Suivez-nous | français

Regard sur la Chine

[Tourisme] Une nouvelle initiative chinoise : l’Alliance Mondiale du Tourisme

Je veux commenter  Kavian Royai 2017-09-14 18:53:18    Source:Chine-info.com

Cet événement, en apparence anodin, est dans la continuité de la prise de leadership générale de la Chine sur la scène internationale

C’est sûrement une des plus belles saisons pour visiter la province chinoise du Sichuan : en automne, son climat s’adoucit, sa moiteur diminue, et sur ses montagnes, les pins se couvrent d’or et de pourpre. Ce n’est pas pour rien que c’est à Chengdu, la capitale provinciale, en plein boom économique, qu’a lieu cette semaine une des réunions bisannuelles de l’Assemblée générale de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT). Lors de l’ouverture, le 11 septembre, cet organe de l’ONU, dévoué officiellement à la promotion d’un tourisme responsable, durable et accessible, a accueilli avec enthousiasme cette proposition de la Chine : la création d’une Alliance Mondiale du Tourisme. Il s’agit de réunir en une structure non-gouvernementale, à but non-lucratif, les principaux acteurs du tourisme mondial. La cérémonie qui s’est tenue mardi, a réuni 89 membres fondateurs : associations, entreprises et think-tanks du monde entier. La Chine y est représentée par pas moins de 21 entreprises, six associations, un institut de recherche et une société de média. Pour Gino Andreeta, CEO du Club MED pour la région Chine, « cette alliance va prendre la direction des développements futurs du tourisme global ».

Le tourisme mondial : 10% du PIB, 1/10 des emplois

Taleb Rifai, le Secrétaire général de l’OMT l’a bien souligné : la région Asie-Pacifique est le principal moteur du tourisme mondial, et la seconde destination la plus visitée. D’ici une dizaine d’années, l’OMT prévoit que le nombre de visiteurs devrait presque doubler, passant de 300 millions à plus de 500 millions. La Chine, quant à elle, est la 4ème destination du monde (59 millions de visiteurs, contre 82 millions pour la France, la 1ère destination). Mais les touristes chinois sont ceux qui dépensent le plus à l’étranger (218 millions d’euros, contre 34 millions pour les français, en 5ème position).

Li Jinzao, le Ministre du tourisme chinois n’a pas manqué de confirmer cette hausse : interrogé par l’agence Xinhua, il rappelle qu’en Chine pour l’année 2016, le tourisme national a généré un revenu de 4 690 milliards de yuans (601 milliards d’euros), un chiffre en hausse de 13,6% par rapport à 2015 ; le tourisme à l’international, lui, a rapporté près de 1 200 milliards de dollars (1 008 milliards d’euros), soit une hausse de 3,8%. « Si on prend un point de vue global, observe M. Li, l’accentuation des inégalités entre les pays, les tendances protectionnistes, les difficultés liées à l’environnement, les conflits régionaux, le terrorisme... Tous ces problèmes sont de plus en plus criants. Il faut reconnaître que malgré tout, l’OMT a obtenu d’excellents résultats au niveau inter-gouvernemental. Maintenant, la réalité montre que l’approche gouvernementale a aussi ses limites face à tous ces défis. » Pour M. Li, « L’Alliance Mondiale du Tourisme permettra de contribuer au développement économique, au maintien de la paix et à l’élévation du niveau de vie des populations concernées ». Quant au siège de la nouvelle structure, rien de surprenant : il a été convenu à Pékin.

Une autre plateforme d’influence

Une telle initiative de la part de la Chine n’a rien d’étonnant : elle reste dans la lignée de la prise de leadership du pays dans les domaines du commerce mondial, de l’écologie et de la coopération internationale. Elle fait suite au vide laissé par le repli sur soi des États-Unis depuis l’élection de Donald Trump. Cette stratégie s’exprime via des structures internationales classiques, mais aussi désormais de plus en plus au moyen de plateformes alternatives, comme les BRICS, l’Organisation de Coopération de Shanghai, etc... L’Alliance Mondiale du Tourisme travaillera en collaboration avec l’OMT, mais davantage liée au monde des affaires, elle fera peut-être preuve de plus de flexibilité dans son action.

En outre, elle permettra aussi d’établir des liens avec les États impliqués dans le projet des Nouvelles Routes de la soie (NRS). Pour la Chine, comme pour l’OMT, le tourisme est un levier économique permettant de pacifier des régions instables, comme au Moyen-Orient ou en Asie centrale, des régions clés pour le passage des NRS. Au delà du projet chinois, le site de voyage américain TripAdvisor, dans sa publication sur « les tendances de voyage pour les Routes de la soie 2016 », a mis en avant des résultats intéressants, après un sondage effectué auprès de 18 425 voyageurs. Positif, celui-ci montre que la plupart d’entre eux sont globalement satisfaits des expériences vécues dans les pays concernés. Plus étonnant : si 8 voyageurs sur 10 ont déjà entendu parler des Routes de la soie, plus de 40% d’entre eux seraient plus enclins à visiter ces régions si la possibilité d’un visa « Route de la soie » était ouverte. Ces tendances confirment la cohérence de l’initiative chinoise.

Une place à consolider dans le tourisme mondial

Cette décision n’est pas non plus anodine, si on la croise avec des statistiques chinoises parues cette année, et qui, excellentes en apparence, n’ont pas résisté à une analyse plus minutieuse. C’est le South China Morning Post qui a tiré le premier la sonnette d’alarme : dans un article paru le mois dernier, le journal hong-kongais montre que sans compter les visiteurs venus de Hong-Kong, Macau et Taiwan, 60% des visiteurs entrant en Chine viennent d’Asie, essentiellement du Japon et de la Corée du Sud. Sur le nombre restant, il faut encore en retrancher un gros, car beaucoup de visiteurs sont aussi des chinois vivant à l’étranger. Le nombre de touristes étrangers originaires d’autres contrées du globe et non cités ci-dessus est donc sans commune mesure avec la croissance affichée et les attentes du pays. Les avis sont partagés sur les causes : pollution, difficulté dans l’obtention du visa, crise économique mondiale de 2008, publicité peu efficace, services pas assez développés... Or, le travail de l’Alliance Mondiale du Tourisme, ce sera aussi le partage des pratiques du secteur. Sa création constitue aussi une stratégie visant à améliorer la visibilité de la Chine auprès des acteurs du tourisme, et grâce à des échanges, à enrichir aussi l’expérience des voyageurs dans le pays.

+plus Rendez-vous

chine-info.com

J’aime

Suivez nous sur Facebook chine-info.com

Suivez nous sur Twitter

@chine-info.com

suivre @chine-info.com

chine-info.com

Suivez-nous sur Instagram : chineinfophotos