Suivez-nous | français

Regard sur la Chine

[Propos d’expert] Bert Hofman : la Chine peut gagner la lutte contre la pauvreté

Je veux commenter  XU LIN 2017-01-06 06:38:09    Source:la Chine au présent

Le 3 décembre 2016, Wu Laojiang, jeune handicapé de l'ethnie dong bénéfi-ciant du programme de la lutte contre la pauvreté ciblée, a cueilli des champignons dans la serre de sa famille dans le district de Congjiang dans le Guizhou.

« Depuis le début des années 1980, la Chine a fait sortir de la pauvreté 800 millions de Chinois. À l'heure actuelle, la Chine compte encore 55 millions de personnes vivant dans la pauvreté. Les critères internationaux donnent un nombre de pauvres en Chine moins important. C'est pourquoi nous pouvons affirmer que la Chine a connu un succès », affirme Bert Hofman, directeur national de la Banque mondiale pour la Chine, la Mongolie et la Corée du Sud.

Peu avant le 17 octobre 2016, Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté, la Banque mondiale a publié son dernier rapport sur ce problème planétaire. « Le rapport porte sur la réduction de la pauvreté et la prospérité partagée. La réduction de la pauvreté et l'égalité sont les grands objectifs de la Banque mondiale. La première constitue aussi une part importante des objectifs de développement durable de l'ONU », indique M. Hofman. Et d'ajouter que depuis 25 ans, la pauvreté a été considérablement réduite dans le monde. En 1990, 35 % de la population mondiale vivait sous le seuil de la pauvreté ; de nos jours, ce pourcentage est inférieur à 10 %.

« La Chine a joué un rôle important », souligne M. Hofman.

La réduction de la pauvreté est due à la croissance économique

La Chine a contribué à 70 % de la réduction mondiale de la pauvreté. D'après M. Hofman, le succès de la Chine est attribuable principalement à sa croissance économique.

« Au cours des 35 dernières années, le taux de croissance de l'économie chinoise est resté élevé dans son ensemble, avec une moyenne annuelle de 9 %. Cela signifie qu'un grand nombre de personnes pourraient trouver un nouvel emploi, un travail plus satisfaisant et bien rémunéré pour sortir de la pauvreté, raconte M. Hofman. Tout ce succès est dû à la réforme du système économique chinois. » Il rappelle que la réforme du pays a commencé par l'agriculture. Lancé à la fin des années 1970, le système d'exploitation forfaitaire à base familiale a accru la productivité agricole et contribué considérablement à la cause de réduction de la pauvreté. Toutefois, la réforme urbaine, la mise en place du système d'économie de marché socialiste et l'intégration de la Chine à l'OMC ont aussi eu une grande importance. « En Chine, l'ouverture accélérée, l'urbanisation et le statut de centre mondial de l'industrie manufacturière font que beaucoup de gens ont quitté les régions rurales pour aller travailler en ville. Ils ont pu y trouver des emplois plus rentables. Ils se sont déplacés de l'agriculture pour le secteur manufacturier et le secteur tertiaire, et leurs revenus ont augmenté. »

M. Hofman pense qu'au cours de ce changement, les politiques du gouvernement ont été un élément clé du succès de la Chine. Par exemple, les politiques liées à l'éducation, celles visant à faciliter le déplacement de la population, la construction d'infrastructures à grande échelle, ainsi que les efforts pour encourager l'économie privée.

D'après lui, répéter directement les expériences chinoises de la réduction de la pauvreté dans un autre pays n'est pas si simple, mais la pratique de la Chine pourrait inspirer les autres pays, « par exemple, sur le plan de l'agriculture, qui est un secteur crucial parce que la plupart des pauvres du monde vivent dans les régions rurales et travaillent dans ce secteur. Certains pays sont confrontés aux mêmes problèmes que la Chine. Bien protéger les droits et intérêts des biens des paysans, c'est ce que le système d'exploitation forfaitaire à base familiale a accompli. Celui-ci a accordé plus de propriétés foncières aux paysans, qui y investissent plus et travaillent plus. De cette façon, la productivité s'accroît, analyse M. Hofman. Le gouvernement chinois a bien fait de placer ses paysans au centre de ses préoccupations pour s'assurer qu'ils bénéficient de la croissance économique tirée par la réforme. Les autres pays peuvent s'en inspirer. »

Pour M. Hofman, l'une des pratiques importantes des expériences chinoises est que « le pays a réussi à prendre des mesures ciblées visant à réduire la pauvreté ». « Le Bureau de la lutte contre la pauvreté du Conseil des affaires d'État a fait un travail superbe. Nous coopérons avec cet établissement depuis des années. Son existence montre l'importance accordée par le gouvernement chinois au problème de la pauvreté. Ils ont élaboré un programme précis et au fil du temps, apporté des réajustements. Ils visent d'abord les régions pauvres, puis la population pauvre, afin d'aider les défavorisés qui n'avaient pas bénéficié de la croissance économique à sortir de la pauvreté. »

En décembre 2015, la Chine a élaboré un nouveau programme, qui vise à sortir les 55 millions de Chinois encore sous le seuil de pauvreté à en sortir d'ici 2020. « Pour la Chine, c'est un objectif ambitieux. Mais je pense que le pays pourra atteindre cet objectif si l'on considère son rythme de croissance actuel et ses politiques », estime M. Hofman. Cet objectif ne doit pas être tout pour la Chine, parce qu'« il y a un grand nombre de personnes pauvres, mais leurs revenus sont un peu plus élevés que le seuil international ». Selon lui, la Chine doit augmenter les dépenses destinées à leur venir en aide dans les domaines de l'éducation, des soins médicaux et de l'assurance vie, car la santé et les frais médicaux sont aussi un facteur important responsable de la pauvreté.

Développer sans cesse de nouveaux modes de coopération

La Banque mondiale et la Chine mènent une coopération de long terme et fructueuse sur le plan de la réduction de la pauvreté. D'après M. Hofman, cette coopération connaît aussi des changements. En plus des projets de coopération, la Banque mondiale a effectué trois études d'évaluation sur la pauvreté en Chine. Ces évaluations ont servi d'arguments pour lancer les prochains projets de réduction de la pauvreté et montrent l'action menée en Chine.

Les premiers projets entrepris par la Banque mondiale correspondaient aux conditions chinoises d'il y a 25 ans. À l'époque, la Chine comptait de nombreux districts pauvres. La plupart d'entre eux vivaient de l'agriculture. C'est pour cette raison que la coopération visait plutôt à améliorer les infrastructures agricoles, aider les paysans à obtenir des engrais et des semences, et former les paysans aux techniques agricoles avancées. Aujourd'hui, la pauvreté ne dépend plus avant tout du lieu de résidence, mais de la main-d'œuvre, de l'éducation et de la santé. C'est pourquoi les projets de lutte contre la pauvreté ont également changé.

Avec la modernisation chinoise, les projets de coopération menés par la Banque mondiale en Chine sont différents du passé. « À l'heure actuelle, l'un de nos projets de coopération avec le Bureau de la lutte contre la pauvreté du Conseil des affaires d'État a pour objectif de choisir des coopératives agricoles. Comme les défavorisés dans les régions rurales ne sont pas connectés à l'économie moderne, ce que nous allons faire est de les intégrer dans la chaîne de l'approvisionnement pour que leurs produits se vendent à un bon prix, et qu'ils puissent relever les normes de qualité avec leurs produits agricoles. Cela facilitera l'accès de leurs produits au marché, indique M. Hofman. Nous nous soucions encore des derniers désavantagés chinois. Vivant dans les régions lointaines et reculées, ils manquent du nécessaire pour mener à plein leurs activités économiques. Le déplacement de ces personnes est aussi une solution. Nous sommes en train de réfléchir à l'inclusion de cette action dans notre travail de lutte contre la pauvreté. »

M. Hofman observe pourtant que même si toute la population sort de la pauvreté, il y aura encore des individus nécessitant de l'aide, notamment les personnes handicapées ou paralysées. La Chine doit faire du système des minima sociaux, du réseau de sécurité sociale, un mécanisme important de prévention du retour dans la pauvreté et innover à travers ce système.

Les technologies pourront jouer un plus grand rôle

En mai 2016, avec le soutien de la Banque mondiale et de la Banque asiatique de développement, le Centre d'informations Internet de Chine et le Centre international de la réduction de la pauvreté de Chine ont signé un accord de coopération et mis en place un site Internet à l'adresse iprcc.org.cn/south destiné à établir une plate-forme de partage des connaissances dans la lutte contre la pauvreté dans la coopération Sud-Sud. Cela sera une fenêtre permettant de présenter les expériences chinoises dans la lutte contre la pauvreté et de transmettre des informations internationales sur la réduction de la pauvreté. M. Hofman a assisté à la cérémonie d'inauguration du site. Pour lui, « la mise en service du site est un autre progrès important sur la voie de la réduction de la pauvreté ».

« Les technologies informatiques et des télécommunications peuvent jouer un rôle plus important dans la réduction de la pauvreté », estime-t-il. D'un côté, combiner la finance, l'informatique et les télécommunications permet aux démunis des régions isolées d'obtenir plus facilement des moyens financiers. D'autre part, le commerce électronique permet aux paysans des villages reculés d'obtenir les informations sur le marché et de s'intégrer dans la chaîne d'approvisionnement. « Les villages Taobao (qui regroupent un grand nombre de foyers paysans vendant leurs produits sur le site taobao.com) lancés par Alibaba sont très connus. Mais ces villages se trouvent principalement dans les régions riches. Nous entamons une coopération avec le groupe Alibaba pour étudier comment ces villages sont apparus et essayer de diffuser ce modèle dans les villages des régions pauvres de l'Ouest. Le commerce électronique sera un outil de réduction de la pauvreté et nous pensons qu'il présente un grand potentiel », conclut M. Hofman.

*Xu Lin est journaliste de China.org.cn.

+plus Rendez-vous

chine-info.com

J’aime

Suivez nous sur Facebook chine-info.com

Suivez nous sur Twitter

@chine-info.com

suivre @chine-info.com

chine-info.com

Suivez-nous sur Instagram : chineinfophotos