Suivez-nous | français

Regard sur la Chine

L’initiative « la Ceinture et la Route » contribue à l’équilibre commercial sino-européen

Je veux commenter  YAO LING 2018-06-08 08:46:52    Source:la Chine au présent

Le Centre de commerce et d'innovation pour la coopération Chine-Europe à Chengdu a pour objectif de servir de plate-forme pour les échanges commerciaux, les investissements et les coopérations technologiques entre l'Ouest de la Chine et l'Europe.

Promouvant la paix, la coopération, le développement et le gagnant-gagnant, l'initiative « la Ceinture et la Route », qui est axée sur l'ouverture, vise à accélérer la globalisation économique ainsi que la libéralisation et la facilitation du commerce pour réaliser le développement commun des pays concernés. En automne 2013, le président chinois Xi Jinping a lancé successivement les propositions de « la ceinture économique de la Route de la Soie » et de « la Route maritime de la Soie du XXIe siècle », qui ont obtenu une réponse positive et une forte adhésion de la part des pays européens.

Au mois d'octobre 2015, 14 pays membres de l'Union européenne (UE) sont devenus des membres fondateurs de la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures (BAII), un événement emblématique de la coopération Chine-UE dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route ». La même année, le 17e sommet Chine-UE et le 4e sommet Chine-PECO (pays d'Europe centrale et orientale), ont permis de concrétiser, dans trois domaines, la construction commune de « la Ceinture et la Route » entre la Chine et l'UE. Premièrement, une fusion a été établie entre l'initiative « la Ceinture et la Route » et la stratégie de développement européen ; deuxièmement, entre la coopération internationale de la Chine en matière de capacité de production et le Plan d'investissement européen ; et troisièmement, entre le mécanisme de coopération 16+1 Chine-PECO et la coopération globale Chine-UE. Grâce à l'initiative « la Ceinture et la Route », le commerce sino-européen a réussi à sortir de la récession : le commerce de marchandises a battu un nouveau record et le commerce des services se développe très rapidement.

Une confiance mutuelle

L'UE est le premier partenaire commercial de la Chine, et la Chine est le deuxième partenaire commercial de l'UE. Suite à la réalisation des trois fusions susmentionnées, le commerce bilatéral sino-européen occupe une place plus importante dans le commerce extérieur des deux parties ; pour l'Europe, il a une importance tout à fait remarquable. D'après les données des Douanes chinoises, le volume du commerce bilatéral Chine-UE était de 616,92 milliards de dollars en 2017, et sa proportion dans le commerce extérieur de la Chine est passée de 13,4 % en 2013 à 15 % en 2017. Selon les statistiques d'Eurostat, en 2017, le commerce sino-européen, d'une valeur de 573,02 milliards d'euros, représentait 15,3 % du commerce extérieur de l'UE, soit une hausse de 3 points par rapport à 2013 (tableau 1).

Un développement plus équilibré

On constate un rééquilibre du développement du commerce sino-européen dans trois domaines principaux. Premièrement, sur les cinq dernières années, l'augmentation des importations chinoises en provenance de l'UE était supérieure à ses exportations vers l'UE. Entre 2013 et 2017, les importations chinoises en provenance de l'UE ont connu une augmentation annuelle de 3,4 %, tandis que le chiffre de ses exportations vers l'UE était de 2,3 %. Aujourd'hui, le commerce bilatéral Chine-UE commence à se rééquilibrer. La part de la balance favorable du commerce de la Chine dans le volume total du commerce bilatéral est passée de 26 % en 2015 à 20,6 % en 2017 (tableau 2).

Deuxièmement, la part du commerce entre la Chine et les 13 pays ayant adhéré à l'UE après 2004 dans le commerce sino-européen est de plus en plus importante. D'un point de vue géographique, le commerce sino-européen a toujours été plus important avec l'Europe de l'Ouest qu'avec l'Europe de l'Est. Cependant, on observe depuis cinq ans un renforcement de la coopération entre la Chine et les pays d'Europe de l'Est et d'Europe centrale. En 2017, le volume du commerce entre la Chine et 13 pays parmi lesquels la Pologne, la Hongrie, la République tchèque, la Slovaquie et la Croatie représentait un total de 69,16 milliards de dollars, soit 11,2 % du commerce sino-européen, une augmentation d'un point de pourcentage par rapport à 2013.

Troisièmement, la gamme de produits importés par la Chine en provenance de l'UE s'est diversifiée. En 2017, la proportion des dix premiers produits importés par la Chine en Europe est tombée à 74,3 % du total de ses importations, une réduction de 3 points de pourcentage par rapport à 2013. Dans le même temps, on constate une augmentation rapide des importations de certains produits de consommation : les céréales, les produits laitiers, les bijoux et les objets d'art ont tous réalisé une augmentation annuelle de plus de 30 %.

Un développement rapide

La Chine est le troisième partenaire de l'UE en matière de commerce des services. Selon les statistiques de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le volume d'importation et d'exportation du commerce des services entre la Chine et l'UE a atteint 75,09 milliards de dollars en 2016, une augmentation de 29,7 % par rapport à 2012 ; plus précisément, le volume d'exportation du commerce des services de la Chine vers l'UE était de 32,69 milliards de dollars, tandis que son volume d'importations en provenance de l'UE était de 42,4 milliards de dollars. De 2012 à 2016, la croissance moyenne annuelle des exportations et des importations dans le domaine du commerce des services de la Chine avec l'UE était respectivement de 6,6 % et de 6,9 %, supérieures à celles du commerce de marchandises. L'UE a donc une balance positive dans le domaine du commerce des services avec la Chine. En 2016, les exportations et les importations de la Chine dans le domaine du commerce des services représentaient respectivement 3,9 % et 4,5 % du commerce des services de l'UE avec les pays hors de l'UE. Sur la même période, le commerce des services de l'UE avec les États-Unis, premier partenaire de l'UE dans ce domaine, représentait 30,2 % des importations et 27,2 % des exportations. Quant à la Suisse, qui occupait la deuxième place, ses importations et ses exportations étaient respectivement de 13,7 % et de 14,2 % (tableau 3). Dans ce domaine, la Chine possède un important potentiel de croissance avec l'UE.

L'année 2018 marque le 15e anniversaire du partenariat stratégique global Chine-UE, et également le 20e anniversaire du Mécanisme de réunion des dirigeants Chine-UE. La Chine et l'UE partagent des intérêts communs dans de nombreux domaines, tels que la globalisation économique, la libéralisation et le commerce multilatéral. Dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route », la coopération entre la Chine et l'UE, qui représentent les deux extrémités de la Route de la Soie, est favorable à un développement commun car il est complémentaire. Au mois d'avril 2018, le président chinois Xi Jinping a annoncé lors de la conférence annuelle du Forum de Boao pour l'Asie (BFA) d'importantes mesures qui visent à élargir l'ouverture de la Chine, notamment en ce qui concerne l'accès à son marché, la création d'un environnement d'investissement plus attrayant, le renforcement de la protection de la propriété intellectuelle et une augmentation des importations. La première édition de la Foire internationale des importations de Chine, qui aura lieu en novembre prochain à Shanghai, offrira une nouvelle plate-forme pour les exportations des pays de l'UE vers la Chine.

*YAO LING est directrice adjointe du Bureau de l'Europe de l'Institut de recherche sur la coopération internationale commerciale et économique relevant du ministère du Commerce.

A lire aussi:

+plus Rendez-vous

chine-info.com

J’aime

Suivez nous sur Facebook chine-info.com

Suivez nous sur Twitter

@chine-info.com

suivre @chine-info.com

chine-info.com

Suivez-nous sur Instagram : chineinfophotos