Suivez-nous | français

Regard sur la Chine

[Dossier] Gérer un hôtel à Shangri-La

Je veux commenter  LU RUCAI 2017-02-16 03:59:21    Source:la Chine au présent

La tenue de Patrick Druet comporte des éléments tibétains.

Patrick Druet, un Français surnommé « Lao Pai » (signifiant individu conservateur) par ses employés chinois, est directeur général de l'hôtel Songtsam Retreat à Shangri-la.

Pour Patrick Druet, qui a travaillé dans beaucoup de pays différents tels que la France, le Canada, l'Irlande ou le Royaume-Uni, Shangri-la est sa destination préférée, parce que selon lui, tout le monde y « rit de tout son cœur ».

Rester à Shangri-La : une décision qui a pris cinq minutes

Songtsam Retreat est le premier hôtel en Chine de la série MGallery du groupe français Accor. Il y a 70 chambres inspirées du style des maisons fortifiées tibétaines qui sont construites au pied de la montagne. Par la fenêtre, nous pouvons voir le plus grand temple du bouddhisme tibétain de la province du Yunnan – le monastère Ganden Sumtseling. En 2009, il n'a fallu que 5 minutes à Patrick pour décider de rester à Shangri-La et gérer ce nouvel hôtel. Cela fait désormais plus de 6 ans qu'il y travaille.

« Séduit par les belles montagnes enneigées et les majestueux yacks qui s'offraient à mes yeux, j'ai décidé de rester ici. À l'époque, gérer un nouvel hôtel était un défi pour moi », déclare Patrick, mais il a choisi d'accepter ce défi. En effet, ayant travaillé en France en station de ski, il aspirait à retourner à la montagne. « Voilà, ce n'est pas en France mais c'est chose faite maintenant », dit-il. Depuis son arrivée en Chine en 2001 à Xiamen, dans la province du Fujian, il a visité beaucoup de villes chinoises, mais Shangri-La demeure sa destination favorite, parce qu'il aime non seulement « l'environnement, la montagne et le climat dans cette région tibétaine dans l'Himalaya », mais aussi les sourires sincères des locaux qui le touchent beaucoup.

Cependant, il n'est pas facile de former les employés locaux, la plupart n'ayant pas reçu d'enseignement supérieur et n'ayant que peu de contacts avec l'extérieur. Avant lui, plusieurs managers étrangers ont renoncé à cette tâche. Si Patrick reste dans cette région montagneuse éloignée et s'investit dans cette expérience, c'est parce qu'il aime tout le monde ici. À ses yeux, les locaux sont sincères, « ils rient de tout leur cœur ». Tous croyants, ils ne travaillent pas avec pour seul motif l'argent. Ainsi ils sourient sincèrement aux clients pendant le travail. Selon Patrick, les sourires sincères sont vraiment un atout précieux pour l'hôtel. En réalité, ces dernières années, ces sourires attirent également de nombreux clients qui ont partagé leur admiration dans le registre des visiteurs.

Patrick a travaillé dans beaucoup d'hôtels situés dans divers pays. Il pense que l'hôtellerie dans les pays étrangers où il a travaillé est déjà un produit mature, alors que Songtsam Retreat n'est pas un hôtel standardisé, ce qui permet à « la culture locale de pouvoir s'exprimer à travers les différentes activités culturelles, l'architecture, et aussi au niveau du personnel ». Pour cette raison, Patrick ressent un profond intérêt pour la gestion de cet hôtel.

Dans l'hôtel, le restaurant européen, « très français » selon ses visiteurs, a été fondé par Patrick Druet lui-même. (PHOTOS : YU XIANGJUN)

Déménager la Provence à Shangri-La

Gao Han, secrétaire de Patrick, travaille dans l'hôtel Songtsam Retreat depuis déjà plus d'un an. Auparavant, elle était professeur de chinois à l'École normale supérieure du Yunnan où elle enseignait la langue aux étudiants étrangers. Désormais, grâce à son bon niveau d'anglais, elle joue le rôle de pont de communication entre Patrick et les employés chinois. Mais pour elle, le niveau de chinois de Patrick est déjà bien suffisant pour la communication quotidienne.

D'après elle, Patrick est plutôt un aîné qu'un patron. « Il travaille souvent à des postes différents, par exemple comme serveur, pour bien connaître les diverses tâches et mieux gérer l'hôtel », explique Gao Han.

Cela convient à Patrick : il n'aime pas la standardisation et la routine. Pour lui, il existe une hiérarchie stricte dans le travail dans les grandes villes, tout le monde travaille selon les règles, ainsi, même si les gens sourient, les sourires ne sont pas sincères. Patrick a commencé à gérer l'hôtel depuis zéro. Il a ouvert un restaurant français dans l'hôtel, estimé très « à la française » par les clients. « La Provence est un site de vacances très connu pour ses jolis paysages, mais la cuisine locale y est également renommée. » Par conséquent, Patrick souhaite faire découvrir la cuisine provençale à Shangri-La. Chaque fois qu'il revient de France après les vacances, il rapporte des articles typiquement français, comme par exemple des nappes, de la lavande séchée et des assaisonnements spéciaux de la région. Dans ce restaurant au style provençal, on peut déguster la cuisine traditionnelle française avec par exemple des assortiments de légumes ou de la crème brûlée. Selon Patrick, beaucoup de visiteurs étrangers séjournent ici, parmi lesquels des Français, mais la plupart des touristes sont Chinois. Lors de la haute saison touristique, ces derniers représentent plus de 80 % des visiteurs.

Pour le moment, les cuisiniers du restaurant sont tous des personnes locales, ils sont bien formés par Patrick lui-même et par d'autres formateurs. Le manager tient aussi en haute estime la qualité des vins rouges, il invite donc les fournisseurs français de Kunming à donner des formations à ses employés. Sauf certains vins produits à Shangri-La, tous les autres vins de la carte sont produits en France, en Italie et en Australie.

La culture tibétaine l'intéresse beaucoup

Shangri-La est le lieu favori de Patrick, mais il l'a quitté en 2014 pour aller étudier le management hôtelier à l'université. Dans ce cadre, il a appris les différentes cuisines européennes et le service en restauration. Il a visité de grandes villes, mais il trouvait que, dans la rue, les gens étaient vraiment pressés et qu'il y avait beaucoup de problèmes préoccupants, comme par exemple la pollution de l'air, la sûreté alimentaire, les embouteillages et des relations interpersonnelles tendues. Il trouvait que ce mode de vie n'était pas sain, ainsi, il est retourné à Shangri-La après un an pour chercher le calme et la détente.

Aujourd'hui, Patrick connaît bien la culture tibétaine de cette région, même sa tenue vestimentaire révèle des éléments tibétains. Par exemple, lors de notre interview, il portait un gilet au style tibétain. Habituellement, Patrick a beaucoup de travail, il a donc peu de temps pour les loisirs. Mais en dehors de son travail, il aime faire de la randonnée, en particulier en montagne, et découvrir le bouddhisme et la culture locale. Parfois, il se fait même porte-parole du bouddhisme. « Je pense que la culture tibétaine himalayenne est particulière dans la mesure où elle est différente de la culture et du style de vie des grandes villes. Pour les gens des grandes villes, venir dans une telle région en Himalaya, c'est déjà trouver un endroit de sérénité, de calme, où chacun peut se ressourcer », confie-t-il.

En 2017, un nouvel hôtel Songtsam Retreat ouvrira à Lhassa au Tibet, et Patrick compte y déménager pour le gérer. « J'espère faire au mieux pour laisser la culture tibétaine s'exprimer à Lhassa par rapport aux hôtels internationaux qui sont beaucoup plus standardisés. J'espère présenter à la clientèle domestique et internationale le meilleur de la culture locale tibétaine à travers l'architecture, le personnel, etc. », souligne Patrick.

L'hôtel Songtsam Retreat de Shangri-La a une fermeture annuelle de deux mois pendant l'hiver, ce qui permet à Patrick de retourner chez lui en France. Sa région natale est le Périgord, dans le sud de la France. En ce qui concerne ses projets futurs, il répond : « L'altitude de Lhassa est plus haute que celle de Shangri-La, on a donc un peu moins d'oxygène. Après ces deux prochaines années, je ne peux peut-être pas continuer à travailler sur une altitude si haute, il sera donc temps que je rentre en France. »

+plus Rendez-vous

chine-info.com

J’aime

Suivez nous sur Facebook chine-info.com

Suivez nous sur Twitter

@chine-info.com

suivre @chine-info.com

chine-info.com

Suivez-nous sur Instagram : chineinfophotos