Suivez-nous | français

Regard sur la Chine

[Aux quatre coins du pays] De Xuzhou à Suqian : l’histoire du Grand Canal

Je veux commenter  LIU SHIZHAO 2017-01-12 03:47:21    Source:la Chine au présent

Des enfants rament sur un canot sur le lac Luoma à Suqian (Photo prise en 1982).

L'auteur poursuit son itinéraire dans le Jiangsu. Suivons-le dans ses visites de sites historiques et découvrons avec lui la gastronomie locale.

Après avoir quitté le Shandong, je suis allé à vélo à Xuzhou, dans le Jiangsu. Nœud de transport sur le Grand Canal, Xuzhou abrite des canaux en service dont la longueur totale dépasse 200 km.

Les sites historiques de Xuzhou

La résidence impériale secondaire de l'empereur Qianlong (1711-1799) est l'un des 58 sites historiques du Grand Canal inscrits sur la liste du patrimoine mondial. Il abritait autrefois le Musée de Xuzhou, avant l'achèvement du nouveau musée. Cette résidence impériale où l'empereur s'arrêtait durant ses voyages est désormais un lieu tranquille, comme un jardin particulier dans un coin de la cour du musée.

En face du Musée de Xuzhou se trouve le mont Nuage-Dragon. Il doit son nom à son relief serpenté qui ressemble à un dragon. Le lendemain de mon arrivée, le 29e jour du deuxième mois lunaire du calendrier traditionnel chinois, marquait l'anniversaire de la naissance du Bodhisattva pour lequel une foire de deux jours se tient ici chaque année. Sur le mont se trouve le temple Xinghua, qui abrite un buste du Bouddha Sakyamuni doré datant de l'époque des Wei du Nord (386-534). La statue mesure 11,5 mètres. La plupart des visiteurs de la foire sont venus pour s'amuser, mais certains fidèles étaient aussi présents.

Quand je suis retourné à Beijing après mon premier voyage à vélo le long du Grand Canal il y a 35 ans, j'ai entendu dire que l'on avait découvert à Xuzhou un tombeau de statues de guerriers et de chevaux en terre cuite datant de l'époque des Han (206 av. J.-C.-220). J'avais eu le grand regret de ne pas avoir pu visiter ce lieu. Cette fois, je me suis spécialement rendu au Musée des statues de guerriers et de chevaux en terre cuite situé sur le mont du Lion dans la banlieue de la ville de Xuzhou. Ce musée, aussi appelé le Musée militaire de l'Antiquité de Xuzhou, comprend plusieurs salles. La salle des guerriers et des chevaux en terre cuite se trouve justement à l'emplacement où ont été exhumées ces statues.

Les figurines ont été fabriquées à partir de terre. En termes d'envergure et de taille, elles sont plus petites que celles qui ont été découvertes dans le tombeau du premier empereur des Qin (221-207 av. J.-C.) à Xi'an dans le Shaanxi. Un examen minutieux révèle que ces figurines fabriquées sous les Han, de seulement 40 cm de long, sont plus robustes que celles des Qin et sont des trésors datant de presque 2 100 ans.

Des bateaux sur le Grand Canal de Pizhou à Suqian dans le Jiangsu (Photo prise en 2016)

Les ennuis de Yaowan

Après avoir quitté Xuzhou, je me suis rendu à Yaowan, un bourg ancien situé à la confluence du Grand Canal et du lac Luoma. Aux confins de quatre villes et districts, ce bourg millénaire doit son nom à ses multiples fours sous les Qin et les Han. Sous les Tang (618-907), le bourg a commencé à prendre forme. Après les Ming (1368-1644), avec le développement du transport du Grand Canal, le bourg est devenu prospère et s'est transformé en un centre commerçant.

À l'entrée du bourg ancien, on voit au loin une église catholique. Dans les deux rues que possède le bourg, on trouve des foyers de l'association des compatriotes, des banques privées, des monts-de-piété, des firmes étrangères, des commerces de légumes salés, des ateliers d'eau de vie, des boutiques... On peut tout trouver dans ce petit bourg, des marchandises chinoises et étrangères. On l'appelait autrefois le « petit Shanghai du nord du Jiangsu » grâce à sa prospérité.

Le soir venu, je suis resté debout au bord du canal. Dans l'obscurité, il m'a semblé entrevoir une grande forêt sur la rive opposée. Quand j'ai pu voir plus clairement, j'ai constaté qu'il s'agissait de multiples bateaux. Sur chaque bateau se dressait un mât en métal. On m'a expliqué qu'ils étaient des sabliers. Un local m'a pourtant dit que l'extraction de sable est interdite. Dans la journée, il y a des personnes qui surveillent, mais le soir les surveillants ne travaillent plus, et les navires arrivent. Je n'ai pas pu m'empêcher de m'inquiéter pour les digues du Grand Canal et du lac Luoma.

Suqian : à la recherche d'un plat délicieux

Avant d'arriver à Suqian, je suis passé par un petit bourg appelé Zaohe. Il y a aussi ici une résidence impériale secondaire, le temple du roi Dragon, où l'empereur Qianlong a été hébergé cinq fois au cours de ses six voyages dans le sud de la Chine. Lorsque je suis venu ici pour la première fois en 1982, le temple servait de grenier à céréales.

Le pavillon abritant la stèle calligraphique de l'empereur garde encore son aspect originel. Les salles, qui faisaient autrefois office de dépôt de céréales, ont été aménagées : la tour du Tambour, la tour de la Cloche, la salle du roi Dragon, ainsi que la salle du roi Yu, qui était la chambre de l'empereur Qianlong. Aujourd'hui, le temple du roi Dragon est inscrit à la liste du patrimoine mondial et je m'en réjouis.

Je suis arrivé à Suqian à midi. J'ai déposé mes bagages dans ma chambre d'hôtel. J'ai demandé au réceptionniste où se trouvait le restaurant de tête de porc avec du bouillon stocké de Qianlong. J'ai vite trouvé ce restaurant situé au bord du canal avec la plaque portant les inscriptions écrites par l'empereur lui-même : « La viande de tête de porc Huang Gou ».

Une fois entré dans le restaurant, on peut lire un poème de l'empereur faisant l'éloge du mets gravé sur un paravent.

Selon Huang Jinde, le patron du restaurant, celui-ci a une histoire de plus de 200 ans et lui-même est le 10e héritier du lieu. Il a vu la photo que j'avais prise il y a 35 ans environ. « Mon oncle vendait de la viande en dehors du restaurant et mon père la préparait dans la cuisine. La personne que vous avez interviewée était mon oncle », m'a-t-il informé. On me servit la viande de tête de porc. Le prix est un peu élevé, mais la viande est vraiment tendre et délicieuse. Ce plat mérite bien sa réputation.

*LIU SHIZHAO est un ancien photographe de People's China.

+plus Rendez-vous

chine-info.com

J’aime

Suivez nous sur Facebook chine-info.com

Suivez nous sur Twitter

@chine-info.com

suivre @chine-info.com

chine-info.com

Suivez-nous sur Instagram : chineinfophotos