Suivez-nous | français

Regard sur la Chine

[Dossier] Wang Pei, ou le Hunan sur Internet

Je veux commenter  CHEN JING 2016-07-18 07:55:46    Source:la Chine au présent


Fin 2015, sur la page d'accueil de z.jd.com, est apparu un projet participatif nommé « Usine agroalimentaire d'Axiong ». Lancé par un jeune membre du Parti communiste chinois, Wang Pei, le projet avait pour objectif de collecter 10 000 yuans en un mois pour promouvoir les spécialités de la province du Hunan.
 
Après un mois de collecte, le projet a enfin réuni 40 585 yuans, soit 406 % par rapport à la somme prévue. Le projet s'apparentait davantage à une activité publicitaire qu'à un projet participatif. Grâce à cette action, l'Usine agroalimentaire d'Axiong créée par Wang Pei est devenue plus connue sur Internet.
 
Le rêve de créer sa propre entreprise
 
En 2008, Wang Pei a été admis au département d'arabe de l'Université des langues étrangères de Beijing. Diplômé d'une licence en 2012, il a été accepté sur dossier à l'institut de journalisme de l'université Renmin pour des études approfondies. Il a toujours été un bon étudiant, un modèle aux yeux de ses professeurs et camarades. Après trois ans d'études de troisième cycle, il a intégré une entreprise publique malgré une concurrence très vive. Il y travaillait comme directeur du commerce international.
 
Lorsque tout le monde pensait que Wang Pei était engagé dans une bonne voie, il a cependant pris une décision étonnante : il a démissionné. Il a abandonné son salaire élevé et des conditions enviables, même un hukou (registre de l'état civil) de Beijing. Il est retourné dans sa ville natale, Changsha, capitale du Hunan, où il a créé une web-entreprise pour vendre les spécialités agroalimentaires de la province.
 
 
La décision de Wang Pei semble un peu paradoxale. Par rapport au travail dans une entreprise publique, exploiter sa propre entreprise n'est pas chose facile. Sa démission signifiait qu'il était disposé à ne rien épargner pour mener son projet à bien. Il s'est beaucoup inspiré de l'histoire de Zhang Tianyi, un jeune entrepreneur, écrivain et fondateur de Funiutang, une chaîne de fast-food. Ses restaurants vendent des nouilles de riz au bœuf, un plat typique du Hunan. En l'espace de six mois, Funiutang est devenu une grande marque de restauration sur Internet. En 2015, le premier ministre Li Keqiang s'est rendu au Zhongguancun de Beijing où il a écouté le compte rendu de Zhang Tianyi. Il a salué ce mode d'entrepreneuriat qui allie l'économie réelle et Internet. Il a encouragé le groupe à bien gérer la marque.
 
Le succès de Zhang Tianyi a servi de modèle à Wang Pei. En tant que membre du PCC, il voulait répondre à l'appel du Parti de « faire de l'entrepreneuriat et de l'innovation une tendance » pour assumer la responsabilité sociale. Il voulait servir d'exemple par ses actions à ses amis et camarades dans la création d'entreprises.
 
Il avait déjà pensé à l'entrepreneuriat pendant ses études, en créant une marque de cuisine saine en coopération avec des fermes bio. Celles-ci lui fournissaient des légumes, et la société de Wang Pei préparait des salades et les livrait aux étudiants qui commandaient en ligne. Le concept sain et le mode d'achat très pratique ont été très appréciés par les étudiants. Cette première expérience l'a poussé à compter sur ses propres forces.
 
Des premiers pas difficiles
 
Les parents de Wang Pei travaillent aussi dans le commerce, et étant partis de rien, ils ont soutenu sa décision.
 
Après sa démission, Wang Pei a d'abord intégré une entreprise Internet pour acquérir de l'expérience. Entre-temps, il a compris l'impact de l'Internet+ sur les différents secteurs traditionnels. Il a donc commencé à réfléchir à un nouvel espace dans le secteur traditionnel agroalimentaire en profitant du réseau.
 
Lorsqu'il a créé son entreprise, Wang Pei a expérimenté la joie du succès, mais aussi l'amertume de la réalité. Lorsqu'il travaillait dans une entreprise étatique, il fréquentait des lieux de luxe pour négocier des contrats avec des fonctionnaires étrangers. Lorsqu'il a lancé sa propre affaire, il a parfois dû faire du porte-à-porte pour vendre des paquets de poissons pimentés ou se démener entre les foires commerciales à la recherche de clients. Il a même monté un roll up pour faire sa promotion sur les campus des universités ou des lycées. Au début, il était plus qu'un patron : il était concepteur, secrétaire, comptable et vendeur, il s'occupait de tout.
 
Selon lui, lorsqu'on crée son entreprise, personne ne peut donner de conseils, on doit faire tout en comptant sur soi-même. Le plus important, c'est de comprendre que chacun a le droit d'essayer de réaliser son rêve et que notre époque est la meilleure pour l'entrepreneuriat.
 
La vente de produits traditionnels grâce à Internet
 
Wang Pei a commencé par un secteur qui lui était familier. Originaire du Hunan, il aime les spécialités de cette province. Un autre facteur important, c'est que les jeunes consommateurs nés dans les années 1990 constituent une clientèle importante. Ils aiment le bon, mais aussi l'original. Ses parents font aussi du commerce dans le secteur agroalimentaire et pouvaient ainsi lui donner un coup de main. C'est ainsi qu'il a choisi la vente d'aliments pour commencer.
 
Au départ, il a lancé la marque Usine agroalimentaire d'Axiong. Son logo est un ours blanc. Il a créé une histoire autour de cet ours et ouvert un compte WeChat pour les fans de la marque. Tous ses fans peuvent commenter et critiquer les produits ou exprimer leurs points de vue. De cette façon, les produits s'adaptent aux goûts des clients et les clients participent également à la production.
 
Wang Pei a adopté le modèle de vente O2O, en alliant la boutique réelle et la boutique en ligne. D'une part, il coopère avec des concessionnaires qui vendent en gros les produits ; d'autre part, sur l'emballage des produits est imprimé le code QR, que l'on peut scanner avec son portable pour s'inscrire sur WeChat et entrer dans la boutique en ligne. Wang Pei a déjà ouvert des boutiques en ligne sur JD.com, yhd.com, Taobao, WeChat et youzan.com. Chaque jour, il peut recevoir quelques centaines de commandes et un grand nombre de bonnes notes de la part des consommateurs.
 
D'après Wang Pei, sur le marché des spécialités du Hunan, les fabricants présents dans les hypermarchés et les grands magasins sont ceux qui vendent le plus ; ceux qui emploient une vedette pour faire la promotion sont les plus connus. Derrière cette bataille publicitaire se cache une guerre des capitaux de différents fabricants. Il espère que les clients s'intéressent aux caractéristiques particulières de ses produits. Il voudrait attirer les consommateurs par la qualité et la réputation des produits. Une interaction entre les clients et le fabricant est importante.
 
Lorsqu'il évoque le futur, Wang Pei pense qu'il faut combiner la distribution traditionnelle avec le modèle Internet. C'est le modèle commercial le plus prometteur, car il facilite la communication et la diffusion des informations et place tout le monde dans un environnement égal centré sur l'individu. C'est en profitant de l'Internet que les produits peuvent s'adapter aux besoins des clients. C'est là l'avenir de l'entrepreneuriat sur Internet.

+plus Rendez-vous

chine-info.com

J’aime

Suivez nous sur Facebook chine-info.com

Suivez nous sur Twitter

@chine-info.com

suivre @chine-info.com

chine-info.com

Suivez-nous sur Instagram : chineinfophotos