Suivez-nous | français

Regard sur la Chine

[Dossier] Une norme internationale élaborée en Chine

Je veux commenter  ZHANG HONG 2017-06-29 10:39:58    Source:la Chine au présent

Yang Zhixing

Le sigle DTMB (Digital Terrestrial Multimedia Broadcast) désigne une norme nationale obligatoire pour la télévision numérique chinoise. Yang Zhixing est le premier à avoir pris en charge l'élaboration de cette norme. Fin 2011, grâce aux efforts de M. Yang et du groupe sous sa direction, le système DTMB s'est officiellement classé parmi les normes internationales, aux côtés de celles en vigueur aux États-Unis, dans l'UE et au Japon. « Un jalon dans les 40 ans de développement de la télévision numérique dans le monde, entre 1972 et 2012 », d'après l'Union internationale des Télécommunications (UIT).

Une conversion au numérique réussie

Murree est une petite ville située à 1h30 en voiture d'Islamabad, la capitale du Pakistan. En ce lieu, plus précisément au cœur des montagnes à une altitude d'environ 2 200 m, se prépare une coopération entre les entreprises chinoises et les entreprises locales en vue de la réalisation d'un projet propre à la norme DTMB.

Le 20 avril 2015, le président chinois Xi Jinping et le premier ministre pakistanais Nawaz Sharif ont assisté aux cérémonies d'inauguration de plusieurs projets de coopération bilatérale, dont ce fameux « projet DTMB », le premier entrepris dans le Couloir économique Chine-Pakistan.

Pays riverain des Nouvelles Routes de la Soie, le Pakistan se distingue par ses massifs montagneux, ses immenses déserts et ses climats variés. Il y a quelques années, la télévision nationale pakistanaise a élargi ses recherches concernant les normes de télévision numérique. À ce moment-là, l'UIT avait reconnu à l'échelle planétaire seulement quatre systèmes de référence, à savoir : ATSC aux États-Unis, DVB-T/T2 en Europe, ISDB au Japon et DTMB/DTMB-A en Chine. Lors de la phase de test, la partie pakistanaise est restée vivement impressionnée par la norme chinoise, dont le potentiel allait même au-delà de ses attentes. Elle a donc donné sa préférence à DTMB parmi les quatre normes en compétition.

Rappelons que cette norme n'a pas été élaborée du jour au lendemain. Yang Zhixing est le témoin de sa naissance et de son enrichissement. Mais d'entrée de jeu, il annonce au début de l'interview : « Ce n'est pas nous qui avons choisi de travailler sur ce sujet. »

Dans les années 1990, des chercheurs étrangers ont commencé des travaux à dessein de convertir le signal analogique en signal numérique. En 1994, des académiciens comme Wu Youshou et Ye Peida, professeurs de Yang Zhixing, ont appelé le pays à saisir l'opportunité offerte par la révolution numérique dans le secteur télévisuel. Cet appel a retenu l'attention des plus hautes couches du pouvoir.

« Depuis longtemps, la Chine détient le record mondial du volume de téléviseurs couleur produits par le pays et du nombre de téléviseurs installés dans les foyers chinois. Cependant, au temps de la télévision en noir et blanc puis de la télévision en couleur qui ont précédé le passage au numérique, la Chine adhérait à la norme européenne, sans disposer de droits de propriété intellectuelle autonomes sur les technologies clés », explique Yang Zhixing. À cette époque-là, ce dernier poursuivait des recherches pour le développement de démodulateurs de réception satellite. Mais il a pressenti le potentiel de la télévision numérique. Il a compris qu'elle serait une technologie de rupture, qui représenterait bientôt un enjeu majeur pour permettre à chacun de regarder le petit écran en haute qualité.

En 1999, le Groupe de direction national pour la télévision numérique a été constitué en Chine, avec pour but d'élaborer une norme spécifique au territoire chinois. La même année, un centre de recherche spécialisé dans les techniques de télétransmission numérique a été établi à l'université Tsinghua. Yang Zhixing a d'ailleurs été nommé responsable de ce projet.

« Le numérique a véritablement révolutionné le petit écran. La qualité est bien meilleure aujourd'hui qu'avec la télévision analogique », analyse Yang Zhixing.

L'équipe de Yang Zhixing a obtenu le premier prix du progrès scientifique et technologique national en 2016.

La supériorité de la norme chinoise

Le processus de création de cette norme n'a pas été une mince affaire. Au début, 8 professeurs de l'université Tsinghua ont joint leurs efforts dans le cadre de cette mission, mais au motif d'un financement insuffisant, ils sont tous partis l'un après l'autre. Au bout du compte, il ne restait que Yang Zhixing.

Du commencement de la phase de recherche et développement en 1999 au lancement de cette norme chinoise de télévision numérique en 2006, Yang Zhixing a investi l'argent qu'il avait gagné en travaillant sur un projet de télédétection par satellite pour aboutir enfin au résultat actuel.

Actuellement, quels sont les points forts de la norme chinoise ? En guise de réponse, Yang Zhixing dessine sur un bout de papier un tableau comparatif des différences entre celle-ci et les trois autres normes. En somme, la norme chinoise repose sur un système stable, présente une grande efficacité spectrale, affiche un haut débit et couvre un large territoire.

En outre, la norme chinoise adopte le contrôle de parité de faible densité (LDPC), un nouveau code linéaire correcteur d'erreur. Imaginé par Robert Gallager, professeur américain au Massachusetts Institute of Technology (MIT) dans les années 1960, le système LDPC garantissait une correction d'erreur optimale, mais en raison de sa complexité technique, il a fallu attendre les années 1990 avant qu'il soit mis en œuvre. C'est le groupe dirigé par Yang Zhixing qui a intégré pour la première fois ce système LDPC à une norme de télévision numérique. De nos jours, les normes de deuxième génération en Europe et aux États-Unis utilisent également ce système LDPC.

En août 2006, la norme chinoise a été publiée et est devenue obligatoire à l'échelle nationale. Lors des Jeux Olympiques de Beijing en 2008, dans les 8 villes hôtes de cette compétition, dont Beijing, Shanghai et Zhuhai, cette norme a été mise à l'essai. Elle a depuis été étendue à d'autres villes et provinces chinoises. Prochainement, davantage d'investissements seront engagés afin de la généraliser dans tout le pays.

En 2006, Hong Kong a annoncé son intention d'adopter la norme européenne. Néanmoins, l'année suivante, Yang Zhixing et son groupe ont débarqué à Hong Kong, où leur norme a été expérimentée pendant six mois. Résultat : la norme chinoise a nettement surpassé celle en vigueur en Europe. Hong Kong a alors changé d'avis et a opté pour la norme chinoise. À ce jour, 70 % des téléspectateurs hongkongais en bénéficient.

Encouragé par ce succès sur le marché hongkongais, entre 2006 et 2009, Yang Zhixing, du haut de sa soixantaine bien entamée, s'est rendu, avec l'Alliance de la télévision numérique de Zhongguancun, dans quatre pays d'Amérique latine, à savoir Cuba, le Venezuela, le Pérou et l'Équateur. Il y allait si souvent qu'à la fin, il ne comptait plus ses allers-retours. « En l'espace de deux ans, j'ai accumulé tellement de points Miles sur mes cartes de fidélité Air China et Air France que j'ai reçu une carte de niveau or, même si je réservais en classe économique », plaisante Yang Zhixing.

Yang Zhixing connaît bien les plus et les moins des technologies étrangères. Il est certain de l'excellence de la norme chinoise de télévision numérique. « Il n'a pas échoué au moindre test ! » se félicite-t-il avant d'ajouter : « Parmi toutes les normes internationales, la nôtre a été reconnue supérieure par tous les pays qui l'ont testée. »

Au Venezuela, les essais locaux ont été répartis suivant cinq critères ; la norme chinoise s'est classée première dans quatre d'entre eux. Forte de ses grandes performances constantes, elle s'attire peu à peu une solide réputation à l'international.

La diffusion de technologies de pointe

La Chine manque d'expérience pour ce qui est de promouvoir son système de télévision numérique, reconnaît Yang Zhixing. Par exemple, lors de l'essai effectué au Venezuela en 2008, à la surprise générale, la norme chinoise arrivait en tête face aux autres testés ; en plus, le prix des boîtiers de réception était peu élevé, donc la norme chinoise présentait des avantages évidents. Mais à cause de facteurs humains et sous l'effet du processus d'intégration en Amérique du Sud, les pays latino-américains ont tous préféré choisir la norme japonaise, sauf Cuba.

Cet échec a bouleversé Yang Zhixing. Mais « le malheur peut être un pont vers le bonheur », dit un proverbe chinois. Deux événements heureux ont bientôt suivi. En septembre 2009 a été créé un groupe de travail composé de membres issus de huit ministères, dont la Commission nationale du développement et de la réforme ainsi que le ministère des Affaires étrangères, dans l'ambition de diffuser à l'étranger la norme chinoise de télévision numérique. À ce moment-là, cet objectif est devenu une action de rang national. Parallèlement, le Groupe de direction national pour la télévision numérique a décidé de soumettre la norme chinoise à l'UIT afin qu'elle devienne une norme internationale. Depuis, le gouvernement chinois met un point d'honneur à la propagation de celle-ci dans les pays étrangers.

En 2011, l'UIT a prêté une grande attention à la norme chinoise. Il a établi un groupe technique spécialement destiné à suivre de près le développement du système DTMB. Des représentants de 78 pays ont participé à ce groupe. Finalement, la norme chinoise a été applaudie pour ses hautes performances et a été reconnue en tant que norme internationale. Outre l'obtention de ce précieux sésame de la part de l'UIT en 2012, la supériorité de cette norme a valu à Yang Zhixing et à son groupe d'autres honneurs, notamment la plus haute récompense au Prix du progrès scientifique et technologique national en 2006.

Yang Zhixing voit la diffusion d'une norme comme une sorte de chaîne industrielle. « À la nouvelle ère économique, les normes constituent une voie d'exploration des nouveaux marchés. Dans la concurrence internationale, les normes représentent un puissant recours qui peut permettre de l'emporter sur ses adversaires. »

Parmi les quatre systèmes de première génération, la norme chinoise jouit d'une avance significative. C'est pourquoi 14 pays et régions, pour l'heure, ont adopté le système DTMB, en Asie, en Afrique et en Amérique latine, couvrant ainsi près de 2 milliards de personnes.

Selon Pan Changyong, chercheur qui travaille depuis des années à l'établissement de cette norme chinoise, « il faut distinguer deux types de produits dans la "sortie des frontières" : d'un côté, les marchandises issues de l'industrie manufacturière classique, comme les portables, les téléviseurs, les chaussures, les vêtements, etc. ; de l'autre, les produits de type "norme", qui relèvent de l'exportation de technologies de pointe.

Ces dernières années, l'Europe a lancé sa norme internationale de télévision numérique de deuxième génération, alors que Yang Zhixing et son groupe ont modernisé la norme DTMB pour passer au système DTMB-A. Désormais, il s'attend à ce qu'en 2017, avec l'initiative des Nouvelles Routes de la Soie, la chaîne industrielle du système DTMB-A s'étende rapidement et que la norme chinoise gagne du terrain à l'étranger.

+plus Rendez-vous

chine-info.com

J’aime

Suivez nous sur Facebook chine-info.com

Suivez nous sur Twitter

@chine-info.com

suivre @chine-info.com

chine-info.com

Suivez-nous sur Instagram : chineinfophotos