Suivez-nous | français

Regard sur la Chine

[Culture] De la verdure sur les toits Chine

Je veux commenter  FRANÇOIS DUBÉ 2017-10-25 07:13:51    Source:la Chine au présent

Une révolution verte se prépare sur les hauteurs des grandes villes chinoises permettant aux citadins d'assainir l'air et de redécouvrir les joies du jardinage.

Sheng Xiuqi sur son « château écologique » à Yiwu, dans la province du Zhejiang

Certains changements sont difficiles à percevoir sur le plancher des vaches. Mais à vol d'oiseau, ils se révèlent plus clairement : que ce soit à Beijing, Shanghai, Guangzhou ou dans d'autres métropoles chinoises, les toits des villes délaissent les tons de bruns et de gris pour embrasser celui du vert.

En effet, à court d'espace au sol, les urbanistes chinois se tournent de plus en plus vers les toits pour donner aux résidents des grandes villes de Chine un peu de verdure. Cette campagne pour verdir les toits vise non seulement à assainir l'air et réduire le smog, mais aussi à faire baisser les températures dans les centres urbains et à donner aux habitants des espaces pour redécouvrir la joie du jardinage.

Maximiser l'espace urbain pour améliorer la qualité de vie : voilà le défi que l'urbanisme chinois se propose désormais de relever.

Les « jardins aériens » de Xi'an, capitale du Shaanxi, ont dépassé un million de mètres carrés, le 15 août 2016.

Un mouvement massif

À elle seule, la ville de Shanghai a annoncé ses plans de conversion en zones vertes plus de 2 millions de mètres carrés de toit d'ici la fin de 2020, soit l'équivalent de la superficie de Monaco.

Dans l'arrondissement Jing'an des centaines d'arbres à fleurs ont été plantés sur les toits des immeubles de bureaux. Les travailleurs peuvent non seulement s'y promener et jouir d'un espace de fraîcheur verdoyant pendant leurs pauses, mais également y cueillir des cerises et des pêches, et même certains légumes.

Li Xiangmao, l'un des ingénieurs en charge du projet à Shanghai, explique que le principal défi dans sa mise en œuvre n'est pas technique, mais bien de négocier avec les propriétaires des immeubles.

« Nous devons prendre en compte les tuyaux d'aération et différents types de fils électriques. Il nous a fallu beaucoup de temps pour négocier avec les gestionnaires des immeubles, qui s'inquiètent de la pression sur le toit et des éventuelles fuites d'eau », dit-il.

Le projet vise également à ajouter des plantes grimpantes sur les murs extérieurs et sur les piliers des autoroutes. Selon Li, cela aura un effet bénéfique non seulement sur l'air, mais aussi pour contrer les chaleurs des canicules estivales, avec des températures atteignant des niveaux parfois insupportables.

« Avec des plantes couvrant les murs extérieurs ou le toit, les bâtiments sont plus frais, ce qui signifie aussi moins de climatisation. Les jardins pourront aussi absorber davantage de précipitations, ce qui réduira également la poussière et augmentera l'humidité. »

Selon les autorités d'urbanisme et de météorologie de Chine, de tels jardins en hauteurs – bien que moins efficaces que des zones vertes au sol – peuvent réduire la consommation d'énergie de 6 millions de kWh, retenir 920 000 tonnes d'eau de pluie et absorber 170 tonnes de polluants atmosphériques chaque année.

La campagne près de chez soi

Pour les résidents, de tels jardins sur les toits sont aussi une occasion de redécouvrir les joies du jardinage sans avoir à se rendre en campagne. Dans bien des cas, les espaces verts sont mis à profit en y plantant des arbustes pouvant produire des fruits, des légumes et des fleurs.

Certains résidents n'ont d'ailleurs pas attendu les campagnes officielles de verdissement avant de se lancer eux-mêmes dans la réclamation de ces espaces inutilisés. À Beijing, il n'est pas rare pour les résidents de faire pousser différentes plantes comme de l'ail, du persil, des tomates, des échalotes directement sur les toits des immeubles ou dans les balcons.

« Depuis que j'ai commencé à jardiner sur le toit de ma tour, mon fils a pu voir comment il est difficile de faire pousser des légumes et des fruits. Cela le conscientise à ne pas gaspiller la nourriture, et aussi à mieux s'alimenter », dit Hun Jianjun, qui cultive un petit lopin de quelques mètres carrés où poussent des carottes, de la laitue et des oignons.

Pour la capitale, le verdissement des toits est également une méthode additionnelle pour contrer la pollution atmosphérique. Selon Tan Tianying, président de l'Association pour les toits verts de Beijing, si l'ensemble des toits de la capitale était couvert de végétation, ils absorberaient au minimum 4,835 tonnes de dioxyde de carbone par jour, ce qui réduirait la concentration de PM 2,5 dans l'air.

Bien que tous les toits ne conviennent au verdissement, le potentiel à Beijing reste énorme. Selon Tan, la superficie potentielle de toit vert à Beijing est d'environ 100 millions de mètres carrés. Actuellement, seulement 2 % de cette surface est verte.

Une construction écologique ambitieuse

Les toits verts qui poussent dans les grandes villes ne sont en fait que la pointe de l'iceberg. La Chine se propose de construire 285 « villes écologiques » au cours des prochaines années. Selon Wade Shepard, un urbaniste basé en Chine, il ne s'agit pas d'une mode, mais d'une véritable tendance de fond.

« Cela a débuté par des tests expérimentaux localisés, pour ensuite évoluer vers un véritable mouvement. 80 % de toutes les villes au niveau des préfectures ont maintenant au moins un projet d'écoville, et on estime que dans un proche avenir, plus de 50 % des nouveaux développements urbains de la Chine porteront des étiquettes telles qu'“écologique”, “vert”, “bas carbone” ou “intelligent” », écrit-il.

Une ville écologique est un mode de développement urbain s'appuyant sur une vision holistique et visant à minimiser le gaspillage des ressources et l'impact sur l'environnement, selon Austin Williams, professeur à l'université Jiaotong-Liverpool de Xi'an, qui a visité une douzaine de ces villes écologiques. Étant donné l'absence de certification en la matière, leur nature « écologique », bien que difficilement identifiable, peut s'incarner dans une multitude d'aspects, comme un ratio plus élevé d'espaces verts, un système de transport plus efficace et intégré, l'utilisation d'énergie renouvelable, un plus grand ratio de bâtiments verts, etc.

Dans un pays comme la Chine, où le processus d'urbanisation est inégalé dans l'histoire humaine, autant en termes de nombre absolu que de vitesse, ce « tournant vert » est plus que nécessaire. Depuis 1949, 600 nouvelles villes ont été créées, et si les prévisions du pays s'avèrent justes, l'équivalent de la population de Marseille devrait s'urbaniser chaque mois d'ici 2030.

Or, cette course à l'urbanisation a entraîné des conséquences bien visibles, notamment une chute de la qualité de l'environnement en milieu urbain. Ce tournant résolu des autorités vers une construction écologique reflète donc un changement de mentalité chez la population : si les générations précédentes étaient prêtes à ignorer bien des choses au nom du développement économique, la population d'aujourd'hui est beaucoup plus encline à exiger un environnement sain et viable.

+plus Rendez-vous

chine-info.com

J’aime

Suivez nous sur Facebook chine-info.com

Suivez nous sur Twitter

@chine-info.com

suivre @chine-info.com

chine-info.com

Suivez-nous sur Instagram : chineinfophotos