirait-il-20-10-2017-2166024_24.php

4 En référence à l’article de Libération du 24 octobre 2017 dont le titre est « Xi, nouveau prophète du marxisme à la sauce chinoise » - accessible à l’adresse suivante : http://www.liberation.fr/planete/2017/10/24/xinouveau-prophete-du-marxisme-a-la-sauce-chinoise_1605323

5 Ce mot revient sans cesse. Notons que lorsqu’un gouvernement n’est ni occidental, ni libéral, il s’agit d’un régime. La phrase du Point du 30 octobre « Des milliardaires adulateurs du marxisme, des cellules du Parti communiste dans les firmes étrangères, et des entreprises d'Etat étroitement soumises à l'idéologie : en Chine, le régime de Xi Jinping renforce son emprise tous azimuts sur le monde des affaires ». Article accessible ici :

http://www.le point.fr/monde/chine-retour-en-force-du-parti-communiste-dans-les-entreprises-30-10-2017-2168504_24.php

6 Expression employée par Yves Calvi dans l’émission « L'info du vrai » sur Canal+ du 25 octobre 2017. Accessible ici http://www.canalplus.fr/emissions/pid8896-l-info-du-vrai.html?vid=1467058

7 Notamment dans la Dépêche promettant "une nouvelle ère" du socialisme à la chinoise, dont il a brossé le tableau jusqu'en 2050, le président chinois n'a laissé aucun espoir de libéralisation du régime » - Article accessible à l’adresse suivante http://www.ladepeche.fr/article/2017/10/18/2667828-xi-jinping-defendautorite-parti-promet-nouvelle-ere-chine.html

8 Référence que l’on trouve notamment dans la Voix du Nord avec cette phrase « Presque tous en costume sombre et cravate rouge, les délégués du «plus grand parti du monde» (89 millions de membres) écoutaient religieusement le discours de M. Xi dans le cadre ultra-sécurisé du Palais du peuple à Pékin, » - article accessible selon le lien suivant : http://www.lavoixdunord.fr/248094/article/2017-10-18/xi-jinping-l-homme-le-pluspuissant-d-asie-en-marche-vers-un-nouveau-mandat

9 L’article est daté du 18 janvier 2017 et s’intitule « À Davos, Xi Jinping grand timonier du libre-échange » - il est accessible à l’adresse suivante : http://www.lemonde.fr/economie-mondiale/article/2017/01/18/ardentdefenseur-du-libre-echange-le-chinois-xi-jinping-a-la-conquete-de-davos_5064405_1656941.html

10 Article daté du 16 octobre 2017 et accessible à l’adresse suivante : http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2017/10/16/20002-20171016ARTFIG00309-chine-xi-jinping-timonier-d-une-chine-fragilisee-par-sa-dette.php

11 « Xi Jinping Le nouveau timonier » article de Libération du 18 octobre 2017 - accessible : http://www.liberation.fr/planete/2017/10/18/xi-jinping-le-nouveau-timonier_1604122

12 « L'irrésistible ascension de Xi Jinping, "Grand Timonier" du siècle chinois » de Pierre Haski en date du 18 octobre 2017 - accessible en ligne à l’adresse suivante : http://tempsreel.nouvelobs.com/chroniques/20171010.OBS5803/l-irresistible-ascension-de-xi-jinping-grand-timonier-du-siecle-chinois.html

13 http://www.cnrtl.fr/definition/timonier

14 Rappelons qu’avant l’élection de Xi Jinping, Hu Jintao a également accompli deux mandats de président de 2003 à 2013. Et avant lui Jiang Zemin a été président de 1993 à 2003…

chine-info.com

J’aime

Suivez nous sur Facebook chine-info.com

Suivez nous sur Twitter

@chine-info.com

suivre @chine-info.com

chine-info.com

Suivez-nous sur Instagram : chineinfophotos