Suivez-nous | français

Regard sur la Chine

La liberté religieuse en Chine

Je veux commenter  CHRISTOPHE TRONTIN 2017-11-08 04:38:25    Source:la Chine au présent

Crédit photo: CNS

« Pour ceux qui croient, aucune preuve n'est nécessaire. Pour ceux qui ne croient pas, aucune preuve n'est possible », disait l'économiste américain Stuart. Considérez le sujet de la pratique religieuse en Chine. La presse occidentale en est convaincue, la Chine est l'un des pays les plus intolérants en matière religieuse et un des plus répressifs en matière de liberté de conscience. Chercher des preuves ? À quoi bon !

On lira ainsi avec une curiosité d'entomologiste cet article de Claire Lesegretain, dans La Croix, qui cite des passages d'un rapport chinois sur la liberté de culte pour laisser ses lecteurs imaginer une réalité effrayante. Mêmes sous-entendus effrayants dans cet article de La Vie qui titre L'année noire de la persécution religieuse ? Le magazine récapitule les griefs, pourtant véniels à bien y regarder, formulés par des témoins bien entendu anonymes. « Destructions de lieux de culte illégaux », « ingérence de l'État dans les affaires internes des communautés religieuses », « pressions », les exemples vagues que l'on rencontre ça et là dans l'article ne justifient pas vraiment le terme sensationnaliste de « persécution. »

La politique religieuse de la Chine découle en réalité d'un principe limpide : la religion est une affaire de croyance personnelle qui ne doit pas se transformer en mouvement politique, en revendication identitaire ou territoriale. C'est de cette laïcité pragmatique que découlent les interventions de l'État qui ferme des églises clandestines, lutte contre le terrorisme à prétexte religieux ou démantèle des trafics illégaux sous couvert de religion. C'est facile de le constater, les croyants sont libres de pratiquer pacifiquement leur religion. Autour des mosquées, des églises, des temples bouddhistes, ils sont des dizaines se masser, les jours de culte, des centaines les jours de fête religieuse. Le commerce religieux est lui aussi autorisé, en témoignent les innombrables boutiques ethniques qui proposent des objets de culte propres à telle ou telle croyance. Encens, images pieuses, vêtements traditionnels, cierges, amulettes et statues à l'image de la Vierge ou de Vishnu sont ainsi diffusés à des millions d'exemplaires dans tout le pays, alimentant un commerce que l'on imagine florissant. Un peu partout, des marchés et des restaurants proposent des mets adaptés aux exigences religieuses des croyants.

L'État chinois n'impose pas de croyance et ce n'est pas la moindre de ses qualités. Cette liberté garantit à tous, selon des critères impartiaux, le droit de croire et de pratiquer sa religion. Les enfants chinois échappent ainsi au prosélytisme agressif des religions majoritaires que l'on observe dans la plupart des pays démocratiques. De quelle liberté religieuse se prévalent le prêtre qui baptise ou le rabbin qui circoncit le nouveau-né inconscient des engagements qu'on prend à sa place ? De quel droit l'Église mormone baptise-t-elle en masse des citoyens de tous les pays et de toutes religions pour les porter contre leur gré dans ses registres ?

Même dans les pays comme les États-Unis ou la France où la séparation de l'Église et de l'État est gravée dans le marbre de la Constitution, la majorité démocratique tend à exercer un favoritisme religieux et une discrimination de fait qui attisent les rancœurs. On se rappelle la controverse qui secoua ce pays où les élus jurent sur la Bible, lorsqu'un musulman demanda à jurer sur le Coran. On voit, dans cet autre pays à la laïcité sourcilleuse, la police vestimentaire verbaliser d'innocentes porteuses de voile. Sans compter mille vexations quotidiennes qui se produisent loin des micros et des caméras.

Laïcité hypocrite où l'État, soi-disant séparé de la religion, sensément respectueux de la diversité religieuse de ses citoyens, continue de favoriser les uns au nom de la coutume et de discriminer les autres au nom de l' « intégration ». En France, une laïcité mesquine veut garantir à tous le droit imprescriptible de caricaturer le prophète, alors qu'elle punit sévèrement la moindre allusion susceptible d'être interprétée comme antisémite.

Bien des pays gagneraient à s'inspirer de la laïcité tranquille qui règne en Chine.

Ce qui est drôle lorsqu'on vit en Chine, c'est de voir à quelles contorsions la presse démocratique est prête à se livrer lorsqu'elle raconte ce pays. Pas de bonnes nouvelles de ce côté du globe, et toute info est systématiquement tordue dans le sens le plus pessimiste possible. Bien sûr, certains thèmes demandent plus d'agilité que d'autres et parfois, des prouesses sémantiques qui vous laissent pantois...

A lire aussi:

+plus Rendez-vous

chine-info.com

J’aime

Suivez nous sur Facebook chine-info.com

Suivez nous sur Twitter

@chine-info.com

suivre @chine-info.com

chine-info.com

Suivez-nous sur Instagram : chineinfophotos