Suivez-nous | français

Regard sur la Chine

La voie de Tangyue

Je veux commenter  La voie de Tangyue 2018-11-02 07:36:31    Source:la Chine au présent

La transformation du village de Tangyue guidée par l’idée « La pauvreté pousse au changement ». (PHOTO : YU JIE)

Le village de Tangyue se trouve dans l’arrondissement Pingba, sous la juridiction de la ville d’Anshun, dans la province du Guizhou. Avec un revenu annuel par habitant inférieur à 4 000 yuans, ce village était classé parmi les villages pauvres de deuxième classe au niveau national. Le village a longtemps souffert d’une situation naturelle peu favorable et d’un manque de dynamisme.

En 2014, les paysans ont décidé d’exploiter toutes les terres non cultivées, devenant des acteurs essentiels de l’économie collective du village. Avec le développement de la coopérative, les villageois ont réalisé une augmentation de leur revenu annuel moyen qui a atteint 11 200 yuans en 2017, alors qu’il était inférieur à 4 000 yuans en 2013. Dans le même temps, le volume de l’économie collective du village est passé de moins de 40 000 yuans à 3,12 millions de yuans.

Aujourd’hui, le village est sorti de la pauvreté et devenu un « village modèle », car il a su se transformer pour sortir de la misère.

Un développement collectif

La situation dans le village de Tangyue a commencé à changer suite à une grande inondation.

Tangyue est composé de dix « villages naturels ». Au moment de l’inondation, cela faisait quelques années que les jeunes villageois partaient travailler dans les villes alentour. Dans le village, beaucoup de terres étaient en friche, les chemins étaient en piteux état, envahis par les mauvaises herbes. La population était composée de personnes âgées et d’enfants, le village n’était donc plus qu’une « coquille vide ».

Le 3 juin 2014, Tangyue a été ravagé par une grande inondation qui a plongé les habitants dans le désespoir. Comment allaient-ils s’en sortir ? Comment le village allait-il se développer ? C’est à ces deux questions que les dirigeants du village de Tangyue ont dû se confronter.

À ce moment critique, Zuo Wenxue, secrétaire de la cellule du Parti du village, a immédiatement compris que le plus important était d’unir la force des habitants pour opérer un développement collectif.

Six jours après l’inondation, Zuo Wenxue a organisé une réunion des représentants des dix « villages naturels » relevant du village de Tangyue pour présenter sa proposition de développement d’une économie collective, et discuter de la nécessité de créer une coopérative pour le village.

Lors de cette réunion, Zuo Wenxue a été étonné de voir sa proposition de coopérative acceptée à l’unanimité. C’est ainsi que la coopérative de Tangyue a été mise en place.

Pour établir la coopérative, il a fallu réaliser une cartographie des terres cultivées, puis composer des équipes spécialisées dans la production, l’élevage, la construction, le transport et la transformation des produits agricoles. Ensuite, des entreprises ont été créées. Les femmes comme les hommes peuvent travailler dans les équipes spécialisées et gagner ainsi un revenu. Les villageois qui contribuent à la coopérative en cultivant leur terrain peuvent recevoir des revenus proportionnels à la superficie de celui-ci et percevoir des dividendes à la fin de l’année.

Aux yeux de Zuo Wenxue, il est important que la participation à la coopérative reste une démarche volontaire. Il faut, avant tout, préserver les droits d’exploitation forfaitaire des terres dont jouissent les paysans en vertu de la loi. Un villageois peut choisir de céder volontairement son droit d’exploitation à la coopérative et il peut devenir actionnaire de la coopérative.

Zuo Wenxue (au milieu) explique aux villageois l’importance de la validation des droits fonciers dans les campagnes.

L’application des sept droits

La cession du droit d’exploitation des terres passe par une procédure relativement complexe : mesure de la superficie cultivée pour chaque famille, archivage des dossiers, publication d’une annonce légale et acceptation du droit de supervision accordé à tous les villageois. Enfin, le gouvernement local délivre aux habitants concernés une autorisation d’exploiter les terres.

Dans le village de Tangyue, sept droits sont observés, à savoir : le droit d’exploitation forfaitaire des terres cultivées, le droit de propriété forestière, le droit de propriété des terres collectives, le droit d’utilisation des terrains à bâtir sous propriété collective, le droit de propriété d’un bien immobilier, le droit de propriété de petits ouvrages hydrauliques et le droit de propriété collective en milieu rural. Cela représente une importante évolution du droit de propriété dans les campagnes de Chine.

Zuo Wenxue explique : « Il s’agit des propres intérêts de chaque paysan. Nous avons organisé une réunion des représentants des habitants pour discuter la mise en pratique de la planification et établir un groupe de gestion et d’exécution, puis nous avons mis en place un mécanisme de régulation : en cas de contestation quant à la définition des droits, nous essayons d’abord de résoudre le problème à l’amiable. Si on ne parvient pas à un consensus, nous faisons appel à la commission de médiation ; et si elle n’arrive toujours pas à régler le problème, nous procédons à un vote dans le cadre de la conférence des représentants des villageois. » Selon M. Zuo, ce processus favorise l’autonomie des villageois. Ainsi, les cadres et membres du Parti prennent les initiatives, et les villageois se montrent volontaires dans leur travail.

Une fois les sept droits susmentionnés définis, il a été décidé de réserver 4 200 mu (1 mu = 1/15 ha) de terres à des cultures à grande échelle. La coopérative, la collectivité locale et les villageois se partagent les recettes selon un rapport 3 : 3 : 4. 30 % des terres ont été dédiées à la culture de légumes biologiques pour des cantines scolaires des villes. Zuo affirme : « La définition des droits a non seulement résolu les problèmes de beaucoup de foyers ruraux, mais aussi dynamisé l’économie collective en stimulant l’enthousiasme des paysans. »

Les agriculteurs de Tangyue sont devenus actionnaires de la coopérative, les habitants dans le besoin ont pu trouver un emploi et vivre plus décemment et les travailleurs migrants ont finalement décidé de rentrer au village.

Attirer les talents

Les talents sont la clé du redressement des campagnes. « D’abord, il faut construire une équipe réunissant des talents et soumettre les membres du Parti au contrôle rigoureux, puis trouver comment améliorer l’industrie du village. » Zuo Wenxue s’attache à apporter des réponses à ces questions.

Le degré de diplôme le plus élevé dans le village de Tangyue est celui d’une école supérieure spécialisée. Mais la réserve de personnel qualifié n’est pas du tout suffisante pour faire face aux problèmes découlant du développement économique. Donc, Zuo Wenxue fait des recherches sur les nouveaux modèles commerciaux tels que « Internet + », et dans le même temps, il a demandé des conseils aux chercheurs des universités de Tsinghua, de Beijing et du Guizhou, ceux-ci sont devenus les think tanks du village de Tangyue.

Pour stimuler l’enthousiasme des cadres du village, M. Zuo a demandé à tous les cadres du comité des villagesois de Tangyue de se rendre sur le terrain afin de mieux comprendre les problèmes quotidiens des villageois et d’y apporter des solutions.

« Il est nécessaire que notre équipe de cadres ait à la fois une bonne connaissance des politiques et des mesures d’État, mais aussi de la situation réelle dans les campagnes, afin de s’engager activement dans le développement du village. » Dans ce but, M. Zuo prévoit d’appliquer un système de rotation dans les six ans à venir. Les jeunes cadres pourront acquérir une connaissance approfondie du village grâce à l’expérience. Dans le même temps, les cadres de plus de 50 ans forment une équipe de surveillance pour apporter des conseils aux jeunes.

M. Zuo a aussi proposé d’offrir aux cadres ayant travaillé plus de 20 ans au service du village une pension de retraite de 1 500 yuans par mois financée par la coopérative. C’est une très bonne mesure pour attirer les talents.

Le futur attendu

Selon Zuo Wenxue, le redressement des campagnes ne passe pas seulement par la construction de quelques routes ou maisons. « Il est important de préserver la culture des campagnes. » Selon lui, le redressement doit suivre une voie adaptée à la situation réelle des villages.

Aujourd’hui, les infrastructures du village de Tangyue sont bien développées : les habitants sont installés dans des bâtiments en brique de deux étages. Il y a une bibliothèque moderne, une station d’e-commerce, un centre de services financiers. Pour M. Zuo, ce sont les changements les plus visibles du développement.

Zuo Wenxue a une idée précise du futur de Tangyue : la première étape sera de rassembler les terres et de continuer la voie de l’exploitation collective ; la deuxième étape sera la construction d’industries agricoles modernes pour stimuler l’économie rurale et créer des emplois, par exemple, un centre de tri des légumes, un centre d’emballage, une chaîne de réfrigération, un centre de gestion des commandes Internet, et un centre de traitement des produits ; la troisième étape sera d’exploiter les ressources naturelles et de construire « le village intelligent de Tangyue » avec le big data, Internet et l’intelligence artificielle.

La voie de Tangyue est un parfait exemple du redressement des campagnes basé sur « la prospérité de l’industrie, une bonne écologie rurale, les bonnes mœurs sociales, une gouvernance efficace, et une vie plus aisée ».

A lire aussi:

+plus Rendez-vous

chine-info.com

J’aime

Suivez nous sur Facebook chine-info.com

Suivez nous sur Twitter

@chine-info.com

suivre @chine-info.com

chine-info.com

Suivez-nous sur Instagram : chineinfophotos