Suivez-nous | français

C'est la Chine

[Société] Les parents chinois cherchent gendre ou bru dans les jardins publics

Je veux commenter   2017-08-11 05:18:46    Source:Chine-info.com

Crédit photos: CNS

Aujourd'hui, dans de nombreux parcs et jardins publics de Pékin, on trouve des "coins" dédiés aux rendez-vous à l'aveugle. Mais ce ne sont pas les jeunes gens célibataires qui viennent faire des rencontres mais leurs parents, parfois même les grand-parents qui viennent présenter le CV de leur fils / petit-fils ou fille / petite-fille et qui par la même occasion viennent faire une sélection de potentiels "bons partis".

A la recherche du couple parfait

Dans ces espaces de rendez-vous, la majorité des candidats présentés affiche le profil suivant : de classe moyenne, diplômé au moins d'une licence, né après 1975 ou 1980, possède au moins un appartement à Pékin, originaire de la capitale ou ayant le hukou* de Pékin.

Ces conditions sont devenues depuis longtemps le minimum requis pour entrer sur le "marché", car de nouvelles exigences ont vu le jour comme par exemple "être diplômé d'une université connue", "de parents actifs et originaires de Pékin", "être membre du Parti communiste chinois" ou encore "issu d'une famille d'intellectuels"...

Les provinciaux marginalisés

"Notre fils a un appartement et de l'argent, c'est juste qu'il fait un centimètre de moins que la taille exigée par la famille de la jeune femme", explique Madame Li qui a jeté son dévolu sur une "pékinoise à la situation moyenne". "Mais comme mon fils a un hukou de province et qu'il n'est pas très grand, la maman trouve qu'il n'est pas assez bien pour sa fille".

C'est la troisième fois que Madame Li vient dans le coin des rendez-vous. Elle a du revoir ses exigences à la baisse car elle s'est rendue compte qu'ici, logement et voiture valent moins que la carte de résidence de Pékin.

Toutefois, aux yeux des vieux pékinois, il y a une différence de taille entre les pékinois "de souche" et ceux qui ont été "naturalisé" à Pékin. Mêmes si dans les deux cas, la carte de résidence pékinoise leur donne droit aux mêmes avantages, les "pékinois authentiques" considèrent les autres comme des provinciaux avec leurs différences culturelles leur accent, leurs habitudes de vie, leurs coutumes maritales et traditionnelles.

Le signe du "mouton" a mauvaise réputation

Parfois, il arrive qu'un candidat qui remplit toutes les exigences et ayant même la carte de résidence de Pékin soit recalé pour des raisons absurdes.

C'est ainsi que Peng Shunli, jeune femme de 26 ans, pékinoise, propriétaire d'un appartement dans la capitale et diplômée de Master, a essuyé de nombreux refus car elle est du signe du mouton. "Dès que les parents voient que je suis née en 1991 et que je suis mouton, ils rebroussent chemin", explique-t-elle.

En effet, dans le coin des rendez-vous, les onze autres signes astrologiques sont tous mieux que le mouton ! De nombreux chinois d'un certain âge se fient encore à la croyance populaire qui dit que les personnes nées dans l'année du mouton ont un destin incomplet, et leur profil n'est donc même pas pris en considération.

*Hukou : système d'enregistrement des ménages appliqué en Chine ou plus communément considéré comme la carte de résidence d'une personne qui lui ouvre droit à des avantages sociaux dans la ville où elle est enregistrée. Il est particulièrement difficile d'obtenir le hukou des villes côtières chinoises et des grandes villes importantes notamment en raison d'un très grand nombre de sollicitations.

+plus Rendez-vous

chine-info.com

J’aime

Suivez nous sur Facebook chine-info.com

Suivez nous sur Twitter

@chine-info.com

suivre @chine-info.com

chine-info.com

Suivez-nous sur Instagram : chineinfophotos