Suivez-nous | français

C'est la Chine

[Paysage] La Chine lance sa première base de simulation de la planète rouge

Je veux commenter  Kavian Royai 2017-09-11 17:59:44    Source:Chine-info.com

Destinée à reproduire l’expérience d’une expédition sur Mars, la base comprendra un centre de recherche scientifique, doublé d’un parc d’attraction

À part quelques frêles acacias épars, aucun signe de vie. Du haut d’une colline, le paysage est sidérant : à perte de vue, et dans toutes les directions, se dressent de pourpres falaises, séparées de ravins et vallons qui se mêlent et s’estompent dans le sable balayé par le vent.

Il faut conduire plus de 200 km au nord de la ville Delingha, dans la préfecture autonome mongole et tibétaine de Haixi, province du Qinghai, pour apercevoir ce paysage martien. C’est là, dans le bassin du Qaidam, que le gouvernement chinois a décidé de placer sa première base de simulation de la planète Mars. S’étendant sur près de 95 000 km², elle recevra un centre de recherche scientifique destiné à l’entraînement de haut niveau des astronautes pour de futures missions martiennes. Elle accueillera également un parc d’attraction dédié au tourisme et à la vulgarisation scientifique. En tout, c’est près de 400 millions de yuans (51 millions d’euros) qui seront alloués au projet.

Liu Xiaoqun, directeur du Département d’exploration de la lune et de l’espace de l’Académie des Sciences chinoise, est très satisfait : « couleur, relief, désolation... le site fournira d’excellentes conditions pour simuler la vie sur Mars », rapporte l’agence Xinhua. Pour Liu Xiaoqun, le projet s’inscrit dans le contexte général mondial d’exploration de la planète rouge, et dans celui de la mission chinoise déjà prévue pour 2020. Pour la région, il s’agit de combiner développement économique et tourisme culturel, en un concept alliant à la fois science et écologie, loisir et fiction. Des constructions futuristes, modules et autres appareils martiens, mélangés à l’environnement désertique, donneront l’impression d’avoir atterri sur Mars.

Juché sur le plateau tibétain à près de 3 000 mètres d’altitude, encadré par les plus hautes montagnes du globe, le bassin du Qaidam (« marais salé » en tibétain), est une des régions les plus arides de Chine, mais aussi une des plus riches en ressource minérale. Sa surface est constituée de yardang, des crêtes rocheuses formées par l’érosion du vent, et de danxia, des falaises formées de conglomérat de sable et de roche rouge. Ce relief caractéristique, dessiné par les pluies et le vent froid qui y souffle la plupart de l’année, est très similaire au sol martien. La couleur rouge quant à elle, provient de la forte teneur en fer des sols.

Zhang Qingzhe, un guide spécialiste de l’outdoor (activités en plein air), ne compte déjà plus ses excursions dans le Qaidam. « La première fois que j’étais venu, ce paysage m’avait beaucoup marqué », confie-t-il à Xinhua. « Ici, c’est une étape importante sur la route de quiconque souhaite visiter le grand Ouest chinois. Désormais, en plus d’attirer certains amoureux de la nature, le lieu portera également un intérêt scientifique ».

Source : Xinhua

A lire aussi:

+plus Rendez-vous

chine-info.com

J’aime

Suivez nous sur Facebook chine-info.com

Suivez nous sur Twitter

@chine-info.com

suivre @chine-info.com

chine-info.com

Suivez-nous sur Instagram : chineinfophotos