Suivez-nous | français

Dorian Malovic

[Dorian Malovic] Les Chinois pourront avoir autant d’enfants qu’ils le désirent

Dorian Malovic 2018-05-24 10:04:15

Crédit photos: CNS

L’annonce sera historique. Le gouvernement chinois serait sur le point d’annoncer dans quelques mois la levée totale de toutes les limitations sur le contrôle des naissances en Chine. Le Conseil d’Etat a engagé depuis des mois des enquêtes et des recherches sur les conséquences que pourrait avoir la fin de tout contrôle des naissances en Chine, un système lancé en 1979 et qui pourrait totalement prendre fin dans quelques mois. Espérant qu’il ne soit pas trop tard.

Selon certaines sources officielles chinoises citées par l’agence de presse Bloomberg, le gouvernement chinois veut absolument mettre fin au processus de vieillissement de la population chinoise qui va peser de plus en plus sur le budget national. Ainsi, selon ces mêmes sources, la Chine pourrait passer d’une politique de contrôle des naissances (de plus en plus souple) à une politique qualifiée de « fertilité indépendante », permettant aux couples chinois de décider librement du nombre d’enfants qu’ils désirent. L’annonce pourrait être rendue publique d’ici quelques mois alors que le processus de décision est déjà bien engagé.

Cette nouvelle politique de « fertilité indépendante » mettrait ainsi fin à une politique du contrôle des naissances lancée à la fin des années 1970 alors que la démographie chinoises explosait. En effet, depuis l’arrivée au pouvoir de Mao en 1949, une politique nataliste a été mise en place car Mao considérait qu’un grand pays puissant devait avoir une grande population. Avec l’amélioration de l’alimentation, de l’hygiène et de la médecine à l’époque, la population est passée de 500 millions en 1949 à près d’un milliard à la fin des années 1970, soit un doublement de l’ensemble de la population chinoise. Face à cette réalité démographique très lourde, le gouvernement a commencé à demander aux couples de se marier un peu plus tard et de n’avoir plus que deux enfants.

Mais la pression démographique était telle que Pékin lança en 1979 sa « politique de l’enfant unique », imposant ainsi aux couples de n’avoir qu’un seul enfant. Les démographes chinois de l’époque avait fixé une population stabilisée à 700 millions d’habitants comme étant un bon équilibre pour le pays et ses ressources. Appliquée de façon très stricte dans les grandes villes et surtout chez les fonctionnaires qui pouvaient perdre leur emploi en cas de non-respect de la loi, cette loi de « l’enfant unique » fut appliquée de façon hétérogène dans tout le pays. Les minorités ethniques n’étaient pas concernées par cette politique, les parents handicapés à la campagne qui avaient besoin de main d’œuvre non plus. Visant à réduire la population, cette politique a profondément bouleversé la société chinoise pour qui avoir des enfants était un signe de prospérité et de bonheur.

Le gouvernement chinois a souligné que cette politique avait permis d’éviter la naissance de 400 millions de bébés mais les chiffres sont là : la population chinoise frôle le 1,35 milliard d’habitants, le déséquilibre des sexes (106 garçons pour 100 filles) et une population âgée atteindra un quart de la population en 2030 (les plus de 60 ans). Le Conseil d’Etat a fait ces projections l’année dernière, soulignant que le nombre de personnes âgées avait augmenté de 13 % par rapport à 2010. Le défi démographique est un des enjeux majeurs de la Chine dans les années qui viennent.

L’assouplissement progressif de la politique de natalité ces dernières années visait déjà à faire croître le taux de natalité, impératif afin de rééquilibrer la pyramide des âges montrant de moins en moins de jeunes et donc un manque de main d’œuvre pour les milliers d’usines du pays. Trois ans après avoir autorisé tous les couples chinois à avoir deux enfants (2015), les résultats sont décevants pour les services démographiques chinois. Il n’y a pas eu de baby-boom en Chine. Les naissances ont chuté de 3,5 % l’année dernière selon le Bureau national des statistiques. « Il est un peu tard pour la Chine de lever toutes les barrières à la libre natalité cette année mais il n’est jamais trop tard » a déclaré Chen Jian, un ancien responsable de la Commission du Planning familial chinoise.

Ce professionnel de la démographie ajoute que « la baisse du taux de natalité et la baisse du nombre de bébés après la nouvelle loi de 2015 envoie un message très fort aux responsables que les jeunes ne veulent pas avoir plus d’enfants ». Une amie chinoise, professeur d’université dans la province du Sichuan m’a expliqué pourquoi les jeunes aujourd’hui ne veulent plus faire autant d’enfants que leurs ancêtres même si culturellement c’est important : « le coût de la vie ne cesse d’augmenter en ville, il faut d’abord trouver un bon travail, puis un bon mari qui lui a un bon métier et un très bon salaire, acheter un appartement bien placé près de bonnes écoles… déjà après avoir surmonté ces épreuves un jeune couple sera prêt à faire un enfant qui aura toutes ses chances dans la vie mais nos parents devront nous aider car en travaillant tous les deux nous ne pourrons pas le garder dans la journée ». Et d’ajouter, clairement : « mais alors faire deux enfants, ou même trois, relève du défi que beaucoup de jeunes ne sont pas prêts à relever ; trop dur, trop risqué, trop angoissant… »

Dorian Malovic

A lire aussi:

chine-info.com

J’aime

Suivez nous sur Facebook chine-info.com

Suivez nous sur Twitter

@chine-info.com

suivre @chine-info.com

chine-info.com

Suivez-nous sur Instagram : chineinfophotos