Suivez-nous | français

Dorian Malovic

[Dorian Malovic] La nouvelle « Route de la soie » va bouleverser le monde

Dorian Malovic 2016-02-18 13:53:15

La mythique « Route de la soie » qui renvoie dans l’imaginaire à ces longues caravanes de marchands à dos de dromadaires qui reliaient l’Extrême-Orient et l’Occident en traversant l’Asie centrale, est en train de renaître. Il y a plus de 1000 ans l’empire chinois rayonnait et faisait fantasmer l’Occident. En ce début de XXIe siècle le nouveau président chinois Xi Jinping, aux commandes depuis 2013, a voulu se mettre dans les pas de cette grandiose histoire en lançant à l’automne de la même année la nouvelle « ceinture économique de la Route de la soie ». Dans son « rêve du grand renouveau de la nation chinoise » qui veut assurer « prospérité et force » à son pays, Xi Jinping a choisi cette référence historique légendaire en y ajoutant la « Route de la soie maritime du XXIe siècle » en 2014 afin de concrétiser sa vision d’une nouvelle ère reliant trois immenses continents, l’Asie, l’Europe et l’Afrique.

En regardant attentivement une carte géographique du projet transcontinental chinois, on y voit un immense réseau d’infrastructures de transports, pipelines, autoroutes, lignes de chemin de fer, aéroports, ports… partant de plusieurs provinces chinoises et orienté vers l’Asie centrale, l’Asie du sud, le Proche et Moyen-Orient pour arriver en Europe occidentale en passant par les Balkans et le Caucase. Des fonds ont été mis à disposition afin de concrétiser ces projets colossaux qui vont, selon les termes de la chercheuse à l’Institut français des relations internationales (IFRI) Nadège Rolland, « relier trois continents par terre et par mer. Si cette vision se réalise, toutes les routes conduiront littéralement à Pékin ».

Dans un préambule sur la feuille de route publiée en 2015 par la Commission nationale pour le développement et la réforme, le ministère des Affaires étrangères et le ministère du Commerce, on peut lire que cette initiative « permettra à la Chine d’élargir et d’approfondir son ouverture et de renforcer sa coopération mutuellement bénéfique avec les pays d’Asie, d’Europe, d’Afrique et le reste du monde ». Le message est clair : Pékin, centre d’un nouveau monde encore plus grand qu’il y a dix siècles, centre d’un univers géographique qui reprend ses droits et sa force d’antan. Ainsi au-delà de la dimension purement économique de ce « rêve » grandiose se joue une nouvelle histoire stratégique chinoise qui se veut leader continental en affaiblissant l’influence américaine régionale.

À terme, la stratégie de Pékin consiste à intégrer un marché de près de trois milliards de personnes dans un vaste ensemble dont la Chine serait la locomotive. Elle entend aussi contrebalancer l’influence américaine qui depuis l’élection de Barack Obama a rééquilibré ses forces en Asie. La crainte de l’endiguement américain inquiète les stratèges chinois et explique l’orientation économique vers l’Eurasie plutôt que vers un Pacifique dominé par les Etats-Unis. « En voulant faire revivre l’ancienne gloire de la route maritime de la soie au XXIe  siècle, nous allons vivre une nouvelle étape historique de notre histoire », lançait fin 2014 à Dongguan le gouverneur de la province chinoise du Guangdong, Zhu Xiaodan. Voilà pour la route maritime.

Quant à l’engagement chinois en Asie centrale il s’explique clairement dans la perspective d’un futur marché commun de l’Asie centrale avec la Chine comme acteur principal d’autant que l’influence de la Russie n’a cessé de chuter depuis l’indépendance de ces Etats il y a près d’un demi-siècle à la chute de l’empire soviétique. Fort de ses imposants investissements Pékin n’en reste pas moins prudent dans son influence politique et cherche plutôt à rester discret afin de ne pas devenir la cible de groupes islamistes extrémistes. Reste que le pari chinois de devenir une grande puissance au cœur de l’Asie centrale, « la région pivot de la politique mondiale », prime sur bien d’autres enjeux. La Chine sait très bien qu’en s’impliquant dans ces vastes territoires elle accroîtra encore son influence mondiale, après l’Afrique, l’Amérique du Sud, l’Asie et l’Europe.


Article également publié en version papier dans notre numéro Spécial Nouvel An chinois 2016, maintenant disponible en ligne ici.


chine-info.com

J’aime

Suivez nous sur Facebook chine-info.com

Suivez nous sur Twitter

@chine-info.com

suivre @chine-info.com