Suivez-nous | français

C'est la Chine

[Histoire] Numérisation des manuscrits de Dunhuang au service des études tibétaines

Je veux commenter  An'an Ding 2018-10-08 07:59:06    Source:Nouvelles d'Europe

Le contenu de 1 000 des manuscrits anciens de Dunhuang en tibétain ancien, emportés en France et en Angleterre au début du XXème siècle, est de nouveau accessible depuis la Chine grâce à la numérisation de ceux-ci.

Source : CNS

Le 12 septembre dernier, après 5 ans d’efforts en faveur de la numérisation des manuscrits de Dunhuang en tibétain ancien, un des centres de recherche de l’Université du Nord-Ouest pour les Nationalités (Lanzhou) a indiqué que 1 000 manuscrits parmi ceux conservés en France et en Angleterre ont été numérisés. La numérisation de ces parchemins, tous choisis avec minutie pour leur apport scientifique, a permis la construction d’une base de données numérique consultable, rassemblant les manuscrits éparpillés de Dunhuang en langue tibétaine ancienne. Selon Zhaxi Dangzhi, professeur à l’université du Nord-Ouest pour les Nationalités (Lanzhou) et responsable du projet, l’Angleterre (British Library) garde 1 854 manuscrits provenant de la « grotte des manuscrits » de Dunhuang, alors que la France (Bibliothèque nationale de France) en conserve 3 358. A ce jour, seulement 20% des manuscrits retenus à l’étranger ont donc été numérisés. La collaboration entre les différentes bibliothèques nationales va se poursuivre. Ultimement, tous les manuscrits conservés à l’étranger seront numérisés et rassemblés à l’intérieur de cette banque de données.

La numérisation des manuscrits de Dunhuang détenus à l’étranger n’est pas la seule initiative chinoise en faveur de leur retour sur leur terre d’origine et de leur transmission. Depuis 13 ans déjà, ce même centre de recherche s’attèle à mettre sur pied une version publiable de ces manuscrits. En avril dernier, 31 des manuscrits conservés à l’étranger ont déjà été publiés en Chine.

Pour rappel, les manuscrits de Dunhuang, découverts en 1900, ont été dispersés aux quatre coins de la Terre au début du XXème siècle par diverses missions archéologiques. Ces reliques témoignent d’une époque révolue s’étalant du VIIIème siècle au XIème siècle. D’une grande diversité, ils apportent des connaissances précieuses sur le bouddhisme, le droit, le contractualisme, l’histoire, la médecine, l’éthique, les histoires folkloriques de l’époque, etc. Les archives en tibétain ancien sont les plus nombreuses numériquement après celles en mandarin. Certains parchemins sont des notes personnelles, alors que d’autres sont des transcriptions des grands classiques. Des traductions en tibétain ancien de célèbres œuvres ont aussi été découvertes tel que l’épopée indienne Ramayana écrite en sanskrit, ou encore le Stratagème des Royaumes combattants (Zhanguoce) écrit en mandarin.

De nouvelles idées sont continuellement mises en œuvre par Zhaxi Dangzhi et son équipe pour promouvoir l’étude de ces manuscrits, en commençant par la création de cette bibliothèque en ligne. Grâce à elle, la Chine espère rendre accessible aux cercles académiques des sources primaires et ainsi promouvoir les études tibétaines et celles sur la ville de Dunhuang, pivot jadis de la route de la soie. Les chercheurs jouissent d’une consultation en ligne facilitée de ces manuscrits grâce à une indexation précise et détaillée. Cependant, leur compréhension n’est pas encore chose aisée. Toujours selon le professeur Zhaxi Dangzhi, le déchiffrage de l’écriture cursive et des caractères tibétains anciens de formes souvent non standardisées compliquent la capacité des chercheurs à lire et dactylographier les écrits. A cela s’ajoute le désagrément d’un parchemin endommagé, auquel manque parfois le début ou la fin.

Pour autant, la compréhension et l’étude approfondie de ces manuscrits est la promesse d’une compréhension exhaustive et d’une vision détaillée de la société tibétaine ancienne, de l’histoire du bouddhisme et de ses échanges avec les cultures voisines telles que celle des Hans.

A lire aussi:

+plus Rendez-vous

chine-info.com

J’aime

Suivez nous sur Facebook chine-info.com

Suivez nous sur Twitter

@chine-info.com

suivre @chine-info.com

chine-info.com

Suivez-nous sur Instagram : chineinfophotos