Suivez-nous | français

C'est la Chine

[Culture] Les vignobles français changent de nom pour conquérir le marché chinois

Je veux commenter   2017-12-05 02:47:35    Source:Chine-info.com

Crédit photo: CNS

Le propriétaire chinois de quatre vignobles français de la région de Bordeaux a provoqué un vif émoi en donnant de nouveaux noms aux connotations chinoises à des "châteaux" historiques, a rapporté China Daily.

C'est ainsi que le Château Senilhac, qui fut l'un des plus grands producteurs de vin dans le Médoc appartenant à la famille Grassin depuis huit décennies, est devenu Château Antilope Tibétaine depuis sa vente à l'entrepreneur chinois Chi Tong en début d'année.

De même, les trois autres vignobles appartenant à Chi Tong ont eux aussi été renommés : le Château Larteau devient Château Lapin Impérial ; le Château La Tour Saint-Pierre (Saint-Emilion) devient Château Lapin d'Or et le Château Clos Bel-Air (Pomerol) devient ainsi Château Grande Antilope.

Stimulés par une soif grandissante de vin au sein d'une classe moyenne en pleine expansion en Chine, les investisseurs chinois ont acquis plus de 100 vignobles en France, majoritairement dans la région bordelaise.

Selon les chiffres des douanes, la Chine a importé plus de 98 millions de litres de vin français entre janvier et mars de cette année, c'est à dire 15,7% d'augmentation pour la même période par rapport à l'année précédente.

Et pour le Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux, la Chine est la première destination d'exportation pour le vin de Bordeaux depuis 2011. L'année dernière, la région a envoyé 74 millions de bouteilles de vin en Chine.

En fait, la propriété étrangère des vignobles français n'a rien de nouveau ; des centaines de domaines viticoles appartiennent à des investisseurs étrangers, en particulier venant du Royaume-Uni, de la Belgique et des Pays-Bas.

Toutefois, le renouveau de l'image de ces quatre vignobles a suscité certaines inquiétudes chez les habitants de la région. Jean-Marie Garde, président du syndicat des vignerons de Pomerol, explique, dans une interview donnée au quotidien régional français Sud-Ouest, redouter que l'image de la région ne soit abîmée "si tous les grands châteaux étaient transformés en lapin ou antilope."

La Rédaction

+plus Rendez-vous

chine-info.com

J’aime

Suivez nous sur Facebook chine-info.com

Suivez nous sur Twitter

@chine-info.com

suivre @chine-info.com

chine-info.com

Suivez-nous sur Instagram : chineinfophotos