Suivez-nous | français

Regard sur la Chine

[Environnement] Les expériences chinoises de la lutte contre la désertification

Je veux commenter  DONG ZHANFENG 2017-10-10 10:54:58    Source:la Chine au présent

La désertification, le changement climatique et la diminution de la biodiversité constituent les trois premiers problèmes écologiques au monde et plus largement des grands défis influant sur la survie et le développement durable de l'humanité.

Grâce à d'importantes recherches et de grands efforts accumulés pendant de nombreuses années dans la prévention de la dégradation des terres et de l'avancée du sable, la Chine a formé progressivement un mode de lutte à la chinoise contre la désertification grave et même inversé la tendance contre ce phénomène. Ainsi s'est-elle vue attribuer le prix d'argent de Future Policy Award 2017 par le Conseil pour l'avenir du monde (WFC) et la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD).

Comme la Chine est résolue à mettre en œuvre fermement la transition vers le développement vert et à promouvoir l'édification d'une civilisation écologique, il apparaîtra de plus en plus de modèles sur la lutte contre la désertification, qui serviront tous d'expériences utiles au monde.

Le désert de Huangyangtan en 2001 avant son aménagement, à Xuanhua dans le Hebei

Huangyangtan en 2016, qui est devenu un parc écologique après des travaux d'aménagement

Croissance zéro de la dégradation des sols

En Chine, pays vulnérable à la désertification et au changement climatique, les terres désertifiées représentent 27 % de la superficie totale du territoire ; 18 provinces, régions autonomes et municipalités relevant directement de l'autorité centrale sont atteintes par la désertification, affectant plus de 400 millions de personnes ; la désertification et la dégradation des terres sont devenues les plus graves menaces écologiques auxquelles fait face la Chine, provoquant une perte économique directe de 120 milliards de yuans chaque année. Très sensible à la lutte contre la désertification et l'avancée du sable, le gouvernement chinois augmente chaque année son financement à cette cause et encourage l'exploration des modes de lutte contre la dégradation des terres et l'avancée du sable dans toutes les régions selon leurs conditions locales. Grâce aux efforts de toutes les parties, la Chine est passée du « constat que le sable avance et l'homme recule » à l'inverse, et a été la première à réaliser l'objectif d'un taux de croissance zéro de dégradation des sols élaboré dans l'Agenda 2030 pour le développement durable de l'ONU.

La Chine a obtenu des résultats remarquables dans la lutte contre la désertification depuis de nombreuses années. Selon les précédentes données issues des observations nationales de la désertification et de l'avancée du sable, les terres désertifiées et les terres ensablées s'étendaient avant l'an 2000. Avant 1994, chaque année, les terres ensablées se sont accrues de 2 460 km² puis de 3 436 km² entre 1995 et 1999 ; dans la même période, les terres désertifiées ont recouvert 10 400 km² chaque année. Mais depuis le début des années 2000, la situation a changé. De 2000 à 2004, les terres ensablées et les terres désertifiées ont diminué respectivement de 1 283 km² et de 7 585 km² chaque année. Selon la cinquième et dernière observation nationale, en 2014, les terres ensablées ont connu une diminution plus rapide, avec une réduction de 1 980 km² ; la désertification et l'avancée du sable se sont atténuées davantage, les terres extrêmement désertifiées et ensablées diminuant respectivement de 5,03 % et de 7,90 % par rapport à 2009. En outre, l'érosion éolienne du sol sableux et les jours de poussière de sable dans l'est du pays ont nettement diminué. Jusqu'en 2014, la Chine a effectivement traité 203 700 km² de terres ensablées, soit 38,4 % des terres ensablées aménageables.

Un mode d'aménagement scientifique

Le gouvernement chinois considère la lutte contre la désertification comme un programme majeur pour la sécurité écologique du pays et la lutte contre le changement climatique, et attache une grande importance à la conception globalisée. À cette fin, le gouvernement chinois a incorporé la lutte contre la désertification dans le plan national de développement économique et social, et a mis en place des mesures importantes dont China's Agenda 21. En 1994, le gouvernement a créé le Groupe de coordination de la lutte contre la désertification de la Chine, et des groupes similaires ont été aussi formés dans les provinces et les villes gravement touchées par la désertification.

L'édification de la législation sur la lutte contre la désertification a été renforcée. La Loi sur la lutte contre l'envahissement du sable, entrée en vigueur en 2002, stipule nettement les responsabilités à assumer par les départements et services concernés dans la lutte contre la désertification. Dans ce cadre, l'administration forestière est chargée de l'organisation, de la coordination et de la direction, tandis que d'autres administrations en charge de l'agriculture, de l'eau, de la terre et de la protection de l'environnement travaillent conformément à leurs responsabilités respectives. C'est la première loi générale au monde consacrée à la lutte contre la désertification. En outre, la Loi sur la protection de l'environnement, la Loi sur la conservation des eaux et du sol, la Loi sur les forêts et la Loi sur la gestion foncière contiennent aussi des dispositions sur la lutte contre l'envahissement du sable et la dégradation des sols.

Dans le même temps, le gouvernement a lancé une série de politiques préférentielles en matière de financement, de dégrèvement, de crédit et de protection des droits et intérêts pour soutenir la lutte contre la désertification. Par exemple, l'adjudication des montagnes, vallées, terres ensablées et champs arides, qui autorise de « reboiser et gérer, en profitant des bénéfices », ainsi que la subvention aux forêts à valeurs écologiques. Toutes ces mesures vont dans le sens d'un encouragement à la participation de divers milieux sociaux dans la lutte contre la désertification.

Des plantes psammophiles sont cultivées à la lisière sud du désert de Tenggeli, dans le Gansu, en avril 2017.

Mettant l'accent sur l'innovation technologique, la Chine a inclu la lutte contre la désertification dans le programme d'État concernant la solution des problèmes scientifiques et techniques clés, et promu la coopération entre les établissements de recherche scientifique et d'enseignement et les entreprises pour une innovation coordonnée dans les technologies industrielles. Pour cela, ont été lancés des projets de recherche dont « Recherche et démonstration des technologies clés sur la prévention de l'envahissement du sable et son traitement », des techniques pratiques ont été mises au point et diffusées, dont celle du traitement rapide des sables mouvants et de restauration de la végétation, et des projets, points focaux et zones pilotes ont été mis en place.

Des programmes de grande ampleur ont été appliqués pour promouvoir, étape par étape, la lutte contre la désertification dans les zones touchées par l'envahissement du sable. Notamment, le Programme de rideaux-abris des trois régions du Nord (Nord-Ouest, Nord et Nord-Est) lancé en 1978, le Programme de lutte contre l'envahissement du sable démarré en 1991, le Programme de traitement des foyers de vent de sable affectant la région Beijing-Tianjin entrepris en 2001, ainsi que d'autres programmes de reconversion des terres cultivées en forêts ou de mise en jachère de pâturages. Le Programme de rideaux-abris des trois régions du Nord (PRTRN) est le plus grand projet de construction écologique au monde, qui dépasse en matière d'ampleur et de vitesse de développement le projet Shelterbelt américain et le Barrage vert des cinq pays d'Afrique du Nord. Le PRTRN s'étend de 1978 à 2050, avec un investissement prévu à hauteur de 57,8 milliards de yuans, une couverture sur 559 districts des 13 provinces et municipalités relevant directement de l'autorité centrale. Jusqu'en 2015, dans le PRTRN, la surface reboisée a atteint 29,1853 millions d'hectares, le taux de couverture forestière étant passé de 5,05 % en 1977 à 12,4 %, le volume de bois de 720 millions de m3 à 1 440 millions.

Dans le même temps, le gouvernement encourage également les régions touchées par l'envahissement du sable à explorer, selon les conditions locales, des méthodes de traitement ainsi que le développement coordonné de la lutte contre l'envahissement du sable avec l'industrie du sable. Le mode de fixation du sable pour des chemins de fer mis au point à Shapotou de Zhongwei dans le Ningxia, la technique d'irrigation à faible consommation d'eau à Minqin dans le Gansu, sont déjà devenus des références d'innovation et d'adaptation aux contraintes de leurs environnements. La superficie de l'industrie du sable dans le Ningxia a dépassé 133 000 ha, avec une valeur de production de plus de 3,5 milliards de yuans. Le désert de Kubuqi, à Ordos en Mongolie intérieure, qui est le 7e plus grand désert en Chine, a été reboisé pour un tiers grâce aux efforts du gouvernement local et du groupe Elion. Les jours de poussière de sable ont été réduits de 95 %, et la vie des 100 000 habitants s'est grandement améliorée. Par tête, les revenus annuels des bergers, qui étaient de moins de 2 000 yuans, ont augmenté jusqu'à environs 10 000. Enfin, la zone écologique du désert de Kubuqi a été élue « zone pilote de l'économie écologique » dans les déserts du monde en 2014 par le Programme des Nations Unies pour l'environnement.

Promouvoir le partage d'expériences

La désertification est un défi commun à l'échelle mondiale et non un problème local ou régional. Il faut donc que tous les pays travaillent ensemble pour espérer aboutir à la solution du problème.

La Chine a toujours activement rempli ses obligations vis-à-vis de la convention mondiale sur l'environnement et mis en œuvre la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification. Dans la longue lutte contre la désertification, la Chine a mis au point une série de techniques clés de gestion écologique, exploré beaucoup de méthodes de contrôle de l'envahissement du sable. En particulier, des expériences ont été accumulées dans la combinaison entre la réduction de la pauvreté et la lutte contre la désertification, le développement de l'économie verte, la création de la chaîne des industries spécifiques dans les zones touchées par l'envahissement du sable. La Chine peut donc partager ses expériences en la matière avec le reste du monde et apporter sa sagesse dans la lutte contre la désertification dans le monde. En même temps, la Chine, qui fait face à divers défis de la désertification, devra plus s'engager dans la coopération internationale et apprendre et acquérir les expériences d'autres pays en la matière.

En tant que grand pays responsable, la Chine devra jouer le rôle moteur dans la lutte contre la désertification du monde et travailler avec d'autres pays face au changement climatique.

Premièrement, il s'agit d'approfondir la coopération et de renforcer les capacités de la lutte contre la désertification le long des Nouvelles Routes de la Soie. Les Nouvelles Routes de la Soie sont aussi une voie de développement vert. Avec les pays et régions riverains gravement touchés par la désertification, notamment les pays d'Afrique, du Moyen-Orient et d'Amérique latine, la Chine peut faire de la coopération sous diverses formes : intergouvernementale, industrielle ou non gouvernementale. Des plates-formes pilotes de transfert de techniques et de R&D conjoint pourront être établies pour populariser les techniques chinoises dans la lutte contre l'envahissement du sable et les modes de développement économique des zones touchées par le sable vers le monde extérieur.

Deuxièmement, la Chine peut développer la coopération bilatérale ou multilatérale avec des pays concernés pour partager les techniques de lutte contre la désertification, à travers des plates-formes et mécanismes tel que le Forum sur la coopération sino-arabe, le Forum sur la coopération sino-africaine, le Forum international de Kubuqi sur le désert.

Troisièmement, il convient de renforcer la coordination régionale avec les pays voisins dont la Mongolie et la Corée du Sud pour promouvoir la mise en œuvre du développement durable au niveau régional et développer la capacité de la coopération régionale dans la lutte contre la désertification.

﹡DONG ZHANFENG est directeur adjoint de l'Institut de planification de l'environnement du ministère de la Protection de l'Environnement. (Article publié le 4 septembre sur le site China.org.cn)

+plus Rendez-vous

chine-info.com

J’aime

Suivez nous sur Facebook chine-info.com

Suivez nous sur Twitter

@chine-info.com

suivre @chine-info.com

chine-info.com

Suivez-nous sur Instagram : chineinfophotos