Le tour de la Chine en trois thés - Dégustation de thés - Mairie du 13ème Paris

2017-10-09 18:58:16 Chine-info.com Shanshan Zhu

Dans le cadre de la Fête de la Lune, une séance de dégustation de thés chinois s'est tenue le mardi 3 octobre dernier à la Mairie du 13ème de Paris, animée par Wang LU, Docteur en Management interculturel, Chercheuse à l'Institut de recherche économique du Pacifique à l'Université Renmin de Chine et Maître de thé à l'Institut Confucius de Montpellier.

La séance de dégustation débute par une présentation du 30ème parallèle nord. En effet, c'est une latitude mystique qui traverse quatre pays ayant une civilisation ancienne. C'est aussi à cette latitude que se trouvent le triangle des Bermudes, les pyramides d’Égypte, l'Atlantide ou encore le Mont Everest... Quelques fleuves les plus connues dans le monde se situent sur cette latitude : le Nil, l'Euphrate, le Yangtze ou encore le Mississippi.

Une grande partie de la Chine se trouve sur ce 30ème parallèle nord et l'on remarque que de nombreux thés sont produits dans cette zone tels que le Longjing, Biluochun, Tieguanying...

Pendant que les invités dégustent un premier thé, Pu'er à l'orange, afin d'ouvrir les papilles, Wang Lu présente brièvement l'histoire du thé et sa place dans la culture chinoise.

On situe l'origine du thé à plus de 5 000 ans, à l'époque de Shennong, héros civilisateur de la mythologie chinoise, à qui l'on attribue la découverte du thé et de ses valeurs médicinales.

Mais selon des recherches botaniques récentes, on évalue l’origine des premiers plants de théiers entre 60 à 70 millions d’années dans le sud-ouest de la Chine. La province originelle du théier se trouve à Xishuangbanna (Yunnan) où se trouvent encore les théiers les plus anciens. D'après des documents historiques, les chinois ont commencé à consommer du thé il y a environ 3 000 ans, d'abord comme aliment et médicament puis petit à petit comme une boisson du quotidien.

Plus tard, la construction du grand canal entre le nord et le sud sous la dynastie Sui favorise un fort développement du thé sous la dynastie Tang. C’est dans cette période qu'apparaissent le caractère « Cha » (茶 thé) et les livres sur le thé. Dans le même temps, le marché du thé se développe vers l’étranger.

La croissance économique sous la dynastie Song suscite une formidable vitalité culturelle. Le thé devient un élément indissociable de la vie quotidienne des chinois. Du palais impérial jusqu’aux plus pauvres, toutes les classes sociales en consomment. Sous les Tang, la culture du thé est caractérisée par sa finesse ; sous les Song, elle s’est transformée en élégance et distinction. Une variété de modes de préparation du thé commencent à faire leur apparition.

Aujourd'hui, le thé est le breuvage le plus consommé après l’eau. Chaque année, 3,5 tonnes de thé sont consommées dans le monde par 3 billions de personnes dans 150 pays.

La séance de dégustation se poursuit avec 3 différents thés : Tieguanyin, Jin Jun Mei et Pu'er.

Le Tieguanyin (铁观音 = Déesse Guanyin en fer) est un thé chinois de type oolong cultivé dans la province du Fujian. Découvert entre 1723 et 1735, il fait partie de la famille des thés bleus et désigne à la fois un thé et le théier. De parfum délicat, qui rappelle celui du muguet, les meilleurs Tieguanyin restent très parfumés après sept infusions. Riche en acides aminés, vitamines, minéraux, polyphénol et alcaloïdes, Tieguanyin est apprécié pour ses valeurs nutritives et médicinales. C'est un puissant anti-oxydant et qui peut aider à la perte du poids.

Le Jin Jun Mei (金骏眉) est un thé récent, créé en 2005, qui fait partie de la famille de Lapsang Souchong (正山小种) mais sans la saveur "fumée", produit dans le Fujian. Le Jin Jun Mei est un thé délicat qui peut supporter 12 infusions. La couleur des feuilles est dorée, jaune et noir et la décoction est dorée avec des notes florales et fruitées. Le Jin Jun Mei aide à éliminer les toxines, favorise la circulation de sang, protège les intestins et l'estomac, a un effet anti-inflammatoire et élimine la fatigue.

Le Pu'er (普洱) est un thé post-fermenté. Son nom vient de la ville du Yunnan où il est produit. Appelée Simao entre 1950 et 2007, la ville a repris depuis son nom d'origine, Pu'er. Aujourd’hui, Pu’er désigne tous les thés provenant de Yunnan, une région qui fut pendant longtemps un important carrefour commercial sur l'ancienne Route du Thé et des Chevaux (茶马古道 reliant Yunnan au Tibet). Le thé Pu'er est fabriqué à partir de feuilles d'une variété de théier nommé « théier de l'Assam » ou « théier à grandes feuilles » poussant dans le Yunnan. On distinque deux types de thé Pu'er : le thé cru (le thé est chauffé à la vapeur puis compressé en briques ou en galettes) et le thé cuit (la fermentation est accélérée et les feuilles de thé sont présentées en vrac ou compressées).

Vous êtes membre ? Connectez-vous

Publicité
NEWSLETTERS

Veuillez saisir votre adresse e-mail pour recevoir notre newsletter!