Suivez-nous | français

Dorian Malovic

[Dorian Malovic] Des réformes, encore des réformes pour Xi Jinping

Dorian Malovic 2018-01-03 07:28:48

Crédit photo: CNS

Le président chinois n’a eu besoin que de dix minutes (sept de moins que le président français Emmanuel Macron élu en mai 2017 alors que Xi Jinping vient de terminer son premier mandat de cinq ans) pour présenter ses vœux au peuple chinois et au monde. Mais la brièveté du message est inversement proportionnel à sa substance : bilan très dense, lucidité claire et objectifs de réformes ambitieuses pour les… décennies à venir. En Chine, contrairement à nos pays occidentaux où les promesses sont faites pour des projets à court terme, on voit loin, très loin, imprégnée d’une singulière notion du temps à la mesure de la très très longue histoire de l’empire.

A l’écran, le président chinois a fait un bilan de l’année passée dans le domaine des sciences, de la défense et de la diplomatie, avant de s’engager sur les décennies à venir. La Région administrative spéciale de Hong Kong (RAS) a été mentionnée lorsqu’il s’est félicité de son voyage sur place en juillet dernier pour les 20 ans de la rétrocession de l’ancienne colonie britannique à la mère-patrie. Avec le soutien du continent chinois, Hong Kong continuera à maintenir sa stabilité et sa prospérité sur le long terme. Ainsi, les engagements du président chinois interviennent quelques mois à peine après l’introduction de sa théorie de gouvernance dans la charte du Parti communiste chinois au cours du 19ème Congrès du Parti en novembre dernier, consolidant les pouvoirs du président.

Ainsi, après son premier mandat de cinq ans durant lequel il s’est solidement installé à la barre du navire chinois, le président chinois va-t-il se lancer dans une nouvelle vague de réformes très attendues, urgentes, incontournables, ouvrant ainsi une « nouvelle ère » pour la Chine sous sa direction. « Nous allons saisir l’occasion des 40 ans du lancement des réformes et de l’ouverture en 2018 afin de lancer et d’approfondir de nouvelles réformes ». Xi Jinping faisait clairement référence à son illustre prédécesseur Deng Xiaoping qui, deux ans après la mort de Mao, a lancé le plus ambitieux programme d’ouverture de la République populaire de Chine.

En 40 ans, la Chine a atteint un niveau de développement inégalé pour devenir la seconde puissance économique du monde. Les droits fondamentaux du peuple chinois dans son ensemble ont été satisfaits : nourriture, logement, vêtements, éducation. Pour autant, le gouvernement chinois est bien conscient de la réalité des inégalités sociales qu’ont engendrées les réformes et l’ouverture. Promettant de continuer à progresser vers « le rêve chinois » et d'améliorer le niveau de vie, notamment pour les plus pauvres, Xi Jinping, cité par l'agence Chine nouvelle, a fait la « promesse solennelle » de sortir tous ses compatriotes de la pauvreté d'ici 2020. Et 2020 c’est demain. Ce serait la première fois, dans l'histoire millénaire de la Chine, qu'il n'y aurait plus d'extrême pauvreté dans le pays, a-t-il souligné dans ce discours prononcé alors que la Chine entrait dans 2018.

Reconnaissant que son gouvernement n'avait peut-être pas suffisamment oeuvré en ce sens, il a promis que celui-ci allait intensifier son travail pour « assurer le bien-être de la population ».

La Chine n’a jamais été aussi riche mais les défis demeurent importants pour préserver cette richesse et surtout mieux la partager. Dans ce sens, Xi Jinping a fait appel à tous : « Le peuple a beaucoup gagné dans le passé », a-t-il constaté mais « notre qualité de mode de vie n’a pas été uniforme et dans certains endroits insuffisante (…) les comité du Parti, du gouvernement et des cadres à tous les niveaux doivent avoir la sécurité du peuple à l’esprit ». Les défis sont immenses et le président sait qu’il va devoir aller encore plus loin dans les réformes pour atteindre ses objectifs de bien-être pour tous.

La place prépondérante de la Chine sur la scène internationale devrait lui permettre de faciliter le lancement et l’application de ses réformes car dans un contexte mondialisé, tout se tient. C’est pourquoi l’engagement du président chinois au soir de ce premier jour de l’année internationale (le Nouvel an chinois interviendra cette année mi-février et fera entrer le monde chinois dans l’année du Chien) de tenir son rang pour défendre l’autorité des Nations unies, assurer son engagement et ses promesses pour lutter contre le changement climatique et poursuivre son projet « One Belt and Road initiative » (Une Route, une ceinture) s’inscrit dans cette logique de préserver un ordre international stable. Un ordre de plus en plus instable face à un président américain illisible qui déboussole la planète face à des défis militaires de plus en plus inquiétants. Dans cette tourmente, le président chinois doit rester solide, stable et ferme.

Dorian Malovic

chine-info.com

J’aime

Suivez nous sur Facebook chine-info.com

Suivez nous sur Twitter

@chine-info.com

suivre @chine-info.com

chine-info.com

Suivez-nous sur Instagram : chineinfophotos