Suivez-nous | français

Regard sur la Chine

Mee-Mann Chang : une solide passion pour les fossiles

Je veux commenter  FU YAO 2018-07-11 08:20:10    Source:la Chine au présent

Le 22 mars 2018, Mee-Mann Chang reçoit le prix L’Oréal-UNESCO pour les femmes et la science 2018.

Mee-Mann Chang, âgée de 82 ans, s’est vue décerner le prix L’Oréal-UNESCO pour les femmes et la science 2018, en récompense de ses travaux de toute une vie sur les ichtyolithes.

FU YAO*

Trois jours après avoir récupéré son prix à Paris, Mee-Mann Chang est retournée, comme si de rien n’était, à son bureau au sein de l’Institut de paléontologie des vertébrés et de paléoanthropologie relevant de l’Académie des sciences de Chine (ASC). Elle a même décliné presque toutes les demandes d’interview et autres activités médiatiques pour reprendre le travail au plus vite.

Le 22 mars dernier, Mee-Mann Chang a reçu le prix L’Oréal-UNESCO pour les femmes et la science 2018. Vêtue d’une robe de style chinois lors de la cérémonie de remise des prix, elle est montée sur scène et a improvisé un discours en anglais, une langue qu’elle parle couramment, en y insérant avec aisance quelques mots de français, chinois, russe et suédois. Son parlé mêlant élégance et humour n’a pas laissé indifférents les internautes chinois, qui lui ont réservé une pluie d’éloges sur la Toile.

Académicienne qualifiée de l’ASC, membre étranger de l’Académie royale des sciences de Suède et lauréate de la médaille Romer-Simpson pour l’ensemble de ses travaux (le prix international le plus prestigieux dans le domaine de la paléontologie des vertébrés), Mee-Mann Chang garde son sang-froid face à tous ces honneurs et louanges. Néanmoins, cette paléontologue, qui considère n’avoir rien fait d’exceptionnel, avoue avoir été surprise par sa soudaine popularité en ligne.

Toutefois, comme le savent ses confrères, Mee-Mann Chang est beaucoup plus célèbre sur la scène internationale qu’en Chine. En effet, elle a été honorée par l’UNESCO pour « son travail de pionnier sur les archives fossiles menant à des idées sur la façon dont les vertébrés aquatiques se sont adaptés à la vie sur terre ».

Une carrière providentielle

Malgré l’obtention de ce prix et sa notoriété en ligne, Mee-Mann Chang ne perd pas de vue sa préoccupation majeure : la recherche. Âgée de 82 ans, elle a passé presque toute sa vie à étudier les fossiles et n’envisage pas de prendre sa retraite. Elle continue, chaque matin, de partir de chez elle à 8 h 30 pour être au bureau à 9 h. Les vacances et les jours fériés sont pour elle des moments privilégiés pendant lesquels elle peut se concentrer sur son travail sans être dérangée.

« J’ai entamé mes recherches sur les anciens vertébrés il y a environ 60 ans. Cependant, ce n’est pas moi qui ai décidé de mon chemin de carrière au début. Tout était déjà « arrangé », à l’instar du mariage dans le passé. À la cérémonie de remise de prix, Mee-Mann Chang est revenue sur son parcours professionnel et l’a mis en parallèle avec un vieux dicton chinois, qui prétend que « l’amour vient après le mariage ». Cette comparaison a bien fait rire tous les étrangers présents dans la salle.

Mee-Mann Chang est née en 1936 à Nanjing (chef-lieu du Jiangsu), dans une famille d’intellectuels. Son père avait étudié la neurophysiologie à l’université de Chicago, où il avait décroché un doctorat, avant de rentrer en Chine pour devenir un professeur émérite dans cette discipline. Influencée par son père, Mee-Mann Chang s’est intéressée dès son enfance à la biologie et aux sciences naturelles, ambitionnant résolument de devenir médecin.

Dans les années 1950, la Chine, affaiblie, devait rapidement se reconstruire dans tous les domaines. Dans le cadre de son développement industriel accéléré, le pays avait besoin de mobiliser des géologues qualifiés. C’est pourquoi à la fin de ses études secondaires, Mee-Mann Chang a choisi d’intégrer l’Institut de géologie de Beijing, contre l’avis de sa famille, à dessein de servir sa patrie. En 1955, après un an de cours de géologie, elle a été envoyée à l’université de Moscou pour se spécialiser dans la paléontologie.

« À ce moment-là, je n’avais pas la moindre idée de ce qu’était concrètement la paléontologie », reconnaît Mee-Mann Chang. Pour les besoins du plan national du développement scientifique, une dizaine d’étudiants, dont Mee-Mann Chang, avaient été orientés vers différentes professions, comme la botanique ou la zoologie. Acceptant la proposition du zoologue Wu Xianwen (1900-1985), elle s’est engagée dans la recherche sur les ichtyolithes, c’est-à-dire les fossiles de poissons.

Elle se souvient qu’à Moscou, ses journées étaient bien remplies et enrichissantes. En vue du rapport de fin de semestre qu’elle devait rédiger, Mee-Mann Chang a réalisé un stage dans une station d’expérimentation biologique située dans la banlieue de la capitale russe. Là-bas, la journée, elle allait régulièrement au bord de la rivière pour ramasser des ichtyolithes. La nuit, sous le ciel étoilé, elle prenait un bateau pour aller jeter un filet dans la rivière, qu’elle retirait à 5 h ou 6 h du matin. Elle comparait toutes les espèces de poissons qu’elle avait attrapés aux fossiles recueillis, tentant d’établir des liens de parenté entre les poissons préhistoriques et les poissons contemporains.

« Nous utilisions une partie des poissons pour la recherche. Avec le reste, nous préparions une délicieuse soupe ! », raconte Mee-Mann Chang, un sourire au coin de la bouche.

Un engouement pour la paléontologie

Après ses études en Russie, Mee-Mann Chang est rentrée en Chine en 1960 et a travaillé dans l’Institut de paléontologie des vertébrés et de paléoanthropologie relevant de l’ASC. Pour ses premiers travaux de recherche, elle s’est intéressée à un ichtyolithe trouvé dans la province du Zhejiang. Même si elle s’était engagée dans cette voie pour mener à bien la tâche confiée par son pays, elle a commencé dès lors à s’éprendre de ces spécimens paléontologiques. « À première vue, rien ne distinguait les ichtyolithes des poissons contemporains, mais à y regarder de plus près, des nuances pouvaient être observées. Il fallait donc découvrir la relation qui existait entre tels ichtyolithes et telles espèces de poisson », explique Mme Chang. Pour répondre à cette problématique, elle a consulté quantité d’experts. Au fil de ses recherches, elle s’est passionnée pour ce métier, qui s’apparentait à un jeu d’énigmes.

Pour beaucoup, la paléontologie évoque naturellement des explorations au cœur de déserts et de montagnes, avec des chercheurs travaillant dans de rudes conditions. Mee-Mann Chang a effectivement dû affronter les rigueurs de son métier. Pour dénicher des fossiles, elle travaillait sur le terrain trois mois par an, avec des géologues-prospecteurs. Comme tous les autres membres du groupe, elle marchait par monts et par vaux, parfois 20 km par jour, en portant des sacs pesant plus de dix kilos. Notons qu’elle était la seule femme de l’équipe. D’ailleurs, dans certains endroits, les habitants locaux la prenaient pour un homme, car elle n’a jamais eu les cheveux longs. En effet, elle souhaitait être plus à l’aise dans les moments d’action.

C’étaient vraiment des jours pénibles. Les membres du groupe n’avaient d’autre moyen que de se déplacer à pied toute la journée, et le soir venu, ils passaient la nuit chez des habitants du village ou sur un lit de camp en pleine nature. Au quotidien, ils travaillaient dans la boue, entourés de moustiques, puces, punaises et souris. À aucun moment ils n’étaient au calme et en sécurité. Toutefois, Mee-Mann Chang est nostalgique de cette période difficile. Même si elle dormait mal la nuit à cause des insectes, elle était en pleine forme la journée. « Dans notre groupe, nous étions tous jeunes et passions de bons moments ensemble. Nous ne reculions devant aucune difficulté », se rappelle Mee-Mann Chang.

Des travaux consacrés aux fossiles de Youngolepis

Les plus importants résultats de recherche présentés par Mee-Mann Chang traitaient des fossiles de Youngolepis (un genre de vertébré à membres charnus ou Sarcopterygii, nommé ainsi en mémoire de Yang Zhongjian, le père de la paléontologie des vertébrés chinoise).

Selon la théorie de l’évolution de Darwin, tous les vertébrés terrestres (soit les tétrapodes terrestres), y compris les humains, étaient à l’origine des vertébrés aquatiques : les poissons. Mais quelles espèces de poissons s’avèrent les ancêtres de tel ou tel tétrapode terrestre ? Et comment ces poissons qui respiraient sous l’eau grâce à leurs branchies ont-ils évolué en tétrapodes dotés de poumons pour respirer sur terre ? Cette énigme demeure sans réponse.

Dans les années 1930, le paléontologue suédois Erik Jarvik (1907-1998) a annoncé, après des recherches sur des fossiles de crossoptérygiens par la méthode des coupes sériées, que les Eusthenopteron foordi (un genre de crossoptérygien) possédaient une paire de narines internes communiquant avec leurs narines externes, qui leur permettaient d’envoyer de l’air dans les poumons, tout comme les tétrapodes. Cette découverte signifiait que les crossoptérygiens étaient probablement les ancêtres des tétrapodes. Sur la base de cette hypothèse, les experts en poissons préhistoriques ont poursuivi les recherches à ce sujet pendant de longues années, avançant une série de théories toujours plus poussées, considérées alors comme l’opinion dominante.

En 1980, dans le cadre de ses recherches, Mee-Mann Chang s’est rendue au Musée suédois d’histoire naturelle, apportant avec elle un fossile de Youngolepis découvert à Qujing (province du Yunnan). En coopération avec Erik Jarvik, elle a commencé à étudier ce fossile de crossoptérygien à l’aide de la méthode de coupes sériées.

À l’époque, les moyens scientifiques et technologiques n’étaient pas encore très développés. Cette méthode permettait aux chercheurs de comprendre avec précision la structure interne d’un fossile, mais exigeait de leur part une grande patience et des efforts considérables. Tout le travail était réalisé à la main : le fossile était scellé dans un moule en plâtre ; tous les 1/20 mm, le fossile était découpé et une vue était dessinée ; l’opération était répétée jusqu’à ce que tout le fossile fût broyé. Erik Jarvik a pris en charge deux recherches de ce genre sur des fossiles de crossoptérygiens : l’une a duré cinq ans, tandis que l’autre n’était toujours pas finie après vingt ans.

Mee-Mann Chang a travaillé jour et nuit pendant son séjour en Suède. Bien souvent, elle ne dormait que trois ou quatre heures. Finalement, elle a accompli, en moins de deux ans, son projet de représentation du fossile de Youngolepis. Plus de 540 dessins nécessaires pour ce petit fossile de 2,8 cm ! Cette collection de dessins fournit des informations fort précieuses pour l’étude des crossoptérygiens.

Au cours de son travail de découpe et représentation, Mee-Mann Chang a découvert que le Youngolepis ne possédait en fin de compte qu’une paire de narines externes et était dépourvu de narines internes. Une grande surprise pour elle !

« Je n’en croyais pas mes yeux au début. Pourquoi était-t-il différent de ce que mon professeur m’avait appris ? J’ai continué de découper des échantillons en parcourant des livres scientifiques, puis je suis arrivée à la conclusion qu’il présentait bien une différence, explique Mee-Mann Chang. Mon professeur devait probablement être déçu, mais moi, je débordais d’enthousiasme ! »

Est-ce que seuls les Youngolepis chinois ne possédaient pas de narines internes ? Avec cette question à l’esprit, Mee-Mann Chang a mené des recherches sur des fossiles du même genre trouvés en Grande-Bretagne, en France et en Allemagne, pour enfin constater que leur structure était similaire au Youngolepis chinois. Poussant toujours plus loin les comparaisons, elle a découvert que sur les fossiles étudiés par son professeur Erik Jarvik, la partie où se trouvaient d’éventuelles narines n’était pas en parfait état de conservation. Ainsi, dans les vues qu’il dessinait, certains éléments relevaient en fait de la déduction. Par conséquent, ces coupes ne permettaient pas de prouver l’existence réelle des narines internes chez les crossoptérygiens.

En 1982, Mee-Mann Chang a publié de manière officielle le résultat de ses recherches et a obtenu son doctorat à l’université de Stockholm. Sa découverte a directement ébranlé l’assertion traditionnelle affirmant que les crossoptérygiens étaient les ancêtres des tétrapodes, provoquant de vives réactions dans les cercles académiques.

Une longue existence sans lassitude

Malgré son âge avancé, Mee-Mann Chang consacre toujours autant d’énergie à l’étude des fossiles. Hormis les moments où elle converse par visioconférence avec sa fille résidant aux États-Unis et où elle rend visite à sa sœur cadette malade, tout le reste du temps, elle le passe au bureau.

Elle n’aime pas s’étendre sur ses accomplissements, mais préfère parler de ses travaux de recherche. Dès lors, ses yeux s’illuminent, car pour elle, ils sont source d’une joie simple, mais concrète : « Il suffit d’un peu d’efforts et de quelques suggestions pour avancer pas à pas. C’est en suivant cette même démarche que le scientifique américain James Dewey Watson et le scientifique britannique Francis Harry Compton Crick ont découvert ensemble la structure en double hélice de l’ADN. Probablement beaucoup de gens estiment que leur trouvaille relève d’un plus haut niveau, mais à mes yeux, notre découverte est également précieuse. »

Un jour, un jeune lui a demandé : « Comment ne pas succomber à la fatigue et à la lassitude dans le travail et la vie au quotidien ? », L’octogénaire Mee-Mann Chang a hésité un instant, avant de répondre : « à dire vrai, je ne sais pas. Il me semble que j’ai toujours du pain sur la planche. Je n’ai vraiment pas le temps de ressentir une quelconque lassitude. »

A lire aussi:

+plus Rendez-vous

chine-info.com

J’aime

Suivez nous sur Facebook chine-info.com

Suivez nous sur Twitter

@chine-info.com

suivre @chine-info.com

chine-info.com

Suivez-nous sur Instagram : chineinfophotos