Suivez-nous | français

Emmanuel Lincot

[Emmanuel Lincot] Augmentation du budget militaire de la Chine « d'environ 7% » en 2017

Emmanuel Lincot 2017-03-06 16:38:45

La veille de l’ouverture par le Parlement de sa session annuelle, Fu Ying, porte-parole de l'Assemblée nationale populaire (ANP), a déclaré que le budget accordé à la Défense chinoise allait augmenter d’« environ 7 % » en 2017. Une hausse similaire avait déjà eu lieu en 2016. Cette décision intervient quelques jours après l'appel du président américain Donald Trump à augmenter massivement (près de 10 %) les dépenses militaires des États-Unis. En quinze ans, la Chine a multiplié par 10 son budget de la Défense. Le budget militaire de Pékin est scruté avec attention par ses voisins asiatiques, notamment en raison de l'affirmation de ses prétentions en mer de Chine méridionale. Interrogée sur la menace militaire que pourrait représenter la Chine, la porte-parole de l'ANP a rejeté toute critique. « Ces 10 dernières années ont eu lieu de nombreux conflits et de guerres dans le monde, qui ont entraîné d'innombrables morts et blessés [...] Lesquels ont été le fait de la Chine ? », s'est-elle interrogée. « La Chine n'a jamais nui à aucun pays ». Même si cette augmentation des budgets militaires est préoccupante, elle reste cependant loin derrière les dépenses militaires engagées par Washington. En effet, l'armée américaine bénéficie de 604,5 milliards de dollars (575 milliards d'euros), d'après l'Institut international pour les études stratégiques (IISS), basé à Londres. Si les dépenses militaires de Pékin pèsent toutefois toujours pour un petit quart des dépenses américaines, elles sont toutefois nettement plus importantes que celles de la Russie (3ème budget mondial avec 56 milliards d'euros), l'Arabie saoudite (54,1), le Royaume-Uni (49,9) ou encore la France (44,9), selon la même source. L'armée chinoise, dont les troupes ont été réduites de moitié depuis les années 80, reste la première du monde en termes d'effectifs (2 millions) - OTAN exclue.

Mme FU Ying,porte-parole de l'Assemblée nationale populaire (ANP)

« Nous appelons à un règlement pacifique des différends », a plaidé la porte-parole de l'ANP. « Parallèlement, nous devons avoir la capacité de défendre notre souveraineté (...) et nous prémunir contre les ingérences extérieures », a-t-elle souligné. Une allusion aux Etats-Unis, qui envoient régulièrement des navires de guerre en mer de Chine méridionale pour contrer Pékin. Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson a d'ailleurs agité, en janvier, la menace d'un blocus pour interdire à la Chine l'accès d'îles qu'elle contrôle. Les tensions dans la région ne cessent de s’accentuer à un point tel que la Chine est désormais imitée par d’autres pays d’Asie. L'Inde notamment, qui affiche le 6ème budget mondial, quoique équivalent à seulement un tiers de celui de son voisin et rival, le Japon (7ème). Rappelons que les dépenses militaires de cette région, qui concentre, il est vrai, les deux tiers de l'humanité, dépassent depuis 2012 celles de l'Europe. Elles augmentent de 5 - 6 % par an depuis lors. Si l'argent est le moteur de la guerre, « l'entraînement, la doctrine d'engagement, la coordination entre unités et surtout l'expérience » jouent un rôle essentiel, souligne l'IISS. Par exemple, si la Chine est sur le papier la deuxième puissance militaire de la planète, le dernier de ses soldats à avoir « vu le feu », en 1979, contre le Vietnam, est parti à la retraite depuis des années.

Le degré de performance de l’armée chinoise aujourd’hui demeure donc la grande inconnue. Toutefois, l'IISS estime que, grâce à l'émergence d'une recherche militaire domestique, les Chinois disposent dans certains domaines, notamment dans l'aviation, de capacités « presque à parité » avec celles des Occidentaux. La Chine a notamment mis au point un avion de combat, le J-20, un missile à courte portée, le PL10, et un missile air-air unique au monde par sa portée (300 kilomètres). L'IISS estime que « la domination occidentale dans les technologies militaires ne doit plus être tenue pour acquise » en raison de l'exportation par Pékin d'armes sophistiquées, qui pourraient donc « être utilisées par un grand nombre d'ennemis des armées occidentales ».

Quoi qu’il en soit, la militarisation tant de la Chine que de l’ensemble de la région n’augure rien de bon pour la paix.

Emmanuel Lincot

chine-info.com

J’aime

Suivez nous sur Facebook chine-info.com

Suivez nous sur Twitter

@chine-info.com

suivre @chine-info.com

chine-info.com

Suivez-nous sur Instagram : chineinfophotos