Les chinois de France se sont organisés pour se rendre aux urnes

2017-04-24 19:04:46 Chine-info.com

Dimanche 23 avril :

Emmanuel Macron sort vainqueur du premier tour de l'élection présidentielle avec 23,8% des voix et devient le favori grâce à de nombreux ralliements.

Face à lui pour le second tour, Marine Le Pen a remporté 21,7% des voix et accède à la finale quinze ans après son père.

Retour sur la journée du premier tour de l'élection avec les chinois de France.

Selon les estimations Ipsos du dimanche soir, le taux de participation national au premier tour des élections est de 77,30% , soit un peu moins qu'en 2012.

Les français d'origine chinoise ont été enthousiastes pour se rendre aux urnes, surtout les électeurs issus de la seconde, voire de la troisième génération, qui étaient nombreux à s'y rendre avec leurs parents, pour faire valoir leur droit et leur devoir de citoyens français.

Buon Huong Tan, Conseiller de Paris délégué à l'attractivité économique et au tourisme à la Mairie du 13ème. Crédit photo : Huang Guanjie

Selon Mme Tian Ling, une assesseure au bureau de vote à Aubervilliers, cette année, l'élection présidentielle a provoqué un élan de la part des français d'origine chinoise, qui se sont organisés pour aller aux urnes "en groupe". Un phénomène nouveau qui dévoile la volonté de ces français de montrer leur force électorale. Ils se sont organisés pour aller voter ensemble à des heures précises : "Ce matin, un groupe de 30 chinois sont arrivés ensemble d'un coup", relate Mme Tian Ling, "un phénomène que l'on a jamais vu auparavant".

Tian Ling, au bureau de vote à Aubervilliers (93) . Crédit photo : Kong Fan (Nouvelles d'Europe)

Jacques Sun, soupçonné d'être un "espion chinois" par les médias français. Crédit photo : Huang Guanjie

Parmi ces "groupes" d'électeurs, la seconde génération de chinois ont montré une forte mobilisation. Selon M. Wang Xiaojie, Secrétaire général de l'Association franco-chinoise de la chaussure, lors des élections précédentes, c'est lui qui amenait les enfants pour aller voter ; cette année, ce sont ses enfants qui l'ont amené à se rendre aux urnes. "Le déclin de l'économie française de ces dernières années, les attentas terroristes, la détérioration de la sécurité publique, la rigidité des esprits et la fracture sociale sont les conséquences de l'idéalisme du gouvernement de gauche. Ce n'est qu'en soutenant le conservateur, le pragmatique et l'expérimenté François Fillon que la France pourra sortir de l'impasse". Et M. Wang se dit heureux de voir ses enfants partager son avis.

Wang Xiaojie. Crédit photo : Kong Fan

La veille du premier tour, M. Zhang Changbao, Président d'honneur de l'Association sino-française d'Entraide et d'Amitié, a commencé à envoyer des messages de mobilisation dans ses différents groupes de discussion sur WeChat, appelant activement ses connaissances, ses amis et sa famille à se déplacer aux urnes. Il invite les électeurs d'origine chinoise à ne pas gâcher leur "voix" en allant voter, mais laisse chacun de voter selon ses convictions. Un appel qui a été massivement relayé sur les réseaux sociaux au sein de la communauté chinoise. Le dimanche matin, M. Zhang et ses deux filles se sont rendus très tôt au bureau de vote : "Même si je ne peux pas voter, mes enfants peuvent relayer la voix des chinois de France".

Les filles de M. Zhang Changbao, Vanessa et Céline, au bureau de vote en Seine-Saint-Denis. Crédit photo : Huang Guanjie

M. Li Xu, français d'origine chinoise de seconde génération, en tant que membre de la famille d'un salarié du journal Nouvelles d'Europe, s'est rendu à son bureau de vote dans le Val-de-Marne avec des exemplaires du quotidien du même nom pour la consultation des électeurs sinophones. "Je veux aider les électeurs d'origine chinoise à choisir leur candidat en toute connaissance de cause. C'est pourquoi j'ai apporté des exemplaires du journal sur lesquels tous les programmes sont présentés. Nous voulons élire un président qui sera en faveur de la communauté chinoise".

Li Xu. Crédit photo : Kong Fan

Chez les chinois, la famille représente un "groupe" très puissant. Beaucoup d'électeurs d'origine chinoise se sont rendus aux urnes avec les membres de leur famille. M. Hu Guorong, premier vice-président de l'Associations des commerçants pour le développement des échanges Chine-France, s'est redu au bureau de vote avec sa fille et la procuration de sa femme. "Ma femme ne pouvait être là pour le premier tour et disait que ce n'était pas grave si elle ne votait pas. Je l'ai obligé à me faire une procuration et m'indiquer pour qui elle voudrait voter avant qu'elle prenne son avion pour la Chine, sinon je ne la laissait pas partir !", explique M. Hu qui considère que chaque voix est une force.

Hu Guorong. Crédit photo : Kong Fan

La fille de M. Hu Guorong Hu Xinyi. Crédit photo : Kong Fan

M. Zeng Yongge, Secrétaire général de l'Association des Commerçants de Fujian en France, explique en plaisantant qu'il est venu voter pour sa fille. Il vote Macron "parce qu'il est jeune, qu'il connaît l'économie et que l'économie est l'un des problèmes principaux de la France. L'autre raison pour laquelle je vote Macron est parce que ma fille est au lycée Henri IV [établissement où Emmanuel Macron avait également poursuivi des études, ndt] et je sais qu'elle aurait aimé avoir pour Président quelqu'un de son lycée".

Zeng Yongge. Crédit photo : Kong Fan

Mme Huang Xiujian, de seconde génération de chinois, s'est rendue aux urnes avec ses trois enfants. Travaillant dans le quartier des grossistes dans le 93, elle réalise l'importance de la sécurité et a ressenti la pression exercée sur l'économie due aux contraintes gouvernementales. "Je viens voter d'abord pour élire un président qui pourra améliorer la sécurité publique et la situation économique ; ensuite pour donner exemple à mes enfants pour qu'ils puissent comprendre l'importance de la participation politique dès leur plus jeune âge", explique-t-elle. Elle ajoute qu'un membre de sa famille fait partie des représentants officiels de l'équipe de soutien d' Emmanuel Macron, le candidat favori des membres de sa famille. Et elle aimerait également voir plus de chinois entrer en politique.

Huang Xiujian. Crédit photo : Kong Fan

Ju Liya, chargée de mission à l'Hôpital Saint-Louis, explique que c'est la première fois que sa fille participe au vote. Comme beaucoup de ses collègues, elle s'inquiète : si la gauche reste au pouvoir, le même système d'imposition lourd va persister.Elle espère que cette élection pourra changer la situation actuelle. Crédit photo : Kong Fan

Source : Nouvelles d'Europe

www.oushinet.com

Vous êtes membre ? Connectez-vous

Publicité
NEWSLETTERS

Veuillez saisir votre adresse e-mail pour recevoir notre newsletter!