Suivez-nous | français

Dorian Malovic

[Dorian Malovic] Le nouveau sacre de Xi Jinping

Dorian Malovic 2017-10-26 03:33:37

Crédit photo: CNS

A 64 ans, Xi Jinping a été réélu mercredi 25 octobre pour un nouveau mandat de cinq ans à la tête du Parti communiste chinois. Conformément à la tradition, Xi Jinping, costume sombre et cravate rouge, est apparu souriant devant la presse, entouré de ses six nouveaux collègues du Comité permanent du Bureau politique. Les « sept immortels » qui détiennent la réalité du pouvoir en Chine se sont présentés aux médias chinois et internationaux, tous sexagénaires et expérimentés. « Je prends (ma réélection) non seulement comme une approbation envers mon travail, mais aussi comme un encouragement qui me poussera à aller de l’avant » a-t-il promis lors d’une allocution retransmise en direct à la télévision. La Chine a un chef, un leader, un dirigeant qui a promis d’amener le pays vers la richesse et la puissance d’ici à 2050.

La veille, lors de la clôture du 19è Congrès du Parti communiste, la « pensée Xi Jinping du socialisme à la chinoise de la nouvelle ère» a été intégrée dans la charte du Parti communiste chinois (PCC). Aucun dirigeant depuis Mao (1893-1976) n’avait vu son apport théorique à l’idéologie ainsi célébré alors qu’il était encore en fonction. La « théorie Deng Xiaoping » du nom de l’artisan des réformes et de l’ouverture de la Chine à la fin des années 1970 qui ont fait de la Chine la deuxième économie mondiale, est entrée dans la charte après sa mort en 1997. Les deux prédécesseurs de Xi Jinping, Jiang Zemin et Hu Jintao, avaient vu leur contribution inscrite après leur départ à la retraite. Et sans que leur nom y figure en toutes lettres.

Pour Xi Jinping, le principe directeur de sa réflexion est de mener à bien la « grande renaissance de la nation », la réaffirmation de la Chine en puissance prospère et respectée dans le monde, après plus d’un siècle et demi de déclin et d’humiliations. Alors que Deng Xiaoping avait misé sur un développement économique dans l’ombre et la discrétion en attendant son heure, aujourd’hui, quatre décennies plus tard, Xi Jinping hérite d’une tout autre Chine que celle dont Deng avait héritée. Mais Xi Jinping est lucide : si la Chine est « entrée dans une nouvelle ère », elle est également marquée par plusieurs « contradictions » qu’il appelle à résoudre : « les déséquilibres de développement », les inégalités sociales et il faut également répondre aux « besoins croissants » de la population pour une meilleure qualité de vie.

Son grand objectif pour les années à venir consiste à rééquilibrer le modèle économique basé depuis des décennies sur l’exportation en misant aujourd’hui sur l’innovation, la haute technologie, l’intelligence artificielle. Ainsi pourra être amélioré la protection sociale encore très inégalitaire, l’Etat de droit « socialiste » ou encore assurer la « coexistence harmonieuse entre l’homme et la nature ». Entendez l’environnement et la lutte contre le changement climatique dont la Chine se veut une fervente porte-parole dans le monde. A cela il faut ajouter les « nouvelles routes de la Soie », gigantesque projet terrestre et maritime qui veut connecter la Chine au reste du monde continental (Afrique, Europe). L’objectif est, d’ici à 2050, de transformer la Chine en « grand Etat socialiste moderne », doté d’une armée « de premier rang mondial », mais « tout doit être placé sous la direction du PCC » selon Xi Jinping : gouvernement, armée et société civile.

Enfin, la nouvelle équipe du Comité permanent du Bureau politique du Parti a été dévoilé mercredi 25 octobre. Outre le Premier ministre Li Keqiang, Xi Jinping est le seul membre du précédent comité permanent à se maintenir dans la nouvelle instance. Les cinq nouveaux venus sont Li Zhanshu, un proche conseiller de M. Xi, le vice-Premier ministre Wang Yang, le théoricien du Parti Wang Huning, le nouveau chef de la lutte anti-corruption Zhao Leji, et le patron du PCC à Shanghai, Han Zheng. Xi Jinping devrait être formellement réélu à la tête de l'Etat en mars prochain lors de la session annuelle du parlement, de même que Li Keqiang, qui devrait rester chef du gouvernement.

Dorian Malovic

chine-info.com

J’aime

Suivez nous sur Facebook chine-info.com

Suivez nous sur Twitter

@chine-info.com

suivre @chine-info.com

chine-info.com

Suivez-nous sur Instagram : chineinfophotos