Suivez-nous | français

Regard sur la Chine

[Société] Cours de chinois et de français avec Amélie et Xie Yujia

Je veux commenter  HU YUE 2017-05-15 08:11:49    Source:la Chine au présent

Amélie et Jiajia

C'est l'histoire de deux enfants, un petit garçon chinois, Xie Yujia, et une petite fille française, Amélie, qui décident, en dépit de la distance, d'apprendre ensemble à parler français et chinois sur la Toile.

Xie Yujia, un petit garçon chinois, et Amélie, une petite fille française, ne se sont jamais rencontrés. Et pourtant, à force de communiquer, ils sont devenus très amis. En effet, à distance, ils enregistrent ensemble des dialogues bilingues, que leurs parents publient ensuite en ligne pour constituer un cours. À travers les phrases simples de ces deux enfants, chacun peut donc non seulement apprendre les langues de Confucius et de Molière, mais aussi découvrir le charme des cultures chinoise et française.

Tout commence par un voyage

En 2012, Xie Yujia, un garçon pékinois, est parti en France avec ses parents dans le cadre d'un voyage touristique. De retour à Beijing, il a raconté à son grand-père, d'un air émerveillé, tout ce qu'il avait vu de beau dans ce pays et lui a répété les deux mots qu'il avait le plus entendus de la bouche des Français : « Bonjour » et « Salut ». Sur le coup, une idée est venue à l'esprit du papy de Xie Yujia : celle de lui enseigner des phrases usuelles en français. Le garçon a accepté avec joie la proposition et s'est donc attelé à l'apprentissage de cette langue. À vrai dire, le grand-père de Xie Yujia, M. Xie Xiehe, est un traducteur réputé en Chine. Il a occupé le poste de directeur général adjoint du Département de la traduction et de l'interprétation au ministère chinois des Affaires étrangères et assumé les fonctions de Consul général de Chine à Marseille et auprès de la Principauté de Monaco. Au fil de ses 54 ans de recherche en traduction et interprétation chinois-français, M. Xie a accumulé une vaste expérience non seulement dans le passage d'une langue à l'autre, mais aussi dans l'enseignement.

Souhaitant que Jiajia (surnom de Xie Yujia) acquière un bon accent et une parfaite intonation en français, M. Xie a recherché via Internet un garçon français qui pourrait échanger avec lui, et par un heureux hasard, c'est une traductrice professionnelle d'Orléans, Mme Régine Allézy, qui lui a répondu favorablement. Toutefois, au lieu d'un garçon, elle a proposé que sa fille Amélie endosse le rôle de professeur de français pour Jiajia et que Jiajia, en retour, joue le professeur de chinois pour Amélie. Ainsi est né, de façon inattendue, un formidable projet.

Mme Allézy raconte : « À l'origine, Monsieur Xie a pris contact avec moi dans l'espoir de trouver un correspondant français pour Jiajia. Il voulait que je trouve un garçon à peu près du même âge, qui voue un intérêt pour le chinois. Il n'était pas facile pour moi de recommander quelqu'un, car, d'une part, les garçons français de cet âge se consacrent à d'autres passions et, d'autre part, s'engager sur le sérieux d'un garçon français de 10 ans est plutôt risqué. Si tout à coup l'enfant souhaitait arrêter ou ne répondait plus, j'aurais culpabilisé. J'ai alors pensé à ma propre fille, à qui j'avais déjà transmis mon attachement à l'égard de la Chine et de la langue chinoise. Elle n'avait que 6 ans à l'époque, elle était donc très jeune, mais tout de suite elle a participé très sérieusement à cette initiative et donné le meilleur d'elle-même.

Petit à petit, l'oiseau fait son nid

Entre le 25 mai 2015, date à laquelle les deux enfants ont enregistré leur premier dialogue sur les salutations en chinois et en français, et le 24 avril 2017, jour où leur dernier dialogue sur les présages du Coq a été publié, 92 leçons portant sur des sujets simples mais variés ont été réalisées.

Les deux enfants se sont engagés, de bon cœur, à entretenir ce cours semaine après semaine, sans que leurs aînés ne les poussent à le faire. « Pour ce qui est du contenu du cours, indique M. Xie, il dépend de la décision tantôt de Jiajia tantôt d'Amélie, qui fixent des thèmes et écrivent eux-mêmes dix phrases pour chaque dialogue, même si évidemment les parents se tiennent à leurs côtés pour prodiguer des conseils. Par exemple, cette semaine, Amélie prépare un dialogue sur le Nouvel An chinois qui va être célébré à Orléans, ville jumelle de Yangzhou ; et la semaine prochaine, ce sera au tour de Jiajia de rédiger un dialogue sur la symbolique de l'année du Coq en Chine… »

Au départ, M. Xie pensait se servir du compte Weibo de Jiajia pour publier les dialogues et partager publiquement ces leçons, mais en France, Weibo n'est pratiquement pas utilisé. Par conséquent, Mme Allézy a proposé de créer une page Web dédiée au cours des enfants sur son propre site professionnel (www.regine-traduction.com). Depuis le lancement du projet, cette page a évolué, notamment du côté de la mise en forme qui a été améliorée, mais le contenu reste inchangé. « Une vingtaine de personnes en moyenne visitent la page principale chaque jour, révèle Mme Allézy. Le nombre de visiteurs a doublé en un an. Parfois, je publie quelques dialogues sur Facebook ou Google+, lesquels trouvent de bons échos. D'ailleurs, entre les premiers enregistrements et ceux de cette année, on peut noter la différence de voix d'Amélie. Elle a bien grandi ! »

Les dialogues sont ensuite partagés sur le compte Weibo et le blog de M. Xie. Sa page Weibo est bien connue : elle est suivie par environ 60 000 internautes car M. Xie y met à disposition un dictionnaire chinois-français de la traduction, actualisé quotidiennement. En conséquence, chaque dialogue est écouté par environ 5 000 curieux, le record d'audience s'élevant à 14 000 personnes.

Cultiver l'amitié sino-française auprès des enfants

« Bonjour, Nihao ! Je m'appelle Amélie. Je suis vraiment très heureuse de réaliser ce cours de chinois et de français avec Jiajia. » Avec sa jolie voix, Amélie nous explique qu'il est fort intéressant d'en apprendre toujours plus sur la vie en Chine. Parmi ses dialogues préférés figure celui où Jiajia présente le Nouvel An chinois, parce que le contenu lui a permis de découvrir à quoi ressemblait cette fête en Chine et lui a donné envie de visiter ce pays. Elle confie : « Pour l'heure, je n'arrive pas à comprendre tous les mots chinois employés dans les dialogues, mais je garde espoir de bien parler chinois à l'avenir. Cette langue me semble très difficile, mais très belle à la fois. Et j'aime beaucoup écrire les caractères ! »

Selon Jiajia, il se cultive beaucoup en enregistrant ces dialogues avec Amélie. Outre les phrases utiles du quotidien, il apprend des chansons et des poésies françaises. Il décrit : « Dans la leçon sur l'anniversaire, j'ai appris à chanter Joyeux anniversaire en français. Je connais aussi Frère Jacques maintenant. C'est intéressant de découvrir les coutumes étrangères, par exemple, comment ils célèbrent Noël en France. » Selon Jiajia, dialoguer est une bonne méthode pour étudier une langue étrangère. Il compte continuer cette aventure, pour partager son expérience avec les autres internautes.

Bien évidemment, les deux parents ont joué un rôle majeur dans la promotion de ce programme. « Je suis très fière des progrès de ma fille et de l'intérêt qu'elle porte à ce projet. Elle ne rechigne jamais à enregistrer un dialogue et trouve toujours rapidement de nouvelles idées de thème. Nous nous mettons d'accord sur les mots à utiliser et tout se fait très vite. » Quoi qu'il en soit, Mme Allézy ne veut en aucun cas forcer sa fille à apprendre le chinois. Elle respecte le rythme et l'envie d'apprendre de son enfant.

Mme Allézy est depuis longtemps abonnée au CFT-Dico établi par M. Xie et en tant que traductrice, elle a souvent des questions linguistiques à lui poser. Néanmoins, elle ne pensait pas qu'un jour elle aurait cette occasion de développer un programme d'enseignement bilingue. Elle explique : « C'est une grande chance pour nous de connaître Jiajia et sa famille et de pouvoir collaborer de si loin sur une si jolie création. C'est important pour les deux enfants. En tant que parents, nous sommes là pour leur donner des racines et des ailes. N'est-ce pas pour eux un beau moyen de prendre leur envol ? »

Quant à M. Xie, il veille à jouer le rôle d'accompagnateur jovial dans l'épanouissement de Jiajia et son apprentissage du français. Il espère vivement voir un de ses descendants hériter d'un certain lien avec la langue française, qui constitue sa passion de toujours. Mais il respecte invariablement la personnalité de son petit-fils, pour que sa curiosité vis-à-vis de l'étranger, et plus particulièrement vis-à-vis du monde francophone, soit naturellement piquée. M. Xie veut instiller l'amitié sino-française dans le cœur de Jiajia dès son enfance. De plus, selon lui, ce cours en ligne alimenté chaque semaine peut servir de support éducatif complémentaire pour les parents désireux de voir leurs enfants construire leur personnalité, s'ouvrir à d'autres horizons et se préparer à l'avenir dans un monde toujours plus ouvert et interconnecté. M. Xie conclut : « Toutefois, en ce qui me concerne, il s'agit là d'un "produit dérivé". Si, à notre modeste niveau, nous pouvons contribuer au rayonnement du chinois et du français auprès des enfants des deux pays à travers la création et le développement du site Cours de chinois et de français avec Amélie et Xie Yujia, alors tant mieux ! »

+plus Rendez-vous

chine-info.com

J’aime

Suivez nous sur Facebook chine-info.com

Suivez nous sur Twitter

@chine-info.com

suivre @chine-info.com

chine-info.com

Suivez-nous sur Instagram : chineinfophotos