Suivez-nous | français

Regard sur la Chine

Ressentir la culture chinoise en France

Je veux commenter  YAN WEIJUAN 2018-06-11 04:50:04    Source:la Chine au présent

Les enfants adorent le lion et veulent le prendre en photo. (PHOTO PAR SUN HUA)

Vouloir ressentir la culture chinoise en France ? Le Centre culturel de Chine à Paris, situé sur la rive gauche de la Seine, vous offre le meilleur choix.

Célébration de la fête du Printemps

La fête du Printemps (le Nouvel An chinois) et le Nouvel An sont salués par les Chinois et les Français, non seulement parce que ces fêtes sont synonymes de vacances, mais aussi parce qu'elles permettent de participer à des festivités intéressantes. Comme la période et les traditions folkloriques de la fête du Printemps ne correspondent pas à celles du Nouvel An des Français, les festivités organisées par le centre attirent toujours un grand nombre de Français. En 2018, plus de 400 Français ont participé aux activités présentées.

Accompagnée par un ensemble musical de gongs et de tambours, la danse du lion annonce l'ouverture des festivités de la fête du Printemps. La danse plonge le centre dans une ambiance joyeuse et hypnotise de nombreux passants français. Dans la salle polyvalente, sont joués des extraits de l'opéra Wuju, à savoir L'illustre Roi des singes • Emprunter l'éventail, La pagode de perles • Tombe la neige et Changements de visages. Dès que le Roi des singes monte sur la scène, les enfants poussent des cris de joie. Le jeu de scène raffiné des acteurs et les acrobaties sont salués par des applaudissements virulents qui font trembler le théâtre.

D'autres activités attirent le public : le jeu des inscriptions parallèles sur papier rouge (duilian), les devinettes, le « nœud chinois » traditionnel, la réalisation de livres brochés à la corde, combiner les caractères chinois, le puzzle de la carte de Chine, le kung-fu de baguettes, l'art du papier découpé et le jeu du lancer d'anneaux. Pour goûter le thé chinois qui est renommé dans le monde entier, les amis français doivent tout d'abord écrire un caractère chinois afin de l'échanger contre une tasse de thé préparée par le centre. Aidés par les enseignants chinois, les Français reproduisent les caractères chinois, et ne peuvent s'empêcher de s'amuser du résultat.

Les jiaozi (raviolis) sont indissociables de la fête du Printemps. Avec leur forme qui évoque des lingots d'or antiques, ils symbolisent le souhait de « gagner de l'argent et de s'enrichir dans l'année qui arrive ». Nous pouvons mettre une pièce de monnaie, du sucre, des cacahuètes, des jujubes et des marrons à l'intérieur pour présenter les vœux de bonne année. Les Français aiment beaucoup préparer les jiaozi même si c'est difficile : leur forme est vraiment étrange ! Après le thé et le repas, les Français peuvent également apprendre à jouer au mah-jong et assister à un spectacle de magie. Franck, journaliste du Parisien, a livré ses impressions sur ces activités festives : « L'ambiance joyeuse au centre me fait vraiment plaisir. J'aime particulièrement l'art du thé, faire des jiaozi et l'opéra Wuju. Ici, je ressens profondément le caractère de la culture chinoise. »

« Pour le centre, c'est le jour le plus dynamique de toute l'année », déclare Yan Zhenquan, directeur du Centre culturel de Chine à Paris, « lancée depuis 2003, l'activité ''Célébrer la fête du Printemps au centre'' a pour objectif de présenter la culture chinoise de cette fête et de transmettre les concepts chinois de ''joie, harmonie et partage'' au peuple français. »

Pour promouvoir la culture chinoise, le centre a organisé d'autres séries d'activités, telles que le Festival de la gastronomie chinoise, le 11e Festival du quyi de Chine à Paris et le 8e Festival des théâtres traditionnels chinois. Lors de la fête de la Mi-Automne (fête de la Lune), la deuxième grande fête traditionnelle chinoise, beaucoup d'activités passionnantes provoquent également un bel engouement.

Un défilé dédié à la qipao (robe traditionnelle chinoise)

Apprécier et apprendre l'opéra chinois

Après avoir vu le film Adieu ma concubine, beaucoup de Français se sont intéressés à l'opéra de Pékin. Cet opéra n'en est pourtant qu'un parmi tant d'autres, car il existe en Chine plusieurs styles d'opéra. Au Centre culturel, on peut goûter de très près le charme des opéras chinois.

Le centre a organisé la première édition du Festival des opéras traditionnels chinois en 2003. Jusqu'à présent, sept éditions ont eu lieu. Elles ont toutes remporté un grand succès. Une quarantaine de troupes de plus d'une vingtaine de styles d'opéras chinois sont venues en France pour donner un spectacle. Les spectacles font salle comble. Grâce aux représentations expressives et aux sous-titres, l'obstacle linguistique est surmonté. Les spectateurs français enrichissent leur connaissance de la culture chinoise après chaque séance et la Chine leur apparaît plus séduisante. Grâce à cet événement, l'opéra chinois compte de plus en plus de fans en France. Ils connaissent l'intrigue de chaque pièce et les émotions des personnages principaux. Certains ont même l'intention de s'essayer à l'opéra chinois sur scène.

Le cours d'initiation à l'opéra Pingju leur a donné cette opportunité. L'opéra Pingju est celui dont la langue est la plus proche du mandarin, il est donc plus facile à comprendre. C'est une forme artistique qui combine le chant, la danse, la musique, le théâtre ainsi que la littérature chinoise traditionnelle. En mars 2018, le Centre a invité les artistes Chen Shengli, Gao Chuang et le musicien Zhang Jianjun à venir en France pour enseigner l'art de cet opéra à des amateurs. Parmi les apprenants figuraient des enseignants, des étudiants, des entrepreneurs, des chanteurs et des musiciens, âgés de 25 ans à 70 ans. Il y avait ceux qui ont appris le chinois en autodidacte il y a très longtemps, et aussi ceux qui venaient de commencer à apprendre la langue de Confucius. Pendant un mois, ils ont travaillé sur les différentes techniques de l'opéra Pingju. Et pour ce qui est de la musique, ils se sont initiés à l'erhu. Line, un apprenti musicien d'erhu nous a confié : « L'opéra Pingju est tout nouveau pour moi. C'est un opéra particulier. Ce qui m'intéresse le plus, ce sont les mouvements des acteurs, l'harmonie de la musique ainsi que les costumes et la coiffure. »

Le festival a aussi attiré l'attention de beaucoup de célébrités françaises, notamment la fameuse humoriste et comédienne française Anne Roumanoff ainsi que l'actrice Bernadette Laffont.

Un élève s'initie aux instruments de musique traditionnels chinois.

Le Festival du cinéma chinois : un événement à ne pas manquer

Le marché du cinéma chinois est en plein essor. En 2017, les films chinois ont enregistré 55,911 milliards de yuans au box-office, la Chine conservant depuis plusieurs années son titre de deuxième marché cinématographique au monde.

Face à cet engouement, le Festival du cinéma chinois en France (FCCF), créé en 2011, est devenu aujourd'hui une grande manifestation autour de la culture chinoise dans l'Hexagone. Au fil des sept précédentes éditions de ce festival, un total de 69 films phares du cinéma chinois contemporain ont été projetés. Et la 8e édition a ouvert ses portes ce 28 mai et se déroulera jusqu'au 10 juillet. Dans le cadre de cet événement, 9 films chinois exceptionnels seront diffusés dans 11 cinémas partenaires répartis à Paris, Lyon, Marseille, Cannes, Brest, Strasbourg et La Réunion : Forever Young, Wolf Warrior 2, Legend of the Demon Cat, Our Shining Days, Our Time Will Come, Chasing the Dragon, Ex-Files 3 : The Return of the Exes, Seventy-Seven Days et enfin, Battle of Memories.

Dans son discours prononcé lors de la réunion de presse du FCCF, Jérome Seydoux, co-président du FCCF et co-président du groupe Pathé, a déclaré : « Un bon film traverse le temps, l'espace et les frontières. C'est un foyer spirituel dans lequel toute l'humanité se retrouve. Notre florilège de longs-métrages chinois apporte une touche nouvelle dans la programmation traditionnelle des cinémas français et offre aux spectateurs français une plus grande variété de films à regarder. »

Les 9 productions « 100 % chinoises » qui ont été choisies cette année sont sorties tout récemment, entre avril 2017 et janvier 2018. L'autre co-président du festival, Yan Zhenquan, a commenté : « Notre sélection 2018 présentera parfaitement les aspects des différents genres cinématographiques du cinéma chinois, en mettant en lumière les divers styles et thèmes appréciés du public chinois. La programmation de cette année est peut-être la plus contemporaine jamais proposée par le FCCF ainsi que celle qui reflète le mieux le haut niveau des productions cinématographiques chinoises d'aujourd'hui. »

Prenons l'exemple de Wolf Warrior 2, premier film à avoir dépassé les 5 milliards de yuans au box-office dans la partie continentale de la Chine. 95 jours après sa sortie, le 27 juillet 2017, la vente de tickets pour ce long-métrage avait totalisé 5,681 milliards de yuans (environ 750 millions d'euros) dans le monde entier ! C'est le premier film non hollywoodien qui ait réussi à accéder au top 100 du box-office mondial.

Des invités chinois et français avec le maire de Courbevoie, Jacques Kossowski (4e à gauche), et le directeur du Centre culturel de Chine à Paris, Yan Zhenquan (6e à gauche)

En plus d'offrir un plus vaste choix aux spectateurs français, le FCCF a favorisé la coopération sino-française dans l'industrie cinématographique, ce qui a donné naissance à plusieurs coproductions telles que Le Promeneur d'oiseau, Le Dernier Loup et Le Portrait interdit.

Adaptation du roman Le Totem du loup écrit par Jiang Rong, Le Dernier Loup a été dirigé par le célèbre réalisateur français Jean-Jacques Annaud, mais tourné avec des acteurs chinois. Traitant de la relation délicate qui unit l'homme et le monde animal, l'homme et la nature, ce film raconte une histoire chinoise, mais illumine le regard et interpelle les sentiments du monde entier. Lors de sa première période de diffusion en Chine en février 2015, 697 millions de yuans de tickets ont été vendus pour ce film.

Le jour de sa sortie en France, Le Dernier Loup a attiré plus de 80 000 spectateurs, se classant ce jour-là premier parmi les 16 films qui sortaient à la même date et premier au regard des recettes au box-office. Cette coproduction a d'ailleurs été largement acclamée par le public et les médias français. Le Dernier Loup a été diffusé dans les salles obscures de l'Hexagone pendant moins d'un mois, mais plus d'un million de spectateurs se sont pressés pour aller le découvrir. Il est devenu l'un des films chinois les plus vus dans les cinémas français depuis 15 ans.

+plus Rendez-vous

chine-info.com

J’aime

Suivez nous sur Facebook chine-info.com

Suivez nous sur Twitter

@chine-info.com

suivre @chine-info.com

chine-info.com

Suivez-nous sur Instagram : chineinfophotos