Suivez-nous | français

Regard sur la Chine

La revitalisation rurale par le développement intégral

Je veux commenter  ZHANG LIJUAN 2018-03-13 04:38:59    Source:La Chine au présent

Le 1er novembre 2017, une employée s’occupe des fleurs dans le jardin

d’horticulture Hua Zhong Hua, situé dans la zone d’exploitation du district

de Hai’an, dans la province du Jiangsu.

Le 4 février dernier, le Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et le Conseil des affaires d’État ont co-publié l’Avis sur la mise en œuvre de la stratégie de revitalisation rurale, qui oriente les activités du gouvernement concernant les « trois questions rurales » (ou sannong), à savoir l’agriculture, les zones rurales et les paysans. Il s’agit du Document N°1 de 2018, expression qui désigne le tout premier texte émis par le Comité central du PCC chaque année. C’est le 20e de ce type à paraître émis depuis l’amorce de la mise en œuvre de la réforme et de l’ouverture il y a quarante ans et le 15e depuis l’entrée dans le nouveau siècle.

Ce Document central N°1 de 2018 expose le plan stratégique pour accélérer la modernisation de l’agriculture et du monde rural, tout en suivant la voie du socialisme à la chinoise. Comme le souligne l’Avis de 2018, les « trois questions rurales » constituent des sujets fondamentaux pour l’économie nationale et la vie du peuple. En l’absence d’une modernisation de l’agriculture et des zones rurales, la modernisation du pays sera impossible. Il est donc indispensable de mettre en œuvre cette stratégie en Chine pour résoudre la contradiction entre l’aspiration croissante de la population à une vie meilleure et le développement déséquilibré et insuffisant du pays, réaliser les deux objectifs centenaires : construire une société de moyenne aisance (centenaire du PCC) et édifier un pays socialiste moderne (centenaire de la RPC).

La stratégie de revitalisation rurale servira de levier général pour traiter efficacement les « trois questions rurales » dans la nouvelle ère. L’Avis appelle tous les membres du PCC, du pays et de la société à unir leurs forces pour promouvoir la modernisation intégrale de l’agriculture, le progrès tous azimuts dans les zones rurales et le développement global parmi les paysans, en mettant en jeu une détermination plus grande, des objectifs plus précis et des mesures plus vigoureuses. En effet, la revitalisation rurale implique non seulement le développement économique des villages, mais couvre également bon nombre d’autres aspects, comme la politique, la culture, la société et l’écologie dans les régions rurales.

D’après les objectifs fixés dans l’Avis, d’ici 2020, la revitalisation rurale devrait connaître d’importants progrès, qui traceront les contours du cadre institutionnel et du système politique afférents. D’ici 2035, des progrès décisifs en la matière devraient être réalisés, jetant dès lors les bases de la modernisation agricole et rurale. D’ici 2050, le milieu rural devrait être redynamisé à tous points de vue au fil du renforcement de l’agriculture, de l’embellissement des zones rurales et de l’enrichissement des paysans.

Le 22 décembre 2017, une employée sélectionne les jeunes plants de mauvaise

qualité dans une usine de culture du village de Dongbei, dans le bourg de

Dainan, près de la ville de Xinghua, (province du Jiangsu).

Une agriculture moderne adaptée aux conditions locales

L’agriculture est la clé pour réaliser le développement auquel aspirent les régions rurales. Mais, l’enjeu primordial est de mettre à niveau l’agriculture en garantissant des avantages réels aux paysans. La revitalisation rurale doit alors être soutenue par des industries florissantes, dont la prospérité repose sur les petits producteurs et les coopératives agricoles, sans oublier une variété d’autres entités commerciales de forme nouvelle, y compris les entreprises leaders dans l’industrialisation agricole.

En 2011, six agriculteurs et dix-huit céréaliculteurs compétents du village de Houhou à Xingyang (province du Henan) ont créé la coopérative professionnelle Xintiandi et ont mis en place un « atelier sur les facteurs de production agricoles » dans 50 villages à Xingyang, afin de fournir aux agriculteurs locaux des services socialisés à tous les maillons du processus de production des céréales, dont les ressources, les technologies, les machines agricoles et le stockage. Dans le même temps, en collaboration avec une trentaine de minoteries, une vingtaine d’usines de fourrage et l’usine pharmaceutique Zhongjing de Wanxi, cette coopérative garantit des transactions d’achat régulières aux agriculteurs affiliés, qui peuvent donc être rassurés.

À l’heure actuelle, la coopérative Xintiandi rassemble 203 membres. Et dans son sillage, elle a conduit 12 000 paysans de sept bourgs ruraux alentour à mutualiser leurs cultures de blé, maïs et autres aliments, ce qui leur permet de produire annuellement plus de 50 000 tonnes de céréales sur leurs 50 000 mu (1 mu = 1/15 ha) de terres.

Dans le village de Dongwangzhuang à Tengzhou (province du Shandong), le sol n’était pas des plus fertiles. Par conséquent, nombreux étaient les agriculteurs locaux à partir ailleurs chercher du travail, laissant les parcelles totalement à l’abandon. Afin de favoriser le développement agricole local, en 2010, la coopérative d’approvisionnement et de vente de Tengzhou a décidé d’adopter un modèle de « tutelle foncière » inspiré du fonctionnement des actions boursières : les agriculteurs sont devenus actionnaires en transférant leurs 1 050 mu de terres dans le capital de la coopérative ; le bourg de Xigang (dont le village de Dongwangzhuang est sous la juridiction) a effectué un apport en numéraire de 420 000 yuans ; le village a acquis des parts en 61 mu de terres qui n’étaient pas prises en charge forfaitaire par les familles, et des installations agricoles apportées par l’optimisation des ressources. En complément des bénéfices garantis à un montant minimal de 900 - 1 000 yuans qu’ils empochent pour chaque mu, les agriculteurs membres peuvent se partager les dividendes. À présent, toutes les parcelles de la terre du village sont sous une tutelle totalement institutionnalisée qui rapportent, chaque année, des revenus en hausse d’environ 100 000 yuans à la coopérative, et des salaires en hausse de 2,36 millions de yuans aux agriculteurs.

De nos jours, à l’instar de la coopérative d’approvisionnement et de vente de Tengzhou, Xintiandi déploie ses activités à large échelle dans nombre de grandes provinces agricoles du pays, avec des résultats positifs à tous les niveaux : augmentation de la production, hausse des revenus des agriculteurs et gains récoltés par la coopérative.

La technologie : solution de maximisation des revenus

Les produits du secteur primaire (qui englobe l’agriculture) sont généralement peu rémunérateurs. Par conséquent, la meilleure solution des paysans pour obtenir des revenus plus élevés consiste à augmenter la valeur technologique dans l’agriculture pour faire gonfler la valeur ajoutée des produits agricoles.

Li Yusheng, directeur général de Hainan WanZhong Co., Ltd., travaille dans la filière agricole depuis 21 ans. Mais il y a huit ans, il a eu une révélation quand il a découvert que plus de 95% des ananas cultivés sur le territoire chinois étaient des variétés bas de gamme originaires de Bali. À ce moment-là, il a décidé de s’intéresser davantage au marché des ananas. Après des années de recherche et en collaboration avec une équipe universitaire spécialisée dans les technologies, Li Yusheng a développé tout un ensemble de techniques assez avancées pour la culture des ananas, comprenant l’irrigation, la fertilisation, la culture et la pousse des jeunes plants. Avec le soutien de Nongfadai, une plateforme de services financiers dédiée spécifiquement aux projets agricoles, les ananeraies de Li Yusheng ont atteint en seulement deux ans une superficie de 3 000 mu, rapportant plus de 50 millions de yuans. Sa réussite est telle qu’il détenait, à un moment donné, plus de 90 % des parts du marché national haut de gamme des ananas.

Aujourd’hui, on observe un effet de cluster à Hainan, avec un regroupement industriel se dessinant autour des champs d’ananas de Li Yusheng. Ainsi, la normalisation et la modernisation technique dans cette filière forment une industrie de haute qualité et au développement durable. D’ailleurs, rien que pour ses plantations d’ananas, Li Yusheng emploie annuellement un millier de travailleurs.

Désormais, Li Yusheng cherche à relier tout le parc agricole à l’autoroute et à y rehausser le niveau des installations matérielles. Il prévoit également d’y construire des usines agroalimentaires, d’accroître les revenus tirés des produits agricoles, ainsi que d’encourager toujours plus le développement intégré des secteurs primaire, secondaire et tertiaire pour la culture des ananas dans le district de Ledong (province de Hainan) où il est basé.

« Pour garantir la prospérité, il est urgent de sortir du modèle de l’agriculture isolée et de développer de manière intégrée les trois grands secteurs économiques, afin de rendre le travail de la terre lucratif. Cela entraînera une revalorisation régulière du salaire des agriculteurs, renforcera la cohésion des organisations rurales de base, transformera les campagnes chinoises en jardins luxuriants comme en rêve le peuple et réalisera ainsi une modernisation rurale dans la nouvelle ère », a expliqué Kong Xiangzhi, professeur à l’École d’agriculture et de développement rural de l’université Renmin de Chine.

Aide en retour de l’industrie à l’agriculture

Renlaotun, dans le district de Dongming (province du Shandong), est un village de tradition agricole, assez pauvre en industries. Cependant, ces dernières années, l’e-commerce via le site Taobao a pris un essor dans le village. Il aura suffi d’une étincelle pour allumer un grand feu... En 2015, Zhu Yongjin, un habitant du village, a mis en vente sur Internet les tableaux ornementaux qu’il peint. À sa grande surprise, il a constaté que ces produits marqués d’une forte empreinte locale séduisaient de nombreux clients. Petit à petit, il a commencé à vendre en ligne diverses spécialités locales, telles que des broderies du Shandong, des pastèques, des œuvres de papier découpé et des produits agricoles. C’est ainsi que Zhu Yongjin est devenu le premier vendeur e-commerce du village. Sa boutique en ligne sur Taobao a enregistré un nombre croissant de commandes, avec un montant des ventes grimpant en flèche. En 2016, Zhu Yongjin a fondé sa propre société de vente en ligne. Il a également établi le Centre de services d’e-commerce de Dongming et le Centre de services de livraison express de Dongming.

À présent, le village de Renlaotun héberge 72 boutiques en ligne, qui emploient 150 employés et affichent un chiffre d’affaires annuel de 20 millions de yuans.

« Dans notre progression pas à pas vers une agriculture moderne, nous devons prêter attention à plusieurs points. Premièrement, il convient d’augmenter la valeur technologique dans l’agriculture, en cultivant les ressources existantes et en en créant de nouvelles. Deuxièmement, il faut renforcer la construction d’une agriculture intelligente. Troisièmement, il importe de lier plus étroitement le secteur agricole à la finance moderne », a fait remarquer Jiang Chun, secrétaire du comité du Parti pour l’Université d’agriculture de l’Anhui. Et d’ajouter : « Dans le passé, les capitaux ont circulé des zones rurales vers les zones urbaines. Maintenant, suite au développement qu’a connu notre pays, c’est au tour des villes d’apporter un soutien en retour aux campagnes et à l’industrie d’apporter un soutien en retour à l’agriculture, pour donner lieu à un développement combiné rural-urbain ».

« Ce nouveau concept de développement baptisé revitalisation rurale vise à répondre aux défis posés par le fossé actuel ville-campagne et le retard relatif de la modernisation agricole vis-à-vis du développement industrialisé, informatisé et urbanisé », a décrit Wang Julu, président de l’Association de recherches sur la construction d’une société chinoise aisée. Le développement de l’agriculture moderne favorisera inévitablement le développement intégré des trois grands secteurs économiques ainsi que le développement combiné rural-urbain. »

*ZHANG LIJUAN est journaliste pour China Report.

+plus Rendez-vous

chine-info.com

J’aime

Suivez nous sur Facebook chine-info.com

Suivez nous sur Twitter

@chine-info.com

suivre @chine-info.com

chine-info.com

Suivez-nous sur Instagram : chineinfophotos