Suivez-nous | français

Regard sur la Chine

[Convergence] Empereur Wendi des Sui (581-618)

Je veux commenter  CHRISTOPHE TRONTIN 2017-05-23 05:30:20    Source:la Chine au présent

Expérience extérieure au cercle de la politique, tempérament travailleur, gestion parcimonieuse des ressources de l'État, retenue guerrière et fidélité maritale : certains hommes politiques d'aujourd'hui devraient prendre exemple sur cet empereur de l'antiquité, car c'est en résumé l'histoire de Yang Jian (541-604), l'un des meilleurs empereurs de l'histoire chinoise.

Né dans l'actuel Shaanxi, il est d'abord élevé par une sœur bouddhiste qui lui enseigne les préceptes de cette religion, puis il est envoyé étudier au collège impérial réservé aux fils de noble lignée. Il faut rappeler ici que le petit Jian est issu du clan Yang qui se dit descendant en ligne directe de la dynastie des Han (202 av. J.-C.–220). Bon élève, il est promu dès sa quatorzième année à un poste d'officier dans l'armée sous le commandement d'un certain Yuwen Tai. Sa compétence et sa prestance lui valent de grimper rapidement les échelons hiérarchiques, accumulant les titres et les distinctions jusqu'à être nommé duc à l'âge de 16 ans. Un titre qui lui permet d'épouser la princesse impériale Dugu Qieluo, ce qui fait de lui le gendre de l'empereur Ming de la dynastie des Zhou du Nord (557-581). Lorsque le frère de l'empereur Ming succède à celui-ci, Yang Jian est promu ministre de l'Intérieur à la cour. Haut fonctionnaire, il s'illustre par son efficacité à une époque troublée où les complots et les alliances se font et se défont à toute vitesse et où les ambitieux passent vite de vie à trépas. Une bataille de succession fait rage autour du trône du jeune empereur Wu, et lorsque c'est finalement un certain Xuan qui l'emporte, Yang Jian saisit sa chance de passer à l'action.

Le fait est que l'empereur Xuan, arrivé sur le trône à la surprise générale en 578, ne brille pas par ses compétences. Sa politique à la fois autoritaire et erratique lui vaut de nombreux ennemis et il soupçonne tout le monde de conspirer à sa perte. Yang Jian est l'un des suspects mais son influence, en tant que ministre de la Défense, est grande. À l'été de l'année 580, pour se débarrasser de cet encombrant prétendant, l'empereur ne trouve pas d'autre moyen que de lui confier une mission militaire de grande envergure : il s'agit d'aller combattre le royaume de Chen, qui correspond en gros à l'Anhui actuel.

Avec sa méticulosité habituelle, Yang Jian prépare son armée pendant des mois. Recrutement, entraînement, modernisation des équipements, Yang Jian semble décidé à remplir sa mission, mais au lieu de lancer l'attaque, il temporise et invoque toutes sortes de prétextes pour rester à la cour et couver des yeux le trône de l'empereur Xuan dont la santé, aussi bien physique que mentale, lui semble fragile. Lorsque ce dernier tombe brusquement malade, les soutiens de Yang Jian l'appellent à la cour pour qu'il s'y impose en tant que régent.

À quarante ans à peine, le voici installé sur le trône impérial, et la plupart des ministres sont soulagés de retrouver enfin un monarque compétent qui remet de l'ordre dans le royaume. Il doit faire face à plusieurs tentatives d'assassinat de la part des princes de la dynastie des Zhou, et c'est finalement lui, duc de Sui, qui s'octroie le titre de prince de Sui. La bataille de succession connaît encore quelques péripéties, mais il parvient à écarter tous les membres de la famille Zhou pour prendre le titre d'empereur de la nouvelle dynastie sous le nom de Sui.

Au début de son règne, l'empereur Wendi des Sui s'attacha à renforcer l'indépendance de son royaume et à mettre fin aux relations de vassalité qu'il entretenait avec les royaumes voisins. Pour cela, il employa une stratégie classique d'alliances changeantes, aidant tel ou tel seigneur local à prendre de l'importance, avant d'en soutenir un autre, créant des divisions parmi ses puissants ennemis qui finalement lui permirent de prendre de l'ascendant sur eux.

En 582, trouvant sa capitale un peu étroite, il décréta la construction d'un nouveau centre du pouvoir un peu plus loin, une cité appelée Daxing qui allait finalement reprendre le nom de l'ancienne capitale, Chang'an. D'autre part, conscient de la situation logistique difficile de la région, il ordonna le creusement d'un canal pour améliorer l'approvisionnement de la capitale en eau et en marchandises, lequel fut exécuté en un temps record. En 587, il poursuivit son œuvre canalisatrice en décrétant la construction d'une voie navigable entre le Yangtsé et la rivière Huaihe.

Au final, s'il faut retenir une chose du règne de cet « empereur exemplaire », qui est resté fidèle à son épouse, qui n'a eu que deux concubines, qui a ordonné des grands projets, promu le bouddhisme dans un empire agrandi et unifié, c'est sans doute la prudence de sa gestion. Oui, il a lancé des guerres et des dépenses importantes, mais il a su en sortir par des traités de paix négociés et des actions diplomatiques. Fait incroyable à l'époque, il se targuait, à la fin de sa vie, que les greniers de l'empire contenaient « pour 50 ans de réserves ».

A lire aussi:

+plus Rendez-vous

chine-info.com

J’aime

Suivez nous sur Facebook chine-info.com

Suivez nous sur Twitter

@chine-info.com

suivre @chine-info.com

chine-info.com

Suivez-nous sur Instagram : chineinfophotos